Santé / Social : Marisol Touraine, l’avenir en mesures !

Publié par jfl-seronet le 12.06.2012
1 347 lectures
Notez l'article : 
0
 
socialsanté
Nouvelle ministre des Affaires sociales et de la santé, Marisol Touraine a, lors de ses premières interventions, traiter de l’hôpital. Seronet fait le point sur ces premiers pas, l’équipe ministérielle qu’elle dirige et rappelle quelques unes des promesses de François Hollande en matière de santé et de protection… soit la feuille de route de la ministre. Et il y a de quoi faire !
rapport_0.jpg

Les premiers pas
C’est à l’hôpital que Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la santé, a réservé le 17 mai dernier sa première sortie ministérielle. Elle a choisi de se rendre au centre hospitalier de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) à l’hôpital Delafontaine. "Je voulais rendre hommage d'abord à celles et ceux qui travaillent dans le service public, s'engagent au service des autres", a déclaré la ministre, qui avait pris ses fonctions ministérielles le matin même. Il s’agissait aussi de "rendre hommage à la place de l'hôpital public dans [le] système de santé". Enfin, comme le précise l’AFP, le message était aussi adressé aux milieux populaires puisque cet établissement est situé "dans un territoire qui rencontre (...) des publics en grande difficultés même si tous ne le sont pas". Mais cette sortie n’avait pas pour seul objectif de visiter les urgences et de deviser avec le député Patrick Braouzec ou encore le directeur de l'Agence régionale de santé Claude Evin, elle devait permettre de dire du mal de la politique conduite par l’ancien gouvernement. Cela donne chez la ministre : "Pendant des années, on a voulu faire comme si le service public hospitalier, c'était la même chose que les établissements privés". Les journalistes qui l’accompagnaient ont interrogé la ministre sur ses chantiers concernant l’hôpital. "Un certain nombre de mesures sur l'hôpital public, sur son financement, sur la manière de l'organiser (…) montreront que nous reconnaissons pleinement le service public hospitalier", explique la ministre qui annonce d’ailleurs des décisions rapides.

Hôpital… tout un programme
Visite le 17 mai… C’est aussi à l’hôpital que Marisol Touraine a consacré (22 mai) son premier discours public. Elle s’est engagée à "réintégrer le terme même de service public" hospitalier dans la loi et à "encadrer" rapidement les dépassements d'honoraires des médecins. Très clairement, la ministre a rappelé la promesse de François Hollande selon laquelle la notion de service public hospitalier sera rétablie alors que la loi Hôpital Patients Santé Territoires (HPST) de 2009 n'évoque que des "missions de service public". Cela devrait être fait dans la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2013 avait indiqué pendant la campagne l'équipe de François Hollande, rappelle l’AFP. Marisol Touraine a rappelé les "valeurs fondamentales" du service public hospitalier : "l'égalité d'accès aux soins, la non sélection des patients, une offre de qualité pour tous, la réponse à l'urgence". Elle a, par ailleurs, défendu le principe d’une T2A (tarification à l’activité) plus adaptée. La T2A représente plus de 70% du financement des établissements. On le sait les consultations VIH à l’hôpital ne sont pas calibrées pour une T2A telle qu’elle est aujourd’hui et qui favorise certains actes très techniques, dévalorisant l’acte intellectuel de coordination, ou le temps et l’attention portée aux difficultés sociales et à la précarité. Elle a aussi parlé du parcours de soin bâti sur les besoins des malades et non pas à partir de l’offre des structures. Bon, on sait que c’est un principe qui est régulièrement avancé par tous les ministres pour toutes les réformes, mais peu souvent appliqué concrètement… On saura assez vite à quoi s’en tenir dans ce domaine. Et ce d’autant que la HAS (Haute autorité de santé) est en train de plancher sur des protocoles de "parcours de soins personnalisés" (PPS) pour les maladies chroniques (quatre sont déjà faits). Ils doivent assurer une "meilleure coordination du suivi ville-hôpital, une adaptation à l’alternance de périodes "calmes" et de "crises d’urgence". On ne parle pas encore de ces protocoles en matière de VIH et d’hépatites, mais cela pourrait venir…  A cette occasion, il serait d’ailleurs bien que la question de la co-infection VIH/hépatites soit posée !

Un gros ministère
En choisissant Marisol Touraine… le choix s’est porté sur une spécialiste de la protection sociale. Place qu’elle a tenue lors de la campagne de François Hollande. Elle occupe donc le ministère des Affaires sociales qui inclut également la santé. Act Up-Paris a d’ailleurs dénoncé (16 mai) le fait qu’il n’y avait pas un ministère en tant que tel spécifique à la santé. "Hollande et Ayrault refusent d'accorder à la santé son propre ministère (…) Act Up-Paris condamne ce choix, qui montre que la santé, pourtant une des préoccupations majeures en France, n'est pas une priorité du nouveau Président de la République et de son premier ministre (…) Nous espérons que ce premier faux pas sera le dernier". L’équipe que dirigera Marisol Touraine comprend trois ministres déléguées Michèle Delaunay qui s’occupera des personnes âgées et de la dépendance, Dominique Bertinotti de la famille et Marie-Arlette Carlotti des personnes handicapées.

Des ministres qui se prononcent ou s’engagent
Dominique Bertinotti s’est définie (20 mai) comme "ministre de toutes les familles". Proche de Ségolène Royal, elle a expliqué lors d’une récente interview, à propos du mariage homosexuel, promesse de campagne de François Hollande : "Je suis ministre de la famille et j'ai envie de dire de toutes les familles. Aujourd'hui, il faut regarder la société telle qu'elle est, nous avons des familles monoparentales qui sont de plus en plus nombreuses et qui sont souvent les plus exposées aux difficultés de pouvoir d'achat et d'éducation pour leurs enfants. Il faut instaurer des principes d'égalité : mêmes droits, mêmes devoirs", a poursuivi Dominique Bertinotti. "La réflexion commencera à l'automne, au mois de septembre, l'idée étant que cela débouche sur une loi au milieu de l'année 2013", a encore déclaré la ministre. De son côté, Michèle Delaunay, députée sortante PS des Gironde, a déposé sous l’ancienne mandature d’une proposition de loi en 2011 "visant à la simplification de la procédure de changement de la mention du sexe dans l'état civil".

Promesses de campagne
Voilà où nous en sommes aujourd’hui. Pas grand-chose donc à se mettre sous la dent pour le moment… mais cela ne devrait pas durer car le programme défendu par François Hollande durant sa campagne sur la santé et la protection sociale est vaste… Il concerne neuf secteurs (de la retraite aux personnes en situation de handicap, de la santé à la famille. Citons quelques exemples des promesses dont on espère qu’elles seront mises en œuvre et donc tenues : la suppression du forfait de 30 euros par an à la charge des titulaires de l’AME, adopter un plan quinquennal et interministériel de lutte contre la pauvreté et l’exclusion, revaloriser les minima sociaux (AAH, etc.), améliorer la prise en charge de la perte d’autonomie, créer 750 nouvelles maisons de santé pluridisciplinaires, diversifier le mode de financement de l’hôpital, mettre un terme à la convergence tarifaire public-privé, réformer en profondeur la T2A, réorienter la santé publique sur la prévention, ouvrir le droit au mariage et à l’adoption aux couples de même sexe, revoir les modalités d’accès à la complémentaire Santé, etc. On le voit le gouvernement a de quoi faire.