Salles de consommation : des élus prônent l'expérimentation

Publié par olivier-seronet le 22.09.2010
1 764 lectures
Notez l'article : 
0
 
salle de shoot
Le 24 septembre, l'association Elus, Santé Publique & Territoires (ESPT) va remettre les résultats d'un rapport qu'elle vient de consacrer aux salles d'injection supervisée. C'est "Le Figaro" (21 septembre) qui l'annonce. Le journal qui a eu connaissance de son contenu indique que ses conclusions sont plutôt favorables à l'ouverture de telles structures.
salle_de_consommation_quai9_geneve_Trenado.jpg

"Les salles de shoot constituent l'un des éléments de toute une palette d'outils pour permettre la prévention, l'accès aux soins et la restriction du trafic de stupéfiants", estime le président d'ESPT, le docteur Laurent El Ghozi, maire-adjoint (PS) à Nanterre. L'association a mené, pendant plusieurs mois, avec le soutien de la ville de Paris et du Conseil Régional d'Ile-de-France des auditions d'experts (médicaux, sociaux et juridiques) en matière de prise en charge des personnes consommatrices de drogues. "Le Figaro" précise que des élus (Verts, UMP, Modem, Nouveau Centre, PS et PC) de Paris, Marseille, Bordeaux, Le Havre, Saint-Denis, Annemasse et Nanterre ont visité les salles de consommation supervisée à Genève et Bilbao. "J'ai trouvé ces lieux très encadrés et très sécurisés tant sur le plan sanitaire que pour les citoyens qui vivent autour. On est loin de la zone de non droit", indique Laurent El Ghozi au "Figaro". "Il est préférable que les usagers de drogues se piquent dans les moins mauvaises conditions possibles", affirme l'élu.

Il est difficile de dire si cette nouvelle pièce au dossier va relancer le débat. La ministre de la Santé, elle-même, a tenté de le faire, mais elle n'a obtenu qu'une fin de non recevoir de la part du premier ministre. A de nombreuses reprises, l'actuelle majorité a indiqué qu'elle refusait tout débat sur ce sujet et toute expérimentation dans ce domaine. C'est notamment le cas de Philippe Goujon, maire (UMP) du XVe arrondissement et député de Paris. "Notre politique repose sur le sevrage et l'interdiction. Or avec ces salles, on brise le tabou de l'interdit", avance l"élu dans "Le Figaro"
Plus d'infos sur http://www.espt.asso.fr/

Photo   : salle d'injection supervisée de Quai 9 à Genève( crédit : E.Trénado)