Variole du singe : que sait-on ?

Publié par Fred Lebreton le 19.05.2022
2 434 lectures
Notez l'article : 
1
 
Thérapeutiquevariole du singe

Depuis début mai, plusieurs dizaines de cas de variole du singe (monkeypox en anglais), ont été détectés au Royaume-Uni, en Espagne, au Portugal ou encore au Canada, principalement chez des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH). Quels sont les modes de transmission et les symptômes ? Existe-il un vaccin ? Quel est l'impact de cette maladie sur les personnes vivant avec le VIH ?

La variole du singe est une infection causée par un virus qui sévit principalement dans les zones de forêt tropicale humide, en Afrique centrale et occidentale. Il s’agit généralement d’une maladie bénigne et spontanée, transmise par un contact très étroit avec une personne atteinte de la variole du singe ; elle peut se révéler mortelle dans certains cas. La période d’incubation du virus est généralement de 6 à 13 jours, mais peut aller de 5 à 21 jours. Une fois infecté-e, les symptômes disparaissent généralement dans les 14 à 21 jours. Colin Brown, directeur des infections cliniques et émergentes à l’Ukhsa (UK Health Security Agency), a souligné que « la variole du singe ne se propage pas facilement entre les personnes et que le risque général pour le grand public est très faible ».

La variole du singe a d’abord été détectée outre-Manche chez une personne revenue d’un voyage au Nigeria, le 7 mai. Depuis, le Royaume-Uni a signalé six autres cas, dont quatre chez des personnes s'identifiant comme « homosexuelles, bisexuelles ou des hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes », selon l'agence britannique de sécurité sanitaire (Ukhsa), qui craint une transmission communautaire. Lors d’un point presse le 17 mai, l’épidémiologiste Maria Van Kerkhove, une responsable de l'Organisation mondiale de la santé, a indiqué que l'organisation travaillait « très étroitement avec son bureau régional, le Centre européen de contrôle des maladies et surtout l'agence de sécurité sanitaire britannique pour évaluer chacun de ces cas, la source de leur infection » et procéder à un « traçage des cas ».

Quels symptômes ?

Il s’agit d’une maladie peu fréquente, qui se manifeste généralement par de la fièvre, des douleurs musculaires, des ganglions lymphatiques enflés et une éruption cutanée sur les mains et le visage, comme une varicelle, détaille un communiqué des autorités sanitaires de la région de Madrid publié sur le site de Ouest France. « Généralement, la transmission se produit par voie respiratoire, mais ces 23 cas supposés d’infection laissent penser que la transmission a eu lieu par les muqueuses pendant les relations sexuelles (…). Les personnes touchées connaissent « une évolution positive » de la maladie et sont isolées chez elles », précise le document.

Quel traitement ?

Il n’existe pas de traitement pour la variole du singe, qui se transmet par contact avec une personne atteinte ou ses liquides organiques, dont la salive. Cette infection virale se guérit d’elle-même. L’Ukhsa a appelé les personnes homosexuelles, bisexuelles ou les hommes ayant des relations avec des hommes à être « attentives à des éruptions cutanées ou lésions inhabituelles ».

Existe-t-il un vaccin ?

Il existe deux vaccins contre la variole humaine. L'institut Pasteur estime que l'émergence, ces dernières années, de cette maladie s'explique par le « déclin mondial de l’immunité aux virus du genre orthopoxvirus (responsables de la variole humaine), suite à l’arrêt de la vaccination antivariolique, dans les années 1980 », rapporte le site TF1 Info. Le vaccin contre la variole était efficace à 85 % contre la variole du singe, notent les chercheurs-ses. Par conséquent, moins la couverture vaccinale est importante, plus le potentiel d'une forte épidémie est élevé. Le 18 mai, Bavarian Nordic a annoncé que la US Biomedical Advanced Research and Development Authority (Barda), qui fait partie du ministère américain de la Santé a exercé les premières options du contrat de fourniture d'une version lyophilisée du vaccin antivariolique Jynneos, permettant ainsi de fabriquer et de facturer les premières doses de cette version en 2023 et 2024 rapporte le site Zone Bourse.

Quel impact sur les PVVIH ?

L’association britannique contre le VIH/sida (Bhiva) a publié un communiqué le 17 mai plutôt rassurant même si, à ce stade, les données sur l’impact de la variole du singe sur les personnes vivant avec le VIH sont limitées. « Actuellement, nous ne recommandons pas de mesures particulières pour les personnes vivant avec le VIH en dehors d’une vigilance en cas de symptômes », déclare l’organisation. L’isolement des cas, la recherche rapide des contacts et les mesures de surveillance sont « essentiels », insiste l’Organisation mondiale de la santé, rappelant que le vaccin, approuvé en 2019 pour cette maladie, n’est pas encore largement disponible.

Commentaires

Portrait de jl06

Variole du singe : un sauna de Madrid suspecté d'être un foyer de contaminations ferme ses porteUn sauna de Madrid semble être le point commun de plusieurs cas de "variole du singe" en Espagne. L'établissement a été contraint de fermer ses portes par les autorités locales. Après les États-Unis, plusieurs pays européens, dont la France, ont enregistré des cas de ce virus. 

Un sauna de Madrid, tenu pour être un foyer propagation de la variole du singe, a été contraint de fermer ses portes, au moment où cette maladie rare s'étend en Europe et en particulier en Espagne. Détectée récemment aux États-Unis, puis dans plusieurs pays européens, l'orthopoxvirose simienne (de son nom scientifique), est une cousine de la variole- mais moins dangereuse que celle-ci.

Le sauna "El Paraiso" est un établissement gay situé en plein cœur de Madrid, avec lequel la majorité des personnes testées positives ont un lien. 21 cas sont confirmés dans la capitale espagnole, et 19 autres sont suspects. La Santé relevant en Espagne de la compétence des régions, les données nationales ne sont pas encore connues. Plusieurs autres provinces, comme la Galice, le Pays Basque ou l'Estrémadure, font cependant déjà état de cas probables.

Une cousine de la redoutable variole

La variole du singe est une cousine moins dangereuse de la variole, laquelle est déclarée éradiquée depuis 1980. Cette variante se traduit d'abord par une forte fièvre et évolue rapidement en éruption cutanée, avec la formation de croutes, notamment sur le visage. La fin de la vaccination antivariolique, dans les années 2000, est peut-être à l'origine de la progression de la variole du singe, contre laquelle elle procurait une protection croisée de plus de 85%.

La plupart des cas enregistrés sont survenus - mais pas uniquement - chez des hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes. Ces cas ne sont pour le moment pas graves : même s'il est trop tôt pour s'en assurer, ils semblent ressortir d'une souche relativement bénigne du virus, avec cependant un taux de mortalité non négligeable de 1%.

 

Une grande fête à Gran Canaria, le deuxième foyer majeur de l'épidémie de monkeypox en Espagne

Les autorités enquêtent pour savoir si trois Italiens, plusieurs de ceux diagnostiqués à Madrid et au moins un habitant des îles ont été infectés lors de la célébration, qui a eu lieu à Maspalomas entre le 5 et le 15 mai.

Éruption cutanée d'un patient atteint du virus monkeypox, aux États-Unis en 2003. Éruption cutanée d'un patient atteint du virus monkeypox, aux États-Unis en 2003.GETTY IMAGESOriol GüellORIOL GÜELLBarcelone-21 MAI 2022 03:30 UTC 

Une fête massive dans la ville de Maspalomas, sur l'île de Gran Canaria, organisée du 5 au 15 mai et à laquelle ont participé près de 80 000 personnes, est devenue le deuxième foyer de l'épidémie de monkeypox en Espagne , ont confirmé des sources sanitaires. La réunion a réuni plusieurs des cas positifs diagnostiqués ces derniers jours à Madrid, deux ou trois jeunes hommes italiens dont l'infection a été confirmée à Rome et au moins un cas enquêté sur l'île même, selon ces sources. Les services de santé publique du gouvernement des îles Canaries enquêtent actuellement sur la relation entre ces cas et si d'autres infections se sont produites au cours des 10 jours de célébrations, y compris celle d'un cas suspect détecté à Tenerife.

Il s'agit du deuxième foyer majeur de l'épidémie de monkeypox localisée en Espagne ces derniers jours. Le premier est un lieu appelé Sauna Paraíso, situé dans le quartier Malasaña de Madrid, qui a été fermé vendredi par le ministère de la Santé. Le conseiller régional, Enrique Ruiz Escudero, a lié l'établissement à "la majorité" des cas enregistrés dans la Communauté.

Selon les données publiées vendredi par le ministère de la Santé, 30 échantillons analysés par le Centre national de microbiologie correspondant à des patients de Madrid ont été testés positifs aux tests PCR qui détectent la présence d'un virus de la variole non humain. Cette analyse est ensuite complétée par un séquençage génétique qui doit confirmer qu'il s'agit bien du monkeypox, mais comme il n'y a actuellement aucun autre Orthopoxvirus en circulation , la confirmation par PCR avance en toute sécurité les résultats définitifs.

Un porte-parole du gouvernement des îles Canaries a refusé de faire rapport sur les endroits où se trouvaient les personnes touchées et a fait appel "aux enquêtes épidémiologiques en cours", bien qu'il ait confirmé qu'un des Italiens s'était rendu dans l'archipel et a nié savoir que celui de Tenerife avait été à Gran Canaria, informe Guillermo Vega.

Además de los casos confirmados, hasta las ocho de la tarde del viernes había trascendido que Madrid tiene en investigación otros 15 con síntomas compatibles con la enfermedad, Canarias, dos, y otras comunidades como Andalucía, Galicia, Cataluña, País Vasco y Extremadura, uno chacune. Dans cette dernière communauté, il s'agit d'une femme, selon les informations offertes par le Conseil.

Maspalomas Gay Pride est l'un des temps forts du calendrier de la communauté gay, et des milliers de personnes de toute l'Espagne et de nombreux pays européens y assistent chaque année, sauf pendant la pause forcée causée par la pandémie de coronavirus. Selon des sources sanitaires, "parmi la trentaine diagnostiquée à Madrid, plusieurs ont assisté à l'événement, même s'il n'est pas encore possible de savoir si l'un d'entre eux est le patient zéro de cette épidémie ou s'ils y ont tous été infectés". Les enquêtes ont révélé que le virus a commencé à circuler dans la capitale au cours de la seconde quinzaine d'avril , bien que la plupart des infections connues à ce jour se soient produites autour du week-end des 7 et 8 mai.

Le festival de Maspalomas est également à l'origine de deux des trois premiers diagnostics confirmés de monkeypox en Italie. Le premier d'entre eux correspond à un jeune homme qui s'est d'abord rendu dans un centre de santé de Gran Canaria lorsqu'il a commencé à développer les symptômes de la maladie —forte fièvre, douleur intense, une éruption cutanée frappante...—, mais qui est finalement revenu à Rome en avion.

Tous trois sont admis à l'Institut Spallanzani des maladies infectieuses à Rome. Le directeur du centre, Francesco Vaia, a expliqué lors d'une conférence de presse vendredi qu'"ils sont hospitalisés à Spallanzani avec une infection confirmée par le virus du monkeypox". "Il s'agit de trois jeunes hommes qui disent ne pas avoir eu de contacts, bien que deux d'entre eux expliquent qu'ils se sont récemment rendus aux îles Canaries", a-t-il ajouté.

Vaia a expliqué que les trois sont "en assez bon état", qu'un seul d'entre eux a eu de la fièvre, bien qu'ils souffrent tous "d'une hypertrophie des ganglions lymphatiques, qui sont douloureux, et ont développé des pustules cutanées". Andrea Antinori, directeur de l'unité d'immunodéficience virale de l'Institut Spallanzani, a rappelé que le monkeypox "n'est pas une maladie sexuellement transmissible car la contagion se produit par contact étroit, comme ceux qui se produisent lors des rapports sexuels, mais pas seulement chez eux". La voie d'infection la plus courante se fait par des gouttes épaisses de salive ou par contact avec des fluides tels que ceux des pustules causées par la maladie.

L'évolution du monkeypox est favorable dans presque tous les cas subis par des personnes en bonne santé. L'incubation du virus dure généralement entre 6 et 13 jours, bien qu'elle puisse durer jusqu'à 21 jours. Les symptômes commencent à se manifester par de la fièvre, des maux de tête et des douleurs musculaires, de la fatigue et des ganglions enflés. Un à trois jours plus tard, l'éruption cutanée apparaît avec de petites cloques qui se développent, se remplissent de pus, puis forment une croûte. Lorsque ceux-ci se dessèchent et tombent, ce qui prend généralement une à trois semaines, la personne n'est plus contagieuse.

Aux îles Canaries, les services de santé ont détecté deux cas suspects, tous deux de jeunes hommes. L'un d'eux vit à Gran Canaria et a des liens avec le parti de Maspalomas, tandis que les services de santé publique enquêtent actuellement sur celui de Tenerife.