Stribild, trithérapie en un comprimé par jour, commercialisée en France

Publié par Renaud Persiaux le 25.02.2014
18 408 lectures
Notez l'article : 
5
 
ThérapeutiqueStribild

Stribild, première trithérapie anti-VIH avec anti-intégrase en un comprimé par jour vient de voir son prix de remboursement fixé au Journal Officiel : 980 € TTC / mois. Elle est désormais disponible en pharmacie hospitalière et de ville, et son remboursement est donc effectif.

L’autorisation de mise sur le marché (AMM) de Stribild, délivrée en mai 2013, porte sur l’infection par le VIH 1 chez les adultes naïfs de traitement antirétroviral ou infectés par une souche de VIH 1 sans mutation de résistance à ces trois antirétroviraux. Son prix est de 980 euros/mois.

Stribild contient quatre molécules

Les 2 nucléosides qui composent Truvada : l’emtricitabine et le ténofovir ;
Une nouvelle anti-intégrase : l’elvitégravir 150 mg (qui n’est pas encore commercialisé en tant que composant séparé) ;
Le booster de cette anti-intégrase (qui augmente ses concentrations) : le cobicistat.
Le comprimé unique par jour doit se prendre avec de la nourriture.

Points forts

Stribild va permettre l’utilisation des comprimés "tout en un" par de nouvelles personnes, notamment :

  • Les personnes ne supportant pas les effets psy de l’éfavirenz contenu dans Atripla (dépression, vertiges, cauchemars), Stribild est relativement bien tolérée sur le plan psy ;
  • Les personnes dont les virus présentent des résistances aux non nucléosides (Sustiva, Viramune, Edurant aussi contenu dans Eviplera) et qui doivent utiliser des anti-intégrases.

Isentress, qui était jusqu’à présent la seule anti-intégrase commercialisée, s’utilise en 2 prises par jour (même si certains médecins autorisent la prise des deux comprimés en une prise par jour) et doit être associée à d'autres agents antrétroviraux, généralement un comprimé de Truvada ou un comprimé de Kivexa.

Avec 980 euros/mois, Stribild constitue un traitement avec anti-intégrase nettement moins cher que Truvada (1 comprimé par jour) + Isentress (1 comprimé deux fois par jour) : 1220 € TTC/mois.

Points faibles

L’elvitégravir a un profil de résistance croisée avec Isentress. Si le virus qu’on porte est résistant à Isentress, il risque fort de l’être à l’elvitégravir, et dans ce cas Stribild ne sera pas intéressant. Il faudra pour cela utiliser une autre anti-intégrase, le dolutégravir (Tivicay).

Les effets indésirables liés au cobicistat, le booster. Après des espoirs initiaux, il ne semble finalement guère mieux toléré sur le plan digestif que le seul booster actuellement disponible, le Norvir (ritonavir). Les effets indésirables les plus fréquemment rapportés avec ont été les nausées (16 %) et les diarrhées (12 %). Cela devra être vérifié dans la vraie vie.

De plus, les effets du ténofovir sur les reins et les os (diminution de la densité minérale osseuse) semblent légèrement plus fréquents avec Stribild, probablement en raison de l’effet potentialisateur du cobicistat. Une surveillance étroite des patients est nécessaire avant et pendant le traitement par Stribild.
Par ailleurs, Stribild a un fort potentiel d’interactions médicamenteuses. Son association avec de nombreux médicaments est contre-indiquée (se référer au résumé des caractéristiques du produit ou RCP : mises en gardes spéciales et précautions d’emploi), notamment avec le millepertuis parfois utilisé dans les dépressions légères.

Avec 980 € TTC / mois, Stribild est sensiblement plus cher que les autres trithérapies en 1 comprimé par jour déjà disponibles, qui combinent deux nucléosides et un non nucléoside : Atripla (Truvada + efavirenz : 746 € TTC /mois) et Eviplera (Truvada + rilpivirine : 756 € TTC /mois). Il se situe cependant dans la fourchette de prix des combinaisons avec antiprotéase (Prezista, Reyataz, Kaletra), plus précisément deux nucléosides + une antiprotéase boostée par ritonavir, qui sont très souvent prescrites en France.

De nouvelles recommandations

Le tableau suivant, extrait de l’avis de la commission de la transparence (Haute autorité de santé) reprend les effets indésirables relevés dans les essais cliniques. Stribild y est comparé à Atripla et à Truvada + Reyataz/Norvir.

Suite à la commercialisation de cette nouvelle option, le groupe d’experts français sur la prise en charge des personnes vivant avec le VIH actualisera ses recommandations dans les prochains mois. Le groupe avait choisi de ne pas inclure le Stribild, qui n’était pas encore commercialisé et dont le prix n’était pas encore connu, dans le rapport général finalisé en juin 2013 et rendu public en septembre.

Lire l’avis de la commission de transparence (Haute autorité de santé), 6 novembre 2013.
Lire la synthèse de l’avis de la commission de transparence (Haute autorité de santé), 6 novembre 2013.

Commentaires

Portrait de Paradixman

C'est lesquels de médicaments ou on trouvent les trois agents antirétroviraux contenus dans STRIBILD?

Je cherche , je cherche mais je voudrais pas me planté.

Sagit-il de ceux là : Atripla, Sustiva, Viramune, Edurant et isentress!!

A part Viramune et isentress les autres je connais pas.

Euh oui! 

Qu'est ce que vous appelez des patients naîfs?

On peut pas tout savoir

Sealed


Portrait de Sophie-seronet

Bonjour,

Stribild contient :

- de l'embricitabine et du ténofovir (nom commercial : viread) qui sont les deux molécules contenues dans le Truvada

- une nouvelle molécule : l’elvitégravir (qui n’est pas encore commercialisée seule)
- un booster : le cobicistat

C'est un nouveau combo.

Les patients naïfs sont ceux qui n'ont pas encore initié un traitement d'ARV.

N'hésite pas si tu as d'autres interrogations...

Bonne soirée. Sophie

Portrait de Lifemass

Slt ! 

En voyant le tableau ci-dessus, les effets sont + ou - identique ! de toute les façons, on n'a pas le choix ! Pourvu qu'on puisse vivre un maximum de temps !

Merci la science !

Portrait de Muffin64

Il faut voir lequel des traitements avec son infectio est le mieux adapte a son virus. Voir si le type de virus VIH 1 ou 2 sont sensibles aux molécules dans chaque traitement : test de genotype et de sensibilité. Après ne pas hésiter (mais pas au bout de 2 jours ou 10 jours sauf effets graves) a changer pour un nouveau traitement. Par exemple après 1 mois  si les résultats espérés ne sont pas la en terme d'indetectabilte et/ou d'effets secondaires trop importants a supporter dans notre vie tout simplement. 

Portrait de schischi

après un mois de traitement Stribild, ma charge virale est tombée de 42000 à 72 copies, et une baisse aussi notable pour la syphilis; le temps que mon corps s'adapte au Stribild, j'avoue ne pas avoir noté d'effets secondaires gênants, au moins pour le moment, mais je commence à vraiment retrouver le moral

bonjour à tous

Portrait de tof35

Bonjour, 

Je suis actuellement souS Eviplera que mon infectiologue m'a prescrit suite à l'intolérance du Ryataz (double et dégradation digestive importants et Prezysta énormes troubles psychiatrique dpéression, pensées morbide etc.

A ce jour je suis sous Eviplera et je n'arrive pas à faire soigner les troubles de la dépression, je compte demander à mon infectiologue de passer sous Stribild, qu'en pensez vous?

Merci pour vos conseils