Salles de consommation : le gouvernement pressé d’intervenir

Publié par jfl-seronet le 28.10.2012
2 017 lectures
Notez l'article : 
0
 
salle de consommation superviséeréduction des risques
Des associations et syndicats ont signé un communiqué commun le 9 octobre. Ils réclament que le gouvernement avance sur l’expérimentation des salles de consommation à moindre risque et fasse, ainsi, un "premier pas pour une relance de la politique de réduction des risques". Explications.
SCMR_2.jpg

"Le 19 mai 2009, le Réseau Français de Réduction des Risques installait une salle de consommation à moindre risques dans les locaux d'Asud à Paris. A partir de preuves scientifiques indéniables, il s'agissait d’en rappeler l'efficacité à la fois pour améliorer la santé (réduction des risques liés au VIH, aux hépatites virales, aux overdoses, accès aux soins de base, etc.) et la sécurité des usagers les plus précaires, d'autant plus touchés en temps de crise, mais aussi pour améliorer la tranquillité et la sécurité des habitants des quartiers concernés", rappellent les signataires (1) du communiqué commun publié le 9 octobre. Cette première étape a été suivie d’une seconde. "Durant plus de trois ans, le Réseau Français de Réduction des Risques, des élus et des collectivités locales, mais aussi de nombreuses associations, ont travaillé à la mise en place des salles de consommation à moindres risques, répondant aux arguments idéologiques d’opposants cramponnés à la guerre contre la drogue", indique le communiqué. Un temps que les associations jugent "long pour des usagers, dont certains sont morts, se sont contaminés ou enfoncés un peu plus dans la précarité, comme pour des riverains qui se sentent abandonnés, seuls face à ces problèmes sociaux".


Le communiqué rappelle aussi que le temps avait été long (deux ans) avant que le gouvernement ne se décide enfin à "libéraliser la vente de seringues en pharmacie". Il a fallu attendre aussi (7 ans cette fois) pour que soient généralisés les traitements de substitution à l'héroïne. "A chaque fois, c’est le courage politique de ministres, Michèle Barzach et Simone Veil, qui a su vaincre les préjugés et imposer ces mesures de réduction des risques, indiquent les signataires. Aujourd'hui, personne ou presque ne regrette ces mesures : moins coûteuses que des soins inadaptés, plus utiles qu’une répression aveugle, elles ont répondu autant à des objectifs de santé que de sécurité publique".


Alors que va-t-il se passer pour les salles de consommation à moindre risques ? C’est tout l’enjeu de la mobilisation d’aujourd’hui. "Après le refus de l'ancien Premier ministre François Fillon, en opposition avec sa ministre de la Santé [il s’agissait alors de Roselyne Bachelot, ndlr] et les élus des grandes villes de tous bords [Alain Juppé à Bordeaux, Jean-Claude Gaudin à Marseille, Bertrand Delanoë à Paris, ndlr], puis la promesse du candidat François Hollande de "laisser Paris et Marseille expérimenter les salles de consommation supervisée", le temps de leur expérimentation est "venu", avancent les associations. Elles estiment que "ce doit être le premier pas vers une relance de la politique de réduction des risques, relance qui doit redevenir le quatrième pilier d'une politique des drogues équilibrée, suivant les recommandations scientifiques de l'expertise collective de l'Inserm [celle qu’avait rejeté François Fillon et Etienne Apaire à la direction de la MILDT, ndlr] et politiques de la "Charte pour une autre politique des addictions". On est impatient de voir ce que le gouvernement et tout spécialement le ministère de la Santé vont faire de cette demande.

 

(1) Réseau Français de Réduction des Risques, Sidaction, Fédération Addiction, SOS Hépatites, Safe, Gaia Paris, AIDES, ANPAA, Act Up Paris, AFR, Médecins du Monde, Collectif Hypertension, Elus Santé publique & Territoires, Elus Locaux contre le Sida, Syndicat de la magistrature, Mouvement des Jeunes Socialistes, Jeunes Verts.

Commentaires

Portrait de lounaa

Ouf ! j'ai eu un coup de chaleur en lisant les 2 autres liens 22 vla les flics et Garraud qui ferait bien de se garroter la langue vu les conneries débiter ... La tache sera pas facile mais heureusement le gouvernement actuel est pour et à pris la bonne voie on dirait ... vu la réduction des risques etc etc ... Mon dieu les autres j'en crois pas mes yeux des absurdités que je vient de lire j'ai halluciner !!! Non suis pas défoncer, mais bien trop lucide ... Allez on espère un peu de meilleur dans ce bas monde ...