Sacré café, un grain de folie

3 175 lectures
Notez l'article : 
0
 
Culturecafé

Le thé et le café sont les deux boissons les plus consommées à l'échelon mondial. Le café ne sert pas qu’à nous réveiller, à se concentrer,ou à faire une petite pause. Il a des bénéfices sur la santé. Le café a eu une longue histoire mouvementée. Il a défié, au fil du temps, l’autorité et a remis en question l’ordre même de la société et de la religion.

La folle histoire du café

Le caféier arabica est originaire d’Éthiopie, où il est consommé depuis la préhistoire. La première trace écrite sur le café date du 9e siècle, dans un ouvrage médical, puis Avicenne, médecin perse, le citera dans le « Canon de la médecine » au 11e siècle. Il y décrit les effets du café et de la caféine sur le système digestif. Au cours de siècles suivants, le café traversera les frontières des pays d’Orient, grâce aux pèlerins partis vers La Mecque. Ils emportaient avec eux les grains leur donnant de l’énergie pour ce long périple. C’est au Yémen que la culture des caféiers a débuté. Maîtrisant la torréfaction des grains, la population ottomane consommait le café. Le Sultan Soliman le magnifique a conquis et annexé différents pays, où le café s’est répandu au 15e siècle. C’est au 16e siècle que les cafés ouvrent en Égypte et autour de La Mecque. On venait y boire le café, bavarder, y échanger des idées. Certains, au nom du Coran, ont voulu interdire la boisson jugée « enivrante ». Les autorités redoutaient la naissance de bulles de contestation dans les cafés, soulevées par les penseurs de l’époque. On y échangeait des idées, des modes de pensée, remettant parfois en question le pouvoir établi. Au début du 17e siècle, les grains de café ont atterri en Italie. Et la boisson se répandit chez les moines et les commerçants-es, puis auprès du peuple. L’entourage du pape Clément VIII lui conseilla d’interdire le café en le déclarant boisson d’infidèle. Mais le pape aimait le café.

Des cafés ouvrirent en Angleterre, où intellectuels-les et libres penseurs-ses s’y retrouvaient pour deviser. Le café énergisant exacerbait les érudits-es, faisant naître de nouveaux courants de pensée. Le procureur du roi Charles II déclara la fermeture de ces lieux, où idées libérales et pamphlets coulaient à flots, mais face à la fronde du peuple, l’interdiction sera levée. Importé d’Égypte par un commerçant marseillais en 1644, le café s’est vite popularisé, et, en 1671, le premier café français nait à Marseille. En 1669, le café arriva à Paris, et le roi Louis XIV le répandit dans les cours d’Europe. Sous Louis XV, des plants seront importés à la Réunion, puis en Martinique, permettant à la France d’avoir ses propres plantations. Vers 1800, un archevêque de Paris, Jean Baptiste de Belloy, inventa le système de la percolation du café (auparavant infusé), en créant ainsi la première cafetière.

Les différences entre arabica et robusta

Il existe deux espèces de caféiers qui donnent l’un le robusta et l’autre, l’arabica, qui ne poussent pas dans les mêmes pays. L’arabica vient aujourd’hui principalement d’Amérique du Sud, tandis que le robusta vient d’Afrique et d’Asie. Ils ont des saveurs très différentes. Le robusta est amer, son gout corsé. L’arabica est suave, doux et fruité. Le robusta est moins cher, car l’arbre est robuste ; il résiste à la chaleur, aux maladies et insectes ; il pousse en plaines et plateaux où de grandes plantations sont possibles. Alors que l’arabica est frêle et fragile, préférant les zones montagneuses à l’abri d’arbres plus élevés, dans de petites plantations. Les paquets de café contiennent souvent un mélange des deux, car l’arabica permet d’en atténuer l’amertume, le robusta d’en augmenter le taux de caféine et d’en diminuer le coût. Eh oui, le robusta contient deux fois plus de caféine que l’arabica.

Les bienfaits du café

Outre l’effet coup de fouet de la caféine, un stimulant du système nerveux central, le café donne un regain d’énergie. Il aiguise notre vigilance, par libération de l'adrénaline, ce qui réduit l'impression de fatigue. Le café stimule nos fonctions cognitives, ce qui permet d'être plus concentré sur le moment. De multiples études ont montré que consommer trois tasses de café par jour, décaféiné ou non, permettrait de diminuer le risque de mortalité, toutes causes confondues. La consommation de café est associée à un risque faible de mortalité lié à des maladies cardiovasculaires, des maladies coronariennes et d’AVC. Si le café est bu en quantité raisonnable (3 à 5 tasses), il n'y a pas de risque d'hypertension, ni de sensation de palpitations. La caféine peut atténuer une migraine grâce à son effet vasoconstricteur. Elle améliore les fonctions digestives par la stimulation des sécrétions gastriques et augmente la motricité intestinale. Chez les asthmatiques, elle améliorerait la respiration. Et le café aurait une incidence sur l'humeur matinale (on confirme !) La consommation de café (avec caféine) est associée de façon significative à une réduction du risque dépressif dans des métanalyses (compilation de différentes études scientifiques). Sur le foie, plusieurs études montrent que le café peut aider à garder un foie plus souple et moins fibrosé, aussi bien chez des personnes sans maladies chroniques que chez celles ayant ou ayant eu une hépatite virale.

L’équipe de l’ANRS Hepavih — une cohorte de personnes coinfectées par le VIH et le VHC — a exploré leur consommation de café, leur consommation d’alcool et le niveau de fibrose du foie sur 1 000 personnes coinfectées. L’étude a montré une réduction de 57 % du risque de fibrose avancée chez celles et ceux qui consommaient au moins trois tasses de café par jour. Ce risque de fibrose moins élevé chez les consommateurs-rices de café s’observe indépendamment du niveau de la consommation d’alcool. En clair, même chez les personnes qui buvaient de l’alcool en quantité importante — ce qui augmente le risque de fibrose hépatique —, le fait de consommer au moins trois tasses de café par jour pourrait réduire l’impact négatif de l’alcool sur le foie. Une étude israélienne a révélé qu'une consommation, même modeste, de café est associée à une réduction significative du risque de cancer colorectal, quelle que soit la teneur en caféine (le décaféiné marche aussi).

Le café non sucré ne contient pas de calories ; il apporte du potassium, des vitamines du groupe B, des polyphénols aux propriétés antioxydantes et des molécules anti-inflammatoires.

Le café diminuerait la mortalité globale, tout au moins jusqu'au seuil de cinq tasses/jour. Au-delà, cet effet disparaîtrait.

Les méfaits du café

Si le café a des atouts santé indéniables, il y a des bémols. Car la consommation de café peut provoquer une accélération du rythme cardiaque et des palpitations chez des personnes sensibles. Il peut potentialiser l'effet de certains médicaments comme l'aspirine ou certains antihistaminiques. La consommation de café tardive peut entrainer un sommeil plus tardif et de moins bonne qualité. Le café peut être contre-indiqué (ou à limiter en quantité) chez les personnes ayant de graves problèmes cardiaques, une hypertension artérielle déjà connue ou des problèmes gastriques (gastrite, ulcère). La consommation de caféine chez la femme enceinte doit être modérée car le fœtus met une semaine à éliminer la caféine. D’après des études américaines, elles ne doivent pas dépasser deux tasses par jour, préférer l’arabica et alterner avec du décaféiné, sans danger pour le fœtus. Son association avec l'alcool et/ou le tabac peut avoir un impact sur la survenue de cancers. Un des gros problèmes du café, c’est le fait d’y mettre parfois beaucoup de sucre, à multiplier par le nombre de tasses… Penser à la stévia, aux édulcorants ; le risque de diabète de type 2 est bien réel quand on vit avec le VIH, même si le café diminue ce risque (café sans sucre !)

La dose à ne pas dépasser

Les effets du café varient sensiblement d'un sujet à l'autre en fonction de sa sensibilité et de sa capacité d'élimination. La FDA (agence américaine du médicament) a déterminé la dose de 400 mg de caféine par jour pour les adultes, ce qui signifie environ quatre à cinq tasses de café, selon le type (arabica ou robusta). Attention, le coca contient aussi de la caféine.

Varier les plaisirs

Le café est aussi utilisé dans de nombreuses recettes, sucrées, comme le Tiramisu italien, mais aussi salées. Et il peut être sublimé, voici quelques idées sur des sites : café à l'œuf de Hanoi (jaune d’œuf et lait concentré, l’Irish coffee, le café au beurre de cacahuètes.

Commentaires

Portrait de jl06

Bientôt une étude sur les bienfaits du thé ......

J ajoute que le café à aussi un lien social importent ....Que de relations se sont faites sur un coin de zing .....c était avant tic et toc ......