Santé : Marisol Touraine prévoit 10 milliards d'économies en trois ans

Publié par jfl-seronet le 07.05.2014
6 104 lectures
Notez l'article : 
5
 
0
Politiqueplan économie de la santé

Dans une interview aux "Echos" (26 avril), la ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine, dévoile sa feuille de route pour réduire les dépenses du système de santé. Objectif : 10 milliards d'économies en trois ans. Industries pharmaceutiques, hôpitaux, médecins généralistes : tout le monde sera mis à contribution. Explications.

Prix des médicaments, gestion des hôpitaux, chasse aux actes inutiles: la ministre des Affaires sociales Marisol Touraine a détaillé "l'effort sans précédent" pour économiser 10 milliards d'euros d'ici 2017 sur l'Assurance maladie, tout en se défendant d'instaurer un système de santé "low cost". "Nous consommons trop de médicaments, trop de médicaments de marque et trop de médicaments chers", affirme Marisol Touraine aux "Echos". Elle veut réaliser 3,5 milliards d'économies en trois ans "en baissant les prix des médicaments et en favorisant les génériques", indique l’AFP. Le budget de la Sécurité sociale pour 2014 prévoit déjà un effort à hauteur d'un milliard d'euros sur ce poste, au grand dam de l'industrie pharmaceutique… qui ne cesse de s’en plaindre à longueur de communiqués de presse. Pour rassurer les Français sur les médicaments génériques, la ministre de la Santé se dit "favorable à une campagne d'information", alors que la France est en retard dans ce domaine. Soit dit en passant, il y en a déjà eu. Le gouvernement souhaite que les génériques représentent un quart du marché français en 2017.

L'hôpital à contribution

L'hôpital est également mis à contribution, à hauteur de 2 milliards d'euros : les hôpitaux publics "devront en particulier mieux gérer et mutualiser leurs achats", affirme Marisol Touraine. "Il n'est pas normal que deux établissements distants de seulement quelques kilomètres aient deux systèmes informatiques différents ou aient recours à deux blanchisseries", explique-t-elle. Des mesures seront aussi prises "pour résorber le recours excessif aux médecins intérimaires, qui coûtent trop cher aux établissements publics". Des économies à hauteur de 2,5 milliards d'euros sont également attendues en évitant "les actes inutiles ou redondants et la consommation de médicaments inadaptée". Ainsi, "il n'est pas rare que des radios ou des analyses médicales soient faites deux fois. Des mesures seront prises pour y remédier", assure la ministre. Des listes de médicaments recommandés pour chaque spécialité seront aussi mises en place "pour faciliter la qualité de la prescription". Quatrième et dernier axe de son plan : la coopération ville-hôpital sera renforcée et les interventions en ambulatoire, qui permettent au patient de sortir le jour même de l'hôpital, seront développées : "1,5 milliard pourra être économisé sur trois ans dans ce domaine dont près de 1 milliard pour la chirurgie ambulatoire", estime Mme Touraine. Une opération sur deux devra être pratiquée sans hébergement à l'hôpital en 2016. La cour des comptes avançait, il y a quelques mois, que le développement de l’ambulatoire, pourrait générer jusqu’à 5 milliards d’économies par an "sous conditions de fermeture des lits libérés en chirurgie à temps complet"… cela concerne quelque 18 000 lits. "La ministre osera-t-elle les fermer ?", se demandait récemment le magazine "Challenges" (24 avril 2014).

Des dépenses plafonnées…

"Pour parvenir à 10 milliards, le gouvernement prendra enfin des mesures de lutte contre la fraude", explique la ministre aux "Echos". Toutes ces économies impliquent une plus grande maîtrise des dépenses de santé, qui augmentent naturellement, notamment en raison du vieillissement de la population. Un objectif de progression (Ondam : objectif national de dépenses d’assurance maladie) est fixé chaque année par le gouvernement dans le budget de la Sécurité sociale. Pour 2015, cette hausse sera limitée à 2,1 %, puis 2 % en 2016 et 1,9 % en 2017, a précisé Marisol Touraine. "C'est un effort sans précédent" selon elle. Dans son interview, outre la notion d’"effort sans précédent", la ministre a aussi voulu faire passer le message que ce plan draconien d’économies ne se ferait pas sans "préserver notre modèle" de santé. Mercredi 23 avril, dans le cadre de son programme de stabilité qui prévoit 50 milliards d'économies d'ici 2017, le gouvernement avait annoncé que les dépenses de santé ne devraient pas progresser de plus de 2 % par an en moyenne entre 2015 et 2017, soit le niveau le plus bas depuis 1997. Pour 2014, l'enveloppe globale des dépenses de santé a été plafonnée à 179,1 milliards d'euros, soit une progression de 2,4 %. Mais elles devraient être inférieures à cet objectif, comme c'est le cas chaque année depuis 2010.

Pas de santé "low cost"

En 2013, 1,4 milliard d'euros ont ainsi été économisés. "Les réformes que j'engage n'aboutiront pas à un système de santé "low cost", mais, au contraire, à préserver l'excellence de notre modèle, son excellence médicale mais aussi son excellence sociale", assure la ministre de la Santé. Elle affirme que "les patients ne seront ni moins bien soignés ni moins bien remboursés", répétant qu'il n'y aurait "ni déremboursements, ni nouvelles franchises". Aux "Echos", Marisol Touraine affiche donc ses ambitions : 10 milliards d'euros d'économies en trois ans. "Si nous voulons préserver notre modèle envié dans le monde, le statu quo est impossible", argue-t-elle. Réaliser des économies de cette ampleur sans aboutir à un système de santé au rabais, l'exercice est périlleux. Mais pas impossible… on verra bien.

Commentaires

Portrait de frederic16

Sur les medicaments generiques.AMITIE

Portrait de Felix77

restaurer l'herboristerie, la nathuropatie, aider les hostéopathe et autre médecines parallèles qui ont fait leurs preuves, il n'y a pas mieux en prévention des maladies, que de mettre notre santé dans l'alimentation équilibré et curatif, sain, sans OGM, ni pesticide Dangereux et de revenir à la raison de l'équilibre naturel, afin que le mal n'est aucun terrain favorable pour s'installer. ça veut dire du mieux vivre dans nos corps et nos esprits, pour concentrer sur une meilleurs prise en charge sur les lunettes, ou appareil auditif.