Soins mortuaires : le gouvernement interrogé

Publié par jfl-seronet le 11.12.2013
5 364 lectures
Notez l'article : 
5
 
0
Mode de viethanatopraxiesoins funéraires

Comme l’indique le site des Elus locaux contre le sida, la députée Jeanine Dubié (groupe Radical, républicain, démocrate et progressiste – RRDP, dans la majorité présidentielle) a interrogé (3 décembre) le gouvernement sur l’interdiction des soins funéraires aux personnes séropositives au VIH et aux hépatites B et C. Ce dernier lui a répondu. Voici l’échange.

"Dimanche passé 1er décembre, Journée mondiale de lutte contre le SIDA, les Jeunes Radicaux de Gauche et des associations ont publié une tribune dans la presse dominicale sur une discrimination insupportable des personnes séropositives jusque dans la mort. En effet, en 2013, les soins funéraires sont toujours refusés aux personnes séropositives au VIH/Sida ou à l’hépatite B ou C, en vertu de la règlementation en vigueur datant du 20 juillet 1998 qui interdit la pratique de soins de conservation sur les personnes séropositives décédées. Toutefois, aucun argument scientifique ne justifie une telle interdiction dès lors que la thanatopraxie s’exerce en respectant les précautions universelles de l’Organisation Mondiale de la Santé", avance la député des Hautes-Pyrénées.

"Un avis du Conseil national du sida (CNS), une promesse du précédent ministre de la Santé Xavier Bertrand, un rapport du Défenseur des droits et un avis favorable du Haut Conseil de la Santé Publique vont tous dans le sens d’une abrogation de ces dispositions discriminantes. Alors que les personnes vivant avec le VIH ou une hépatite doivent faire face tout au long de leur vie à une série de discriminations et une forte stigmatisation empreinte de fausses représentations sur la maladie, nous ne devrions pas prolonger ces discriminations après le décès. Nous sommes toutes et tous, dans cette Assemblée, concernés par la lutte contre les discriminations. Ma question est simple : Madame la Ministre, vous qui aviez annoncé en juillet 2012 lors de la Conférence Internationale sur le sida aux associations que cette décision relevait également du ministère de l’Intérieur, je voudrais savoir si le gouvernement songe à abroger ces dispositions discriminatoires en autorisant enfin les soins funéraires pour les personnes séropositives au VIH/sida et aux hépatites, et si oui, dans quels délais".

La réponse du gouvernement

En l’absence de la ministre de la Santé, Marisol Touraine, en déplacement, c’est Dominique Bertinotti, ministre déléguée chargée de la famille, qui a répondu à la députée. "Vous le savez sans nul doute : après avoir été alerté sur les difficultés rencontrées par les familles lors du décès de personnes infectées par le VIH, le Conseil national du sida a publié en 2009 un avis sur les opérations funéraires et demandé l’annulation de l’interdiction de réaliser des soins de conservation sur le corps des personnes atteintes d’infections transmissibles, telles que le VIH et les hépatites. En 2011, le même Conseil national du sida a réitéré sa position. Le Défenseur des droits, la même année, a demandé à son tour la levée de l’interdiction. Le Haut Conseil de la santé publique a été saisi en 2012", explique-t-elle. Ok, c’est exactement ce que vient déjà de lui dire la députée. Alors, du neuf ? Oui !

"Cette année, un rapport a été demandé à l’Inspection générale des affaires sociales et à l’Inspection générale de l’administration. Il sera rendu public prochainement. Sur la base de ce rapport, le gouvernement étudiera toutes les recommandations et les conditions préalables posées pour lever l’interdiction afin de permettre la pratique de soins sur les corps des personnes malades décédées. Cela suppose en tout état de cause de mener une réflexion en concertation avec les professionnels afin de leur garantir de bonnes conditions de sécurité face aux risques infectieux et chimiques", indique Dominique Bertinotti. "Dans le même temps, parce qu’il est très attaché à la lutte contre toute forme de discrimination, le gouvernement souhaite que l’ensemble des familles frappées par un deuil puissent également bénéficier de prestations de qualité dans le respect de la dignité du défunt". Voilà ! Un peu court...

Commentaires

Portrait de Felix77

qu'on me jettera aux lions de Vincenne, je suis contre les cimetières glauques, manquant de place pour faire des logements pour la démographie galopante, ma philosophie, place au vivant, les mort doivent être recyclé comme dans le mazdéisme, exposer les morts aux vautours et gypaéde barbue (mangeur d'os), sur les tour du silence, afin de ne pas briser le cycle naturellement divin, ça ne polue pas les eaux que nous buvons et c'est parfait contre les épidémies, en plus cela préserve le bois pour les crémations et la pierre pour les inumations. Je vous rappel qu'enfermer des dépouilles dans des sarcophage (cerceuil) n'est pas du tout une culture Européenne, mais une influence égyptienne, comme les religions du livre, qui ont repris des passages du livre des morts.