Stribild, trithérapie en un comprimé par jour, est approuvée en Europe

Publié par Renaud Persiaux le 04.06.2013
26 314 lectures
Notez l'article : 
5
 
ThérapeutiqueStribild

Approuvée aux Etats-Unis en août 2012, cette nouvelle trithérapie en un comprimé par jour de Gilead a reçu un avis positif de l’Agence européenne du médicament le 22 mars dernier. Cet avis positif a été officialisé par l’Union Européenne le 28 mai. La commercialisation en France n’est pas attendue avant la mi 2014.

Et de trois ! Après Atripla et Eviplera, qui sont déjà commercialisées respectivement depuis juin 2009 et septembre 2012, Stribild est la troisième trithérapie en un comprimé par jour à être autorisée par l’Agence européenne du médicament.

Développée par la firme Gilead, Stribild (plus connu sous son surnom "Quad") combine deux molécules déjà utilisées (ténofovir et emtricitabine, aussi contenues dans Truvada) et deux nouvelles, une anti-intégrase, l’elvitégravir, dosée à 150 mg, et son booster, le cobicistat, lui aussi dosé à 150 mg. Les résultats des études ont montré que chez des personnes dont c’était le premier traitement, Stribild était aussi efficace que deux autres trithérapies courantes : Atripla (Truvada + Sustiva) et Truvada + Reyataz/Norvir (études 102 et 103).

Effets indésirables

De quoi permettre l’utilisation des comprimés "tout en un" par les personnes ne supportant pas les effets psy de l’éfavirenz contenu dans Atripla (dépression, vertiges, cauchemars) ou encore chez les personnes dont les virus présentent des résistances aux non nucléosides (Sustiva, Viramune, Edurant).

Déception, en revanche, du côté d’autres effets indésirables, ceux liés au cobicistat qui est indispensable pour augmenter ("booster") les concentrations de l’elvitégravir. Après des espoirs initiaux, il ne semble finalement guère mieux toléré sur le plan digestif que le seul booster actuellement disponible, le Norvir (ritonavir).

Résistances croisées avec Insentress

L’elvitégravir a un profil de résistance croisée avec le raltégravir, seule anti-intégrase actuellement commercialisée (Isentress). Si le virus dont vous êtes atteint est résistant à Isentress, il risque fort de l’être à l’elvitégravir, et dans ce cas Stribild ne serait pas intéressant pour vous. Il faudra pour cela utiliser une autre anti-intégrase, le dolutégravir, d’ailleurs accessible en ATU nominative (Autorisation temporaire d’utilisation individuelle), pour les personnes sans autre option de traitement.

Un autre combo dans les tuyaux

Le dolutégravir est d'ailleurs lui aussi développé dans un comprimé "tout en un" avec Kivexa (abacavir et lamivudine), connu sous le surnom "Trii",  par ViiV Healthcare. Nul doute que la firme souhaite le positionner en concurrent direct du Stribild. Dans les essais cliniques, on a vu très peu d'apparition de résistances au dolutégravir, ce qui est un point encourageant. Déposée en décembre dernier, la demande d'autorisation de mise sur le marché (AMM) de la molécule est actuellement examinée par l'Agence européenne du médicament. Réponse attendue dans les prochains mois.

Problèmes de coûts

En attendant, aux Etats-Unis, la polémique fait rage au sujet du prix de Stribild (plus de 2 800 dollars par mois, quand Atripla coute environ 2 200 dollars et Complera/Eviplera 2 300 dollars).

Espérons que le laboratoire sera plus raisonnable dans ses négociations avec le Comité économique des produits de santés (CEPS) qui établit les prix des médicaments remboursés en France.

[Article du 29 mars 2013, mis à jour le 29 mai 2013 suite à l'autorisation de mise sur la marché officielle de l'Union européenne.]


Commentaires

Portrait de bear34

je suit cette nouvelle thérapi depuis bientôt 1ans en Août prochain! Appelée aussi QUAD! Si on gagne en (comfort) avec une seul pilule à prendre! En revanche elle détraque pas male le reste du corps,fois,douleur articulaire !Bref on avance mais doucement !

Portrait de Gelou72

Comme tu dis Bear34, S'il y a des effets secondaires avec le Stribild, on peut se poser la question d'un surdosage en prenant ce Quad tous les jours.

Qui va piano va sano hélas, moi je suis à 2 médoc par semaine, puisque depuis une dizaine d'année j'ai testé le traitement intermittent du Pr Leibowitch et son projet ICCARE et je ne souffre d'aucun maux.

Reste à le tester en traitement intermittent, on avance......., mais doucement

  

 

Portrait de pasch75

J'ai commencé le Stribild le 25 juillet 2014; pour l'instant tout va bien, prise de sang générale de controle le 27 et medecin le 3 sept.

Le fait de ne plus prendre un isentress de plus en court de journée est non négligeable car celà permet le temps d'une journée d'avoir libre court a ses occupations.

Faisant parti "d'agissant" à AIDES....quelque écho interne sur la lipodystrophie donc l'isentress sûr certaines personnes donne la brioche (comme pour moi) et stribild des problèmes neuropathiques. 

d'ici 2 mois puis 3 je noterai mon ressenti physique et psychique  sur ce"quad" thérapie.

Portrait de Vie foutue

Arrêt du stribild par le médecin au bout de 7 mois gros problème osseux et foie.