Soins funéraires pour les séropositifs : l’heure a-t-elle sonné ?

Publié par Mathieu Brancourt le 12.01.2017
23 773 lectures
Notez l'article : 
5
 
Droit et socialsoins funérairesthanatopraxie

Une discrimination jusqu’à la mort. Promesse de campagne de François Hollande, la fin du refus des soins funéraires pour les séropositifs pourrait devenir enfin réalité en cette fin de quinquennat. Mais face à l’opposition de députés de droite comme de gauche, le gouvernement a décidé de passer par la voie réglementaire. Avec à la clé, peut-être, des soins funéraires pour les séropositifs en 2017. Explications.

Le 16 décembre dernier, un décret publié au "Journal Officiel" introduit l’obligation de vaccination à l’hépatite B et la vérification de l’immunisation des thanatopracteurs, personnes en charge de réaliser les soins funéraires. La pratique de soins de conservation est en augmentation en France, avec 200 000 actes environ par an en France, selon des données de 2012 (selon les projections du HCSP). Ils sont réalisés par environ 1 000 thanatopracteurs en exercice, dont près de la moitié sont des professionnels indépendants, ne bénéficiant donc pas d’un suivi par la médecine du travail. Par ce décret, le ministère de la Santé et les autres ministères associés (1) relance le processus, avorté, de la mise en œuvre des conditions adéquates permettant de levée l’interdiction des soins funéraires pour les personnes porteuses du VIH ou d’une hépatite virale décédées.

Nouvelle voie

Initialement dans son article 52, la loi de modernisation de notre système de santé, votée fin 2015 et promulguée en janvier 2016, prévoyait une réforme des conditions d’hygiène et de sécurité dans la pratique de la thanatopraxie afin de pouvoir la rendre possible pour les personnes séropositives au VIH et aux hépatites virales. Par la mise en place de nouvelles normes et de nouveaux critères sanitaires, obligeant le recours à des lieux dédiés (chambres mortuaires spécifiques), le gouvernement voulait écarter le recours des soins de conservation à domicile et ainsi lever cet obstacle. Une réponse à la demande des associations, vent debout contre cette interdiction devenue obsolète compte tenu des progrès médicaux et de la connaissance des modes de contaminations. Mais lors des débats parlementaires, des députés et sénateurs, droite et gauche confondues, sous la pression d’associations catholiques et d’un certain nombre de syndicats de thanatopracteurs, amendent le texte et maintiennent la possibilité des soins au domicile de la personne décédée. Bloquant par ricochet la possible fin du refus des soins funéraires pour les séropositifs, au grand dam des activistes. Afin d’éviter un nouveau camouflet, le ministère de la Santé va s’abstenir d’un nouveau débat parlementaire en s’accommodant des soins à domiciles, mais compte passer par voie réglementaire pour arriver à ses fins.

Une levée pour octobre 2017 ?

La Direction générale de la Santé, à partir de ses projets de décrets et d’arrêtés, a fait une saisine du Haut conseil en santé publique (HCSP) en juillet 2016. Le HCSP s'est prononcé une première fois le 1er septembre. Il recommandait, lui aussi, la fin des soins à domicile. Comme le Parlement s’est opposé à cette interdiction dans le cadre de la loi Santé, le ministère de la Santé a demandé au Haut conseil de revoir sa copie et de rendre un nouvel avis le 23 décembre dernier, en prenant en compte la donne incompressible des soins à domicile. Ce qui doit permettre au gouvernement, via un rapport du ministère de la Santé, de proposer une nouvelle méthode pour changer la loi en vigueur, et un calendrier de mise en œuvre de cette réforme. D’après nos informations, une solution qui permet ainsi le maintien de la possibilité des soins à domicile, mais en encadrant et restreignant davantage sa pratique par des critères très précis, a été retenue. Un compromis acceptable pour les activistes, qui ont tenu à rappeler des évidences scientifiques. Les associations de santé expliquent que le principal risque rencontré par les professionnels repose sur la non connaissance du statut sérologique des personnes, mais qu’en revanche, la situation médicale des personnes séropositives au VIH ou aux hépatites a bien changé, grâce à des traitements très efficaces, voire qui guérissent, dans quasi tous les cas, pour le VHC. Et que pour cela, l’interdiction pure et simple des soins à domicile n’a plus lieu d’être.

Avec un décret en conseil d’état, statuant sur l’ensemble de la filière, les autorités fixent les lieux possibles de pratique des soins funéraires : salle ou local de préparation des chambres mortuaires et funéraires, ainsi que le domicile de la personne décédée. Les hautes conditions sanitaires sont définies dans un arrêté spécifique. L'entrée en vigueur du décret serait au 1er octobre 2017. Il est également prévu une évaluation de cette réforme au bout de trois ans. Dès lors, on peut penser que cette nouvelle législation permettra la levée de la restriction, inscrite depuis 1986. Mais rien ne garantit que la levée des restrictions soit mise en œuvre à cette date. Consultées pendant l’écriture des décrets, les associations de lutte contre le sida et les hépatites virales espèrent que ces derniers seront publiés avant l’échéance présidentielle, afin d’éviter de voir la levée de cette discrimination encore reportée à une nouvelle mandature.

(1) : Le Premier ministre, le ministre de l’Economie, la ministre de la Santé, la ministre du Travail, le ministre de l’Intérieur.

Commentaires

Portrait de sebastienthanato

il n'y a aucunes discriminations de notre part ,on presente des défunts sans soins au familles en faisant une toilette mortuaire .

C'est facile de nous incriminer et je crois qu'on est sacrifié aux profits des politiques . 

Nous travaillons dans des conditions parfois difficiles , nous ne sommes pas des medecins et les soins de conservations ne sont pas obligatoires comme les soins médicaux. 

Doit on encore prendre des rsiques supplementaires pour réaliser des soins sur les presonnes atteintes du vih ou d'une hépatite C ??? et en plus SANS LE SAVOIR ???

Le jeu en vaut-il la chandelle de faire prendre des risques à une petite profession qui ne fait pas de bruit et qui travaillent dans l'ombre pour le service des familles qui subissent un  deuil?

Si dans l'avenir on nous obligent  à les faire alors on doit le savoir pour pouvoir prendre encore plus de précautions.

sebastien Boukhalo 

Portrait de jean-rene

Mais, le VIH ne se transmettant que par les liquides, quels risques prenez-vous si vous effectuez les soins funéraires avec des gants appropriés ?

Portrait de sebastienthanato

Je vois que personne ne connait le déroulement d'un soin de conservation mais je ne vais pas vous l'expliquer en détail 

On utilise des tranchants pour exterioriser des vaisseaux et des piquants pour des sutures  ,on est exposé à des risques de coupure ,les gants qu'on utilisent sont des gants latex comme les médicaux .On ne travaillent pas dans des locaux aseptisés comme les chirurgiens .

Je me suis inscrit sur ce site pour vous expliquer mon point de vue et avoir un dialogue constructif .

On est fatigué qu'on nous traitent d'homophobes parce que on est contre cette loi .

Portrait de jean-rene

Vous êtes exposés à des risques de coupure même avec des gants en latex ?

Portrait de sebastienthanato

Bien sur !!!

Portrait de jean-rene

Quelle protection vous faudrait-il alors  ?

Portrait de sebastienthanato

Déjà etre au courant de la pathologie du défunt...la loi ne prevoit pas ça ,bien sur le risque zero n'existe pas mais nous travaillons pas dans des lieux qui ne sont pas appropriés  (domicile ) ou labo sur une simple table  ,allez demander à un chirurgiens d'operer dans un lit médicalisé dans un domicile !!!!

Portrait de jean-rene

Le problème, c'est que le défunt pouvait ignorer qu'il était infecté par le VIH. Donc être au courant de sa pathologie ne vous sert a rien puisque vous ne serez jamais au courant que des pathologies dont il avait connaissance.

La question est donc :  "quelle protection vous faut-il pour un défunt ignorant de certaines de ses pathologies ?"

Portrait de sebastienthanato

c'est une réponse reccurente face à ce problème!!!!

aujourd'hui il est interdit de faire les soins sur les hiv et les hepatites C ,les medecins qui signent les certificats de dc ,le note en général ,oui peut etre on a du faire des soins sur des gens qui ne le savait pas eux meme qu'il etait porteur du virus mais ce n'est aucunement une excuse a nous exposer encore plus à des risques !!!!! non??? on a pas le droit nous aussi au respect?

Ce qui me gene c'est qu'on nous accuse de discrimination, voir d'homophobie, il n' y a plus de mise en biere immediate pour ce genre de cas et les corps sont presentés meme si il n ' y a pas eu de soins (injection arteriel de formol et recuperation des liquides biologiques) avec une toilette mortuaire.

Nous sommes des gens qui respectons le plus les defunts ,qu'il soit de couleur ,de differentes religions,enfants ,accident de la route,suicide,personnes agées et porteur dd vih et de l'hepatite C ,on a toujours presenté les corps et on sait apporter une solution à chaque probleme pour les familles endeuillées .

Mais je peux comprendre votre position face à ce probleme mais renseignez vous  plus sur notre profession avant de nous icriminer .

Mais bon si la loi passe ,on les fera ne vous inquitez pas !!!!! après ce n'est plus votre problème , le combat se fera au niveau du ministere de la santé pour qu'on soit mieux encadrer et qu'on nous donne les moyens de pouvoir faire les soins sur ce genre de cas .

 

Portrait de jean-rene

Je ne vous accuse de rien et ne vous incrimine en rien, je vous pose la question : "quelle protection vous faut-il pour un défunt ignorant de certaines de ses pathologies ?" et j'attends toujours votre réponse.

Portrait de Butterfly

sebastienthanato wrote:

c'est une réponse reccurente face à ce problème!!!!

aujourd'hui il est interdit de faire les soins sur les hiv et les hepatites C ,les medecins qui signent les certificats de dc ,le note en général ,oui peut etre on a du faire des soins sur des gens qui ne le savait pas eux meme qu'il etait porteur du virus mais ce n'est aucunement une excuse a nous exposer encore plus à des risques !!!!! non??? on a pas le droit nous aussi au respect?

Ce qui me gene c'est qu'on nous accuse de discrimination, voir d'homophobie, il n' y a plus de mise en biere immediate pour ce genre de cas et les corps sont presentés meme si il n ' y a pas eu de soins (injection arteriel de formol et recuperation des liquides biologiques) avec une toilette mortuaire.

Nous sommes des gens qui respectons le plus les defunts ,qu'il soit de couleur ,de differentes religions,enfants ,accident de la route,suicide,personnes agées et porteur dd vih et de l'hepatite C ,on a toujours presenté les corps et on sait apporter une solution à chaque probleme pour les familles endeuillées .

Mais je peux comprendre votre position face à ce probleme mais renseignez vous  plus sur notre profession avant de nous icriminer .

Mais bon si la loi passe ,on les fera ne vous inquitez pas !!!!! après ce n'est plus votre problème , le combat se fera au niveau du ministere de la santé pour qu'on soit mieux encadrer et qu'on nous donne les moyens de pouvoir faire les soins sur ce genre de cas .

 

Wao je comprends tout ce que vous avez dit et oui c logique qu'il y a ds risques avec juste des gants en latex etc  mais bon les gens manque de réflexions ou n'ont pas séjourner beaucoup a l'hopital ds mois comme on dit ....... Je sais que vous ne choisissez pas vos malades ou vos morts ! c logique dans votre métier.!! ah j'ai était en 2013 2 mois dans un hopital et jamais j'ai vu de la réticence a me soigner même qu'il me proposait de m'aider a me laver mdr voyez tout le monde n'est pas con dans votre milieu ! comme ds patients ..... J'y ai vu pas mal d'homo hommes et femmes on discutait , je suis du genre sociable a parler avec tout individu malade de toute sortes de maladies ou pas c mon coté ange j'écoute je parle sans rien attendre en retour que leurs sourires si en plein désespoir ou de peur de mourir et pourtant depuis 84 que l'on m'a contaminé je pourrais etre aigri ben non ça sert a rien c la vie..

 

Perso moi je veux être incinéré .. est ce les mêmes choses que vous faites sur le corps ? ou c plus rapide plus simple ! sachant que le don d'organes ( je crois ) est interdit bien sur .. ou dites moi lesquel peuvent être donné mdr je l'écrirai un jours ... 

Portrait de Exit

sebastienthanato wrote:

il n'y a aucunes discriminations de notre part ,on presente des défunts sans soins au familles en faisant une toilette mortuaire .

C'est facile de nous incriminer et je crois qu'on est sacrifié aux profits des politiques . 

Nous travaillons dans des conditions parfois difficiles , nous ne sommes pas des medecins et les soins de conservations ne sont pas obligatoires comme les soins médicaux. 

Doit on encore prendre des rsiques supplementaires pour réaliser des soins sur les presonnes atteintes du vih ou d'une hépatite C ??? et en plus SANS LE SAVOIR ???

Le jeu en vaut-il la chandelle de faire prendre des risques à une petite profession qui ne fait pas de bruit et qui travaillent dans l'ombre pour le service des familles qui subissent un  deuil?

Si dans l'avenir on nous obligent  à les faire alors on doit le savoir pour pouvoir prendre encore plus de précautions.

sebastien Boukhalo  

 

Alors maintenant les propos sérophobes sont permis sur le forum ? On a supprimé de mes propos pour bien moins que ça !!!!

Avant de venir parler sur un site dont la population est concernée par le VIH, il serait bon que vous vous renseignez sur le    VIH car comme beaucoup vous avez 20 ans de retards dans vos propos, et c'est à cause de gens comme vous que la sérophobie continue toujours en 2016 !!! Vos propos sont non seulement déplacés mais totalement faux !

D'abord pour votre information, quand une personne séropositive vient à mourir du Sida ou de tout autre maladie ou accident ou n'importe quoi d'autres, la personne séropositive redevient séronégative et n'est plus porteuse du VIH !

Donc vous avez beau vous coupez la main (lol), ou faire une transplantation de sang, vous risquez rien ! Car si l'hôte meurt, le virus meurt aussi, comme n'importe quel autre virus !!!

Ensuite, vos *** Un propos a été modéré *** coupure, lol, ça me fait bien rire, jamais entendu parlé de ceci, comme si cétait quelque chose de courant... *** Un propos a été modéré ***

La France est le seul pays au monde qui refuse que les personnes séropositives puissent avoir le droit de mourir dignement comme n'importe quelle autre personne ! La France devrait être condamnée pour ceci, car il s'agit simplement de sérophobie pure !!!! *** Un propos a été modéré ***

Portrait de jean-rene

Es-tu sûr, Exit, que  le VIH ne survit pas une seconde à la mort de celui qu'il a infecté ?

Portrait de Exit

Le VIH est un virus. Et l'on sait aujourd'hui que le virus est un être vivant. Hors un virus ne peut pas continuer à vivre dans un corps mort, dans un sang et des cellules mortes. On sait que le VIH ne peut pas survivre plus de quelques secondes à l'air libre. Hors une fois que l'on est mort, il faut environ 2 heures pour que le corps devienne froid et donc pour que les cellules meurent toutes. Qui veut dire 2 heures maximum pour que l'air devienne libre. De ce fait je ne vois pas comment en 2 heures de temps après la mort du sujet, le VIH ait le temps d'infecter du personnel sanctuaire qui ne pourra de toute manière rien faire avant plusieurs heures (bien au delà de 2 heures)...

Ensuite seconde chose :

C'est un peu comme si sur cette planète, il venait à ne plus avoir d'oxygène, combien de temps pourrions nous vivre ? Et dans quel état serions nous ? Aurions nous aussi la force de nous déplacer ?

Ainsi quand on meurt  le VIH est très affaibli et il n'est pas possible pour lui de se déplacer dans du sang sans vie et sans aucun  mouvement car c'est le coeur qui sert de pompe au sang.

Donc le virus ne peut pas se déplacer dans le sang. Et ne peut pas survivre au delà de deux heures.... Donc comment peut il continuer à infecter ? C'est juste totalement impossible !

Portrait de sebastienthanato

je suis venu pour essayer de me faire comprendre et sans aggression ,juste un dialogue..

mais je vois que ce n'est pas possible .

juste une chose le corps ne se refroidit pas en 2 heures mais suivant la temperature ou il est exposé .

Quand a la survit du VHI , on ne sait pas exctament sa survie ,il serait bon d'avoir l'avis d'un professeur. Le virus de l'hepatite C reste actif et encore plus dangereux ,il y a eu des cas de contamination chez nous.

les mesures de protection du thanatopracteur sont le blouse le masque à cartouche les gants mais ceci tout comme les personnels soigants ,le risque de coupure n'est pas exclus et si demain un accident arrivait ,on aimerai bien le savoir pour que nous puissons nous prevenir contre une eventuelle infection avec une trithérapie urgence ,pour notre securité.je ne vois pas de propos serophobe !!!!!

Portrait de sebastienthanato

Butterfly wrote:

 

Perso moi je veux être incinéré .. est ce les mêmes choses que vous faites sur le corps ? ou c plus rapide plus simple ! sachant que le don d'organes ( je crois ) est interdit bien sur .. ou dites moi lesquel peuvent être donné mdr je l'écrirai un jours ... 

incineré ou inhummé cela n'a aucune importance ,le receuillement se fait avant .

Merci de votre reponse .

Portrait de jean-rene

Même question, donc, pour la survie du VHC que pour celle du VIH.

Portrait de sebastienthanato

Exit wrote:

Alors maintenant les propos sérophobes sont permis sur le forum ? On a supprimé de mes propos pour bien moins que ça !!!!

Avant de venir parler sur un site dont la population est concernée par le VIH, il serait bon que vous vous renseignez sur le    VIH car comme beaucoup vous avez 20 ans de retards dans vos propos, et c'est à cause de gens comme vous que la sérophobie continue toujours en 2016 !!! Vos propos sont non seulement déplacés mais totalement faux !

D'abord pour votre information, quand une personne séropositive vient à mourir du Sida ou de tout autre maladie ou accident ou n'importe quoi d'autres, la personne séropositive redevient séronégative et n'est plus porteuse du VIH !

Donc vous avez beau vous coupez la main (lol), ou faire une transplantation de sang, vous risquez rien ! Car si l'hôte meurt, le virus meurt aussi, comme n'importe quel autre virus !!!

Ensuite, vos *** Un propos a été modéré *** coupure, lol, ça me fait bien rire, jamais entendu parlé de ceci, comme si cétait quelque chose de courant... *** Un propos a été modéré ***

La France est le seul pays au monde qui refuse que les personnes séropositives puissent avoir le droit de mourir dignement comme n'importe quelle autre personne ! La France devrait être condamnée pour ceci, car il s'agit simplement de sérophobie pure !!!! *** Un propos a été modéré ***

C'est avec des gens comme vous que le débat n'évolue pas ,je ne vois le rapport entre mourir dignement et de préparer une personne qui est déjà décedée ?? je redis les personnes sont presentées à la famille . 

Vous avez envie de nous dénigrer alors allez y !!!!faites vous plaisir .

Mourir dignement oui alors allez soutenir les pauvres SDF qui crevent comme des chiens dans le froid et qui ont le droit juste un cerceuil déclassé payé par la mairie et enterré en terrain commun!!!!!!

Portrait de detlevera

Pourquoi les précautions maximales ne seraient-elles pas prises systématiquement? Un masque des gants et une formation (que vous recevez peut être déjà??). Le risque de coupure ou de piqure existe dans toutes les professions  médicales ou paramédicales.

J'entends bien que cela ne justifie pas de courir des risques supplémentaires et inutiles, pourtant si les protocoles sont respectés, quelle est la probabilité d'une contamination?

Et puis une infirmière qui se couperait accidentellement subirait à minima un 1er test hiv et un traitement d'urgence+ rappel des précautions minimales à observer dans le cadre d'une vie de couple (préservatif...) puis nouvel examen quelques semaines plus tard, et cela même si la personne qu'elle soignait initialement n'était pas identifiée comme porteuse du hiv.

Ce n'est pas prévu dans votre profession ?

Bien sur cela ne protège pas mais si cela n'est pas prévu c'est à votre branche de le négocier.

Aujourd'hui il s'agit du hiv et des hépatites. Mais rien ne dit si demain d'autres virus pourraient  également vous concerner. Et alors quoi ? Ce serait la fin de vote métier comme vous l'exercez actuellement si vous refusez certains soins en fonction de certaines pathologies ?

Je ne critique pas : j'interroge, par méconnaissance notamment.

Det.

Portrait de sebastienthanato

Les corps des personnes décédées des maladies contagieuses suivantes, limitativement énumérées :

- orthopoxviroses ;

- choléra ;

- peste ;

- charbon ;

- fièvres hémorragiques virales,

doivent être déposés en cercueil hermétique équipé d'un système épurateur de gaz, immédiatement après le décès en cas de décès à domicile et avant la sortie de l'établissement en cas de décès dans un établissement de santé. Il est procédé sans délai à la fermeture définitive du cercueil.

NOTA : 

Par décision n° 200777 du 29 novembre 1999, le Conseil d'Etat a annulé l'article 1er de l'arrêté du 20 juillet 1998, en tant qu'il prescrit la fermeture immédiate et définitive du cercueil hermétique dès la mise en bière.

Il ne peut également être délivré une autorisation de pratiquer des soins de conservation sur les corps des personnes décédées de l'une des maladies énumérées à l'article 1er.

Il ne peut également être délivré une autorisation de pratiquer des soins de conservation sur le corps des personnes décédées :

- d'hépatite virale ;

- de rage ;

- d'infection à VIH ;

- de maladie de Creutzfeldt-Jakob ;

- de tout état septique grave, sur prescription du médecin traitant.

voici les maladies dont on ne peut faire les soins de conservation aujourd 'hui la futur loi prevoit de les autorisés sur le VIH et L 'hepatite C donc on se sera rien ,bien sur on porte des gants et la panoplie du parfait petit chirurgiens sauf il sera bien quand meme qu'on le saches pour qu'on fasse encore plus attention .est ce criminel ce que je dis ? on ne sauve pas des vies et les soins ne sont pas obligatoires dans notre pays .On travaille souvent dans des locaux peu adpatés pour ce genre d'operation ,on retire pratiquement tout le sang pour le remplacer par du formol par les arteres  ,c'est un acte invasif et non une petite piqure .

Portrait de detlevera

Je ne trouve pas que ce discours soit criminel. D'ailleurs qui suis-je pour en juger ? Ce n'est que mon opinion personnelle.

Effectivement lorsque tu parles de fluides cela paraît bien au delà d'une petite injection. Pour  ma part je ne maîtrise pas du tout le sujet, je ne m'y suis pas intéressé d'assez près pour avoir une opinion plus prononcée.

Merci en tout cas pour cette réponse qui me parait claire.

Peut être reviendrais je par ici après que j'aurais approfondi mes recherches sur le sujet.

Det.

Portrait de sebastienthanato

Smile à la prochaine .

Portrait de detlevera

Il me semble qu'à la base la loi prévoyait de revoir les normes au niveau des soins pratiqués (notamment le lieu). 

C'est une question qui manifestement fait l'objet d'un rejet politique et peut être corporatiste.

Si l'on considère qu'effectivement les normes de sécurité devraient être revues dans leur globalité, serais tu toujours opposé dans ces conditions aux soins sur personnes hiv ou porteuses de l'hépatite ?

Si oui pourquoi?

Portrait de sebastienthanato

oui si on est au courant et qu'on nous donne les moyens techniques de les faire en toute securité .

il vont abandonner l'idée d'interdire les soins en domicile sous la pression des associations catholiques .

on est baloté d 'association en association et on est peu nombreux en france pour faire pression sur les politiques 

Portrait de cayenne

On peut comprendre au vu de vos conditions de travail que cela apparaisse comme une contrainte de plus de faire des soins conservatoires sur des personnes séro+ mais pourquoi ne pas prendre des précautions maximales pour chaque personne?

Perso je n'ai pas envie que l'on défile devant mon cercueil ouvert ,et me faire vider de mes tripes pour ça même une fois clamsée cela ne fait pas trop envie,donc dans la boite et au feu!

Si j'étais dictateur dans ce pays ,plus de soins conservatoires au formol pour personne et le problème serait réglé ,je me doutais bien que les cathos tradi étaient encore planqués dans un coin de cette problématique,et avant on faisait comment ,on se bouchait le nez ?

Courage à toi et tes collègues !

Valérie

Portrait de sebastienthanato

Apres avoir des soins de conservations n'est pas obligatoire ,c'est un choix personnel

Portrait de Exit

sebastienthanato wrote:

je suis venu pour essayer de me faire comprendre et sans aggression ,juste un dialogue..

mais je vois que ce n'est pas possible .

juste une chose le corps ne se refroidit pas en 2 heures mais suivant la temperature ou il est exposé .

Quand a la survit du VHI , on ne sait pas exctament sa survie ,il serait bon d'avoir l'avis d'un professeur. Le virus de l'hepatite C reste actif et encore plus dangereux ,il y a eu des cas de contamination chez nous.

les mesures de protection du thanatopracteur sont le blouse le masque à cartouche les gants mais ceci tout comme les personnels soigants ,le risque de coupure n'est pas exclus et si demain un accident arrivait ,on aimerai bien le savoir pour que nous puissons nous prevenir contre une eventuelle infection avec une trithérapie urgence ,pour notre securité.je ne vois pas de propos serophobe !!!!!

Bien on voit que vous n'êtes pas concerné par le VIH et non le VHI car vos propos ont 20 ans de retards....

D'abord aujourd'hui l'hépatithe C se guérit donc pourquoi ces personnes qui sont guérient n'auraient elles pas le droit à des soins comme tout le monde ?

Ensuite le corps se refroidit bien en 2 heures, je parle pas de la température ou il est exposé (rien à voir). Le corps se refroidit en deux heures, ce qui fait que les cellules ne puissent plus continuer à vivre, donc le VIH non plus. 

Oui vos propos sont sérophobes comme cette loi qui ne concerne que la France et aucun autre pays au monde ! Trouvez-moi ne serait-ce un cas de contamination d'une personne séropositive décédée et qui a transmis le VIH ? Cherchez bien car c'est juste impossible !

Portrait de Exit

sebastienthanato wrote:

C'est avec des gens comme vous que le débat n'évolue pas ,je ne vois le rapport entre mourir dignement et de préparer une personne qui est déjà décedée ?? je redis les personnes sont presentées à la famille . 

Vous avez envie de nous dénigrer alors allez y !!!!faites vous plaisir .

Mourir dignement oui alors allez soutenir les pauvres SDF qui crevent comme des chiens dans le froid et qui ont le droit juste un cerceuil déclassé payé par la mairie et enterré en terrain commun!!!!!!

Désolé mais les propos de 30 ans en arrière, je ne cautionne pas. Renseignez-vous déjà sur le VIH à l'heure actuelle avant d'avoir des propos totalement discrimatoire. 

A l'heure actuelle, une personne qui a le VIH, qui est même indétectable et qui meurt d'un accident ou d'une maladie qui n'a même rien à voir avec le VIH n'a le droit à aucun soin, et je ne suis même pas certain qu'elle est présentée une dernière fois à la famille comme vous semblez le dire, on s'en débarasse plutôt au plus vite. Pour moi je n'appelle pas ceci mourir dignement, on est caché, jeté comme un vulgaire déchet. Je dirais même que c'est contraire aux droits de l'homme, avoir le droit comme n'importe quel mort d'être présenté à la famille. Ce n'est pas juste une question de religion (je ne suis athée pour info) mais une question de respect envers la famille du défunt surtout que la plupart des personnes séropositives ne mettent pas au courant leur famille (les parents par exemple) qu'elles ont le VIH. Et donc quelle est la réaction de la famille quand on leur dit qu'il nest pas possible de présenter le corps à la famille ? La famille va donc vouloir savoir le pourquoi, et dans ce cas là le secret médical est-il toujours préservé ? J'en suis pas certain une fois mort, et je pense que les médecins ne vont pas se gêner de donner l'information...Donc oui on meurt avec aucune dignité, tout ceci à cause d'une loi invraissemblable sur les personnes qui sont porteuses du VIH qui n'a a jamais été revue depuis les années 80 !

Portrait de sebastienthanato

Exit wrote:

Trouvez-moi ne serait-ce un cas de contamination d'une personne séropositive décédée et qui a transmis le VIH ? Cherchez bien car c'est juste impossible !

c'est logique qu'il n'y a pas de contamination dans notre profession car aujourd'hui c'est interdit 

Portrait de sebastienthanato

Exit wrote:

Désolé mais les propos de 30 ans en arrière, je ne cautionne pas. Renseignez-vous déjà sur le VIH à l'heure actuelle avant d'avoir des propos totalement discrimatoire. 

A l'heure actuelle, une personne qui a le VIH, qui est même indétectable et qui meurt d'un accident ou d'une maladie qui n'a même rien à voir avec le VIH n'a le droit à aucun soin, et je ne suis même pas certain qu'elle est présentée une dernière fois à la famille comme vous semblez le dire, on s'en débarasse plutôt au plus vite. Pour moi je n'appelle pas ceci mourir dignement, on est caché, jeté comme un vulgaire déchet. Je dirais même que c'est contraire aux droits de l'homme, avoir le droit comme n'importe quel mort d'être présenté à la famille. Ce n'est pas juste une question de religion (je ne suis athée pour info) mais une question de respect envers la famille du défunt surtout que la plupart des personnes séropositives ne mettent pas au courant leur famille (les parents par exemple) qu'elles ont le VIH. Et donc quelle est la réaction de la famille quand on leur dit qu'il nest pas possible de présenter le corps à la famille ? La famille va donc vouloir savoir le pourquoi, et dans ce cas là le secret médical est-il toujours préservé ? J'en suis pas certain une fois mort, et je pense que les médecins ne vont pas se gêner de donner l'information...Donc oui on meurt avec aucune dignité, tout ceci à cause d'une loi invraissemblable sur les personnes qui sont porteuses du VIH qui n'a a jamais été revue depuis les années 80 !

c'est un discours démagogique, les virus des hépatites et du HIV sont resistant plusieurs jours apres le décès et je peux vous certifier que le corps est presenté avant la fermeture du cerceuil à la famille .

Maintenant je ne suis pas venu ici pour me faire insulter de sérophobe et je vous suggère de vous renseingner un peu plus sur notre profession .

Portrait de jean-rene

Il faudrait que vous vous mettiez d'accord !

L'un affirme que le VIH et le VHC meurent en même temps que leur porteur.
L'autre dit qu'ils survivent plusieurs jours après son décès.

Que dit la science ?

Portrait de Exit

sebastienthanato wrote:

c'est logique qu'il n'y a pas de contamination dans notre profession car aujourd'hui c'est interdit 

Je parle de tous les autres pays au monde qui ne font aucune différence entre les seropos et les seronegatifs et résultats il n'y a aucune infection ! 

sebastienthanato wrote:

c'est un discours démagogique, les virus des hépatites et du HIV sont resistant plusieurs jours apres le décès et je peux vous certifier que le corps est presenté avant la fermeture du cerceuil à la famille .

Maintenant je ne suis pas venu ici pour me faire insulter de sérophobe et je vous suggère de vous renseingner un peu plus sur notre profession .

Preuves ???? Je veux des preuves de ce que vous dites puisque vous êtes très bien informés de part votre métier ! vous n'allez pas en trouver puisque le VIH ne peut pas vivre plusieurs jours après le décès d'un patient !!! 

jean-rene wrote:

Il faudrait que vous vous mettiez d'accord !

L'un affirme que le VIH et le VHC meurent en même temps que leur porteur.
L'autre dit qu'ils survivent plusieurs jours après son décès.

Que dit la science ?

La science dit que le virus ne peut pas vivre à l'air libre. Un corps mort est inévitablement exposé à l'air libre puisque les bactéries s'y développent dans les heures qui suivent la mort.

Portrait de jean-rene

Oui, Exit, mais quand le thanatopracteur retire le sang du défunt pour le remplacer par du formol, ce sang peut le contaminer à travers une muqueuse ou une blessure du thanatopracteur, avant même que le sang soit à l'air libre.

J'ai l'impresion que le thanatopracteur est aussi exposé au risque d'être infecté par le VIH ou le VHC que l'est un infirmier qui entre en contact avec le sang d'un séropo.

Portrait de Sophie-seronet

Hello,

Si effectivement le virus du VIH ne survit pas à l'air libre, le virus du VHC est lui particulièrement résistant et peut survivre plusieurs jours à l'air libre.

La force d'un débat c'est aussi l'écoute et la compréhension Wink

Bonne soirée. Sophie

Portrait de sebastienthanato

oui effectivement ,Merci 

Portrait de sebastienthanato

jean-rene wrote:

Oui, Exit, mais quand le thanatopracteur retire le sang du défunt pour le remplacer par du formol, ce sang peut le contaminer à travers une muqueuse ou une blessure du thanatopracteur, avant même que le sang soit à l'air libre.

J'ai l'impresion que le thanatopracteur est aussi exposé au risque d'être infecté par le VIH ou le VHC que l'est un infirmier qui entre en contact avec le sang d'un séropo.

oui bien sur. Mr Romero a soulevé le problème dans son combat ,les soins oui mais qu'on donnent aux thanatopracteurs les moyens de plus les securisés notament avec l'interdictions des soins à domiciles mais l'idée a été abandonnée apparement .

Pour repondre a Exit ,dans les autres pays les embaumeurs ont des super labo aux normes mais une études a demontré qu'il a de plus en plus de professionel qui contracté L'hépatite C en faisant leur travail.

je redis moi je veux bien faire les soins mais à conditions qu'on soit au courant ,pour qu'on puisse encore plus faire attention à nous . 

je ne vois pas où je suis serophobe ! à noter je me suis souvent occuper de faire des toilettes funeraire sur des personnes ayant le HIV .

Portrait de Exit

jean-rene wrote:

Oui, Exit, mais quand le thanatopracteur retire le sang du défunt pour le remplacer par du formol, ce sang peut le contaminer à travers une muqueuse ou une blessure du thanatopracteur, avant même que le sang soit à l'air libre.

J'ai l'impresion que le thanatopracteur est aussi exposé au risque d'être infecté par le VIH ou le VHC que l'est un infirmier qui entre en contact avec le sang d'un séropo.

Dès l'instant où l'on meurt le sang est à l'air libre puisque le coeur ne bat plus, la machine est arrêtée. Le VIH ne peut pas vivre dans un milieu comme ceci. Le fait que les bactéries soient présentent rapidement aussitôt après la mort montrent qu'elles peuvent accéder à l'intérieur du corps rapidement.  

Portrait de Exit

Aujourd'hui on guérit de l'hépatite C. Donc pourquoi les personnes qui ont le VHC et qui sont guéris du VHC n'ont elles pas droit à des soins comme tout le monde ? 

Et qui dit qu'une personne qui décède et qui n'est pas connue pour avoir l'hépatite C ne l'a pas ? 

sebastienthanato wrote:

Mr Romero a soulevé le problème dans son combat ,les soins oui mais qu'on donnent aux thanatopracteurs les moyens de plus les securisés notament avec l'interdictions des soins à domiciles mais l'idée a été abandonnée apparement .

Pour repondre a Exit ,dans les autres pays les embaumeurs ont des super labo aux normes mais une études a demontré qu'il a de plus en plus de professionel qui contracté L'hépatite C en faisant leur travail.

Il y a des pays qui ont bien moins de moyens que la France, qui n'ont pas de supers labos et pourtant qui ne font aucune discrimination. Je veux bien voir vos études de contaminations de l'hépatite C chez les professionnels ? honnêtement je n'y crois pas beaucoup surtout à l'heure actuelle !

Portrait de Exit

Petite vidéo qui explique ce qu'il se passe quand on meurt :

http://www.maxisciences.com/mort/qu-039-arrive-t-il-a-votre-corps-apres-...

Portrait de sebastienthanato

Exit wrote:

Dès l'instant où l'on meurt le sang est à l'air libre puisque le coeur ne bat plus, la machine est arrêtée. Le VIH ne peut pas vivre dans un milieu comme ceci. Le fait que les bactéries soient présentent rapidement aussitôt après la mort montrent qu'elles peuvent accéder à l'intérieur du corps rapidement.  

Faux ce sont les bacteries qui sont presentent à l'interieur de l'instestin qui commencent le proccessus de thanatomorphose .

Ce proccessus commence vraiment son action au bout de 72 h apres le décès du une tache verte abdominale à droite qui apparait .Ceci est un élément  qui permet pour dater la mort d'un corps .

Nous on intervient generalement apres 2 ou 3 heure de décès.

Portrait de sebastienthanato

Exit wrote:

Petite vidéo qui explique ce qu'il se passe quand on meurt :

http://www.maxisciences.com/mort/qu-039-arrive-t-il-a-votre-corps-apres-...

Ce sont des corps qui ont été exposés apres plusieurs jours dans la nature .

rien à voir avec les corps qu'on embaume  !!! 

puis je trouve que de mettre ce genre d'images ici est deplacé ,ce n'est pas un site médecine légale !!!!!

Portrait de jean-rene

Exit wrote:

Dès l'instant où l'on meurt le sang est à l'air libre puisque le coeur ne bat plus,

Non, Exit, ce n'est pas parce que le coeur ne bat plus que le sang sort spontanement du corps pour être en contact de l'air libre !

Tant que le sang reste à l'intérieur du corps d'un défunt, le VIH continue à vivre.

Portrait de Exit

sebastienthanato wrote:

Faux ce sont les bacteries qui sont presentent à l'interieur de l'instestin qui commencent le proccessus de thanatomorphose .

Ce proccessus commence vraiment son action au bout de 72 h apres le décès du une tache verte abdominale à droite qui apparait .Ceci est un élément  qui permet pour dater la mort d'un corps .

Nous on intervient generalement apres 2 ou 3 heure de décès.

Ce dont vous parlez c'est la putréfaction qui a lieu après 48 heures. Ce dont je parle n'a rien à voir et à lieu directement après la mort : les cellules éclatent, les gaz et les bactéries prennent le contrôle, le sang devient directement acide qui fait que le VIH ne peut pas y vivre. C'est pour ceci que je dis que le VIH se retrouve à l'air libre puisqu'il ne peut pas rester dans le sang et la machine du corps qui est morte fait que l'air y extérieur y est présent.

Petit lien qui explique ceci :

http://www.intox.tv/5-choses-etranges-qui-se-produisent-apres-la-mort/

Portrait de jean-rene

Exit wrote:

le sang devient directement acide qui fait que le VIH ne peut pas y vivre

Quen pense Sébastien ?

Portrait de Exit

Il a été démontré à plusieurs reprises que l'acidité pouvait tuer le VIH.

D'abord un chercheur au début des années 2000 avait dit qu'une dose importante de citron était non seulement un moyen contraceptif mais que ça pouvait aussi empêcher le VIH de se reproduire dans le sang à cause d'une trop forte dose d'acidité.

Mais ceci n'avait à l'époque pas été prouvé scientifiquement.

http://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Nouvelles/Fiche.aspx?doc=200...

Pourquoi le moustique ne peut il pas transmettre le VIH ?

Même si le VIH pourrait survivre quelques secondes dans le corps du moustique, à cause du PH bien plus acide du système digestif du moustique, le virus ne peut pas survivre.

http://www.myrmecofourmis.fr/Pourquoi-les-moustiques-ne-transmettent-pas...

Une étude du CNRS de 2007 disait déjà que l'acidité tuait le virus, (sans doute ont ils fait d'autres recherches entre 2002 et 2007 prouvant les dire du professeur avec sa théorie sur le citron) que le VIH ne pouvait pas survivre dans un sang au PH trop élevé. Les chercheurs se sont demandés pourquoi le virus pouvait continuer à vivre dans certaines cellules comme les macrophages (que l'on appelle aussi (à tort) les réservoirs) et qui sont des cellules qui appartiennent aux globules blancs https://fr.wikipedia.org/wiki/Macrophage qui ont normalement un PH élevé et sont donc acides.

Les chercheurs se rendus comptent que le VIH lorsqu'il rentre dans le corps, il commence par s'en prendre en premier lieu aux macrophages  et aux CD4 et donc par infecter les macrophages, une fois infecté les macrophages présentent un défaut d'acidité,  et donc le VIH peut s'y accumuler à l'intérieur et gérer sans peine cette acidité.

On voit bien d'après la photo de l'article que le VIH (en points noirs) s'accumulent d'avantage dans les macrophages (en clair essentiellement sur la gauche de la photo). 

http://www2.cnrs.fr/presse/communique/1163.htm

Ces macrophages sont d'ailleurs les réservoirs du VIH et ce sont ces macrophages qui s'infiltrent dans les tissus du corps (tissus graisseux, cerveau etc...) https://fr.wikipedia.org/wiki/Tissu_biologique et ce sont aussi ces macrophages que la trithérapie ne peut pas combattre et qui sont en même  temps utiles pour l'organisme car les macrophages appartiennent aux globules blancs et combatent les agents infectieux comme les bactéries, les vers, parasites etc... Donc il ne faut surtout pas les tuer.

Comme je l'ai dit plus haut (référencé par un article), lorsque l'on meurt, dans les secondes qui suivent, les cellules éclatent, et le sang devient acide dû à l'éclatement des cellules, or les macrophages ce sont justement des cellules et donc elles éclatent, le VIH se retrouve donc sans protection dans un sang au PH devenu très acide et il ne peut en aucun cas survivre à ceci. 

Enfin, je me trompe peut être mais je pense aussi qu'une fois mort, l'air à l'intérieur du corps est un air libre puisque la machine est arrêtée, il faudrait que j'y fasse d'autres recherches sur ce point. 

Ceci dit l'étude du CNRS montre que Le VIH ne peut pas vivre dans un sang acide, le lien sur les moustiques montre que le  VIH ne peut pas non plus vivre plus de quelques secondes en dehors des cellules (macrophages et des CD4), le premier lien explique clairement que les cellules éclatent directement après la mort et que le sang devient acide, ainsi même si l'air n'y serait pas libre, le VIH ne pourrait de toute manière pas y survivre. 

Portrait de sebastienthanato

jean-rene wrote:

Exit wrote:

le sang devient directement acide qui fait que le VIH ne peut pas y vivre

Quen pense Sébastien ?

ben disons si le sang était acide ,je le saurais ,mon materiel ne ferait pas long feu !!!!

c'est L'acidité du corps qui augemente peut à peu après le décès qui bien sur la partie du processus de putrefaction.

Portrait de jean-rene

L'acidité, ça n'est pas du tout ou rien, Sébastien.

Le sang peut être suffisamment acide pour tuer le VIH et pas suffisamment pour endommager ton matériel.

Portrait de sebastienthanato

"le sang reste fluide environ 1 h apres le décès.il coagule ensuite dans quelques secteurs (coeur et gros vaissaux) restant fluide ailleur". je vous cite un passage du livre pratique de la thanatopraxie de Michel Guenanten et Michel Durigon qui ce dernier est professeur honoraire de medecine Légale à la faculté de Paris comme ça il n'y aucune ambiguité sur mon discour que je tiens .

Ce livre est destiné aux futurs etudiants en thanatopraxie .

Portrait de sebastienthanato

jean-rene wrote:

L'acidité, ça n'est pas du tout ou rien, Sébastien.

Le sang peut être suffisamment acide pour tuer le VIH et pas suffisamment pour endommager ton matériel.

Ce sont des changements chimiques qui se deroulent aprés quelques jours de Décès .nous intervennons dans la journée quand le corps est putrefié nous pouvons plus rien faire .

Portrait de jean-rene

Exit wrote:

lorsque l'on meurt, dans les secondes qui suivent, les cellules éclatent, et le sang devient acide dû à l'éclatement des cellules

Ces "changements chimiques se déroulent après quelques jours de décès" ? ou dans les secondes qui suivent ?

Mettez-vous d'accord.