Rencontres sur la dépendance : où en est-on des débats ?

Publié par Sophie-seronet le 15.05.2011
830 lectures
Notez l'article : 
0
 
vieillirdépendance
Le 3 mai dernier, se sont tenues les 5èmes rencontres parlementaires sur la dépendance sous l’intitulé "Repenser la dépendance – Quelles propositions pour la réforme ?" Parlementaires, représentants des services de l’Etat, des Caisses (CNAV – Caisse nationale d’assurance vieillesse et CNSA – Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie), représentants des assureurs, des entreprises ou des maisons de retraite, des experts… se sont réunis.
D__pendance.jpg

Premier constat, premier regret. A l’arrivée, lecture du programme détaillé et attention portée aux intervenants qui prennent successivement place autour de la table. Dans aucune des deux tables rondes, ne siègent des représentants des personnes concernées par la perte d’autonomie, qu’ils avancent en âge et/ou vivent avec une maladie. Celles-ci, tout comme les personnes qui les accompagnent au quotidien, sont assises dans la salle. Pourtant, dans la seconde partie de la première table ronde consacrée aux "dispositifs d’aides et aux besoins", il restait bien deux places libres autour de la table…  Un révélateur de la distribution des cartes dans le débat ? La voix des personnes concernées n’aurait-elle pas le même poids ?

Petit tour des priorités : a-t-on vraiment avancé ? Au programme, les tables rondes doivent balayer les grandes questions de la réforme. "Sur quelles définitions s’appuiera-t-elle (parle-t-on de perte d’autonomie ou bien de dépendance) ?" "Quelles aides mettre en place, pour quels besoins ?" "Quels acteurs, pour quel financement ?" Etc. Les interventions s’enchaînent, certains constats reviennent : le poids extrêmement lourd des dépenses qui restent à la charge des personnes et des familles, le vieillissement qui est avant tout un problème de "maladies" (chroniques), … et des besoins aussi : la nécessité de réorganiser le système de prise en charge et de mieux coordonner cette dernière, la place essentielle de la prévention, le rôle des aidant-e-s et le soutien à leur apporter, la qualité de l’accompagnement, priorités que Roselyne Bachelot, ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale a tout autant énoncées lors du déjeuner. Côté financement, la question semble moins tranchée… Au partenariat entre financement public (impôts, cotisations sociales, etc.) et acteurs privés (contrats d’assurance, de prévoyance, etc.) qui semble clair pour certains, d’autres rétorquent que le fait que les acteurs privés soient parties prenantes du financement ne va pas de lui-même et que cette question doit être envisagée dans un second temps, après celle de la prise en charge (quels dispositifs, quels lieux d’accueil, quel coût pour les personnes, quel accompagnement, quelle organisation du système, etc.). Le financement, sans surprise, continue à faire débat !

Le calendrier de la réforme. Dernières annonces en date, des débats sont prévus dans les régions jusqu’au 6 juin 2011. Jusqu’au 20 juin, des débats interrégionaux doivent avoir lieu : à Nantes, Bordeaux, Strasbourg et Marseille. Puis, c’est en juillet que la ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale doit remettre ses conclusions pour une réforme au Président de la République, et à l’automne que les premières mesures doivent être prises dans le cadre du projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2012. Enfin, l’an prochain, le gouvernement prendra en principe de nouvelles mesures, reste à déterminer s’il s’orientera vers une loi-cadre ou vers une série d’autres textes. Plus que jamais les débats continuent !

Commentaires

Portrait de lounaa

ces personnes ne savent pas ce qu'est l'enfer de la dépendance et sont loin de se douter des graves conséquences familiales et personnelle ....comment lutter contre sa !