Truvada comme prévention : AIDES demande une RTU !

Publié par jfl-seronet le 27.02.2013
10 936 lectures
Notez l'article : 
0
 
SexualitéTruvadaPrEP

Fin janvier, à l'occasion de la journée organisée par Sidaction et AVAC (Global Advocacy for HIV Prevention) sur les traitements pré-exposition au VIH, AIDES a demandé à l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) d'étendre la prescription du Truvada à travers une RTU (recommandation temporaire d’utilisation), afin qu'il soit accessible en traitement préventif pour les personnes et groupes les plus exposés au VIH.

"Les récentes recherches et publications sur le sujet le démontrent : combiner différentes stratégies de prévention permet de réduire les risques de transmission et de faire baisser le nombre de nouvelles contaminations", souligne le communiqué de l'association, qui, dans cette perspective, demande "la mise à disposition temporaire et encadrée de Truvada pour les personnes séronégatives fortement exposées au VIH.

"En France, le Truvada est aujourd'hui utilisé comme traitement par les personnes séropositives. Nous demandons l'extension de sa prescription pour un usage préventif", explique Bruno Spire, président de AIDES.

"Alors que les Etats-Unis ont autorisé la prescription de ce traitement à titre préventif depuis plusieurs mois", AIDES fait valoir qu'en France aussi cette mise à disposition répond à un réel besoin. Et met en avant plusieurs éléments favorables à l'élaboration de cette recommandation temporaire d’utilisation :

- Elle correspond à un besoin thérapeutique préventif réel, pour des publics très exposés au VIH. Besoin non couvert par l’autorisation de mise sur le marché actuelle du Truvada ;
- Le rapport bénéfice/risque est favorable à l’usage du Truvada dans une indication préventive, comme démontré dans plusieurs études scientifiques internationales publiées ces deux dernières années ;
- L’extension d’indication a été récemment accordée par l’Agence américaine du médicament (FDA) et plusieurs recommandations d'experts favorables à l’usage du Truvada en prophylaxie pré exposition [traitement pré-exposition] ont été rendues publiques ces derniers mois (Organisation mondiale pour la santé, rapport d’experts sur la prise en charge du VIH, Conseil national du sida) ;

"Tous ces éléments exposent potentiellement les personnes concernées par cette nouvelle indication à obtenir des prescriptions de Truvada en dehors des conditions d'autorisation de mise sur le marché (AMM). Ce qui les priverait alors d’un encadrement adapté, seul susceptible de garantir une efficacité optimale du Truvada en usage préventif", note l’association.

Les RTU (recommandations temporaires d’utilisation) sont un dispositif nouveau d’encadrement des médicaments hors le cadre de leur AMM (autorisation de mise sur le marché). En l’occurrence ici, les indications dans le cadre de l’AMM du Truvada sont une utilisation du médicament chez les personnes séropositives au VIH, le hors AMM est son utilisation chez des personnes séronégatives. Ce dispositif de RTU est issu de la loi sur le médicament de 2011. Il est géré par l’ANSM (agence nationale de sécurité du médicament). La création de ce nouvel encadrement a d’ailleurs été suivie de près par AIDES et le TRT-5 lors des débats parlementaires de 2011. Pour en savoir plus sur les RTU, il faut se référer au Code de la santé publique : Art. R. 5121-76-1 et s. et Art. L. 5121-12 et s.

En France, l’essai ANRS-IPERGAY, évalue une stratégie différente de la prise quotidienne de Truvada validée aux Etats-Unis : une prise à la demande, autour des rapports sexuels. IPERGAY, qui évalue le Truvada contre placebo, concernera à terme 1900 participants sur une durée de 3 ans, en France et au Québec. En France, c’est AIDES qui assure l’accompagnement préventif des participants. Pour AIDES en effet, l’évaluation de cette prise à la demande est importante, mais cette recherche ne pourra pas apporter de réponse avant quelques années. Au regard de la dynamique de l’épidémie du VIH/sida en France, il serait inacceptable de retarder l’accès à un outil de l’arsenal préventif. C’est pourquoi AIDES a interpelé les autorités de santé pour la mise en place d’un accès précoce à la Prep au sein d’un dispositif cohérent de prévention combinée.  

Commentaires

Portrait de frabro

Il serait utile de préciser qui sont "les personnes séronégatives fortement exposées au vih" ou "les publics très exposés au vih".

Ceci éviterait que la position de Aides ne soit interprétée comme  "le truvada pour tous"...

Portrait de serona

Je ne comprend vraiment pas cette position. Vouloir prendre des médicaments en prévention  avec tous les effest indésirables qu'ils amènent expliquez moi car la franchement je ne comprend pas ce point de vue.

Portrait de brw40

En plus des effets secondaires le truvada ne protege en rien contre les autres IST de plus en plus virulentes et resistantes qui peuvent aussi être source de soucis grave de santé malgrés leur coté anodin face au VIH ....Aaprés 30 ans de message d'incitation a la protection " a tout pris" on nous tient le discours inverse avec ce genre d'info ..... 

Portrait de Hippocampe

Contre indications

CONTRE-INDIQUE :
- Hypersensibilité aux principes actifs, emtricitabine, ténofovir, fumarate de ténofovir disoproxil, ou à l'un des excipients.
- Enfants et adolescents : Truvada ne doit pas être utilisé chez l'enfant en dessous de 18 ans suite à une insuffisance de données concernant la sécurité et l'efficacité.
Truvada contient du lactose monohydraté. En conséquence, les patients présentant des troubles héréditaires rares d'intolérance au galactose, de déficit en lactase de Lapp ou de malabsorption du glucose/galactose ne doivent pas prendre ce médicament.
DECONSEILLE :
- Insuffisance rénale : Truvada n'est pas recommandé chez les patients présentant une insuffisance rénale sévère (clairance de la créatinine < 30 ml/min) et chez les patients qui nécessitent une hémodialyse car les réductions des doses d'emtricitabine et de ténofovir nécessaires chez ces patients ne peuvent être obtenues avec l'association fixe.
- Grossesse : on ne dispose pas de données suffisantes sur l'exposition à l'emtricitabine et au fumarate de ténofovir disoproxil pendant la grossesse. Les études chez l'animal n'ont pas mis en évidence d'effets délétères directs ou indirects de l'emtricitabine ou du fumarate de ténofovir disoproxil sur la gestation, le développement embryonnaire/foetal, l'accouchement et le développement post-natal. Truvada ne doit pas être utilisé pendant la grossesse à moins qu'aucune alternative ne soit disponible. L'utilisation de Truvada chez les femmes en âge de procréer devra s'accompagner du recours à une contraception efficace.
- Allaitement : on ne dispose pas de données sur le passage éventuel de l'emtricitabine ou du ténofovir dans le lait maternel humain. Il est déconseillé aux femmes infectées par le VIH d'allaiter leur enfant de manière à éviter la transmission du virus au nouveau-né.
- Truvada ne doit pas être administré conjointement à d'autres médicaments contenant de l'emtricitabine, du ténofovir disoproxil (sous forme de fumarate) ou d'autres analogues de la cytidine tels que la lamivudine et la zalcitabine (voir rubrique interactions).
- L'utilisation de Truvada doit être évitée en cas d'utilisation actuelle ou récente d'un médicament néphrotoxique (voir rubrique interactions).
- Truvada doit être évité chez les patients prétraités par antirétroviraux et porteurs de souches du VIH-1 présentant la mutation K65R (voir rubrique propriétés pharmacodynamiques).
- Co-administration du fumarate de ténofovir disoproxil et de didanosine : cette co-administration n'est pas recommandée. 


Sans oublié les effets indesirables ( trop long le copier coller rentre pas dans la case lol )

Portrait de legrandbeautemps

...mais je préfère sortir prendre l'air tellement je suis en colère.

J'évite ainsi d'être dépublié !!!

Vous devriez faire comme moi, sortir et prendre l'air !!!

Tiens je vais même en profiter pour balayer devant ma porte...

Insolidairement, legrandbeautemps.

Portrait de SandrineE1

Bonjour, 

j'aimerais savoir si quelqu'un sur ce site, prend déjà du truvada en prévention et si il y a des effets secondaires. Merci beaucoup. 

Portrait de tortue76

ou pas , cette molécule provoque ou peu provoquée de nombreux effets secondaires comme problémes osseux , et de reins , et carence en phosphore tout cela aprés l ' avoir pris de nombreuses année associé a viramune , et supprimé et remplaçé par kivexa depuis octobre 2012 et depuis tout va pour le mieux .

Maintenant a voir , et ne pas faire de mon cas , une généralité .

Et pour mon avis personnel le truvada en prévention je n ' y croit pas trop ........... 

Portrait de Did94

Pour l' avoir pris pendant des Années, celui-ci attaquait mes reins, donc changement de médocs au profit d' Isentress et Kivexa.

Donc je dis Non à Truvada, prenez la capote et vous aurez Moins de soucis.....

Solidairement.

Portrait de bernardescudier

Did94 wrote:

Pour l' avoir pris pendant des Années, celui-ci attaquait mes reins, donc changement de médocs au profit d' Isentress et Kivexa.

Donc je dis Non à Truvada, prenez la capote et vous aurez Moins de soucis.....

Solidairement.

 

 

Le problème n'est-il pas d'omettre de parler du Bareback sans le nommer quand on propose le Truvada à titre préventif pour les séronégatifs ?

Le problème n'est-il pas de chercher la conscience de ses actes dans la recherche du plaisir pour mieux oser lever les tabous ?

La question est de savoir qu'un médicament comme le Travada à titre préventif est un pharmaka - en grec ancien et moderne - à savoir à la fois une thérapie et un poison qui nécessite de la prudence.

La question est d'estimer l'observance de la prise de ... médicaments. Avant de s'envoyer en l'air, est-on toujours conscient de ses désirs immédiats ?

Quant aux pays et aux pauvres de ce monde sont-ils déjà intégrés ..., en termes de prévention et de Prep, à un plan de développement financier futur et prometteur ? J'en doute mais peut-être que je me trompe.

Enfin tentez vous d'expliquer que le Truvada- Ipergay est une réponse a l'échec des campagnes de prévention dite classique ?

Le problème n'est-il pas que l'emploi de ces traitements en prévention ne relache, d'autant plus, l'observance du port du préservatif, à froid comme vous dites si bien, ou à chaud ?

Le problème n'est-il pas que les contaminations sont pointées du doigt selon les pratiques sexuelles ? Ou est alors la liberté de la conscience de ses actes ?

Enfin est ce que les dépistages rapides par le doigt sont un moyen de découvrir des séronégatifs afin de les rendre responsables sur leurs pratiques sexuelles ( en particulier le Bareback ) et leur proposer de devenir candidat pour l'essai Ipergay, c'est à dire de prendre du Truvada bien qu'ils ne soient pas séropositifs ? Et ce, à un moment de vulnérabilité, lors d'un test de dépistage rapide.

La question n'est pas de savoir si, comme dans le meilleur des mondes de Voltaire ou d'Aldous Huxley, la Divine Providence ou une une police de la santé publique existeront pour imposer des traitements en prévention. La question est de savoir si des personnes humaines sont prêtes à prendre un médicament qui est de la chimie lourde ... pour leur seul plaisir. Et non pas d'éviter des piqures de moustiques ... porteurs du paludisme lors d'un voyage touristique dans les pays chauds, si chauds !

Si vous avez des informations, pouvez vous corriger mes petites interrogations ? Peut être que je me trompe ...

Je vous remercie pour votre attention. B.Escudier