Vieillissement LGBT / VIH, AIDES rend un rapport au gouvernement

Publié par Théau Brigand le 23.12.2013
7 786 lectures
Notez l'article : 
0
 
Initiativevieillissement

En mai 2013, à l’occasion de la Journée internationale contre l’homophobie et suite à la conférence de consensus sur le vieillissement des personnes vivant avec le VIH, Michèle Delaunay, ministre en charge des Personnes âgées et de l’autonomie, avait demandé à AIDES, au groupe SOS et à SOS homophobie de produire un rapport sur le vieillissement des personnes LGBT et vivant avec le VIH. Fin Juin, une lettre de mission officielle était adressée aux trois associations qui ont rédigé ce rapport pour alimenter la future loi sur l’adaptation de la société au vieillissement. Explications.

En 2014, la France se dotera d’une loi sur l’adaptation de la société au vieillissement, des associations intéressées aux enjeux spécifiques du vieillissement chez les personnes LGBT et celles vivant avec le VIH n’ont pas voulu rater le coche, le Ministère chargé des Personnes âgées et de l'autonomie non plus. Le gouvernement a donc commandé auprès de AIDES, du groupe SOS et de SOS homophobie un rapport sur ce sujet qui sera pris en compte dans le cadre de ce nouveau chantier. Evidemment, on ne connaît pas encore le détail de la future loi qui est en cours d’écriture, ni la part des recommandations de ce rapport qui y sera reprise.

Quelle méthode ?

Des auditions et contributions ont été proposées à de nombreuses associations LGBT et de lutte contre le VIH/sida, aux COREVIH, aux fédérations s’occupant de personnes âgées ou à des sociologues afin de rassembler les visions des différents acteurs et proposer une réponse complète prenant en compte la diversité des situations, la vision des soignants et personnes travaillant avec les personnes âgées, la vision et la parole des personnes premières concernées. La littérature sur le sujet a été répertoriée, notamment sur les exemples internationaux. Enfin, AIDES a proposé en propre une contribution à partir de l’enquête sur le vieillissement des personnes vivant avec le VIH et des conclusions de la conférence de consensus sur le vieillissement. Le rapport a été rendu à la ministre le 27 novembre dernier.

Ce que le rapport propose

Le principe ayant guidé l’écriture du rapport reposait sur l'idée qu’il n’y avait pas en soi de spécificité au vieillissement LGBT, mais que le contexte dans lequel celui-ci s’inscrit, sur le plan économique, juridique, affectif, sanitaire, etc. crée, de fait, des spécificités qu’il convient de prendre en compte. Dès lors, les travaux ont été organisés autour d’idées forces :

  1. Faire en sorte que les parcours de vie des LGBT d’aujourd’hui ne les fragilisent pas dans l’âge demain ;
  2. Analyser les facteurs déterminant sur la situation sociale et sanitaire des personnes âgées LGBT et vivant avec le VIH aujourd’hui pour proposer des solutions ; permettre l’égalité dans l’âge ; faire en sorte que chacun puisse vivre et s’épanouir pleinement, indépendamment de l’orientation sexuelle, de l’identité de genre, de l’état de santé.

Vingt-trois recommandations

Vingt-trois grandes recommandations ont été proposées autour de grandes thématiques. Parmi les propositions, on retrouve, entre autres :

  • La formation des personnels soignants et accompagnants ;
  • La neutralisation des effets de la maladie ou de la transition sur le montant des pensions de retraite ;
  • La mise à disposition de matériel de réduction des risques dans les lieux d’accueil de personnes âgées ;
  • Le changement d’état civil libre et gratuit pour les trans ;
  • L’accès rétroactif aux pensions de réversion ;
  • La levée de l’interdiction de soins funéraires pour les personnes vivant avec le VIH ;
  • Briser le tabou de la sexualité des personnes âgées ;
  • Renforcer la coordination du soins, l’accès à la santé sexuelle etc.

Une mesure en particulier a fait couler beaucoup d’encre : "Permettre et accompagner la mise en place de lieux d’accueil communautaires expérimentaux conçus, construits et gérés par les personnes les premières concernées en lien avec l’Etat et les associations". Traduite par maison de retraite gays, la mesure propose d’expérimenter enfin des lieux d’accueil pour personnes en fonction d’un projet commun les rassemblant, projet pouvant être lié, entre autres, à l’état de santé, l’orientation sexuelle ou l’identité de genre. Sujet de polémique récurent, l’idée est surtout d’expérimenter et d’enfin permettre aux personnes de choisir comment elles souhaitent vieillir, comment elles pourront enfin s’épanouir dans l’âge. Sur cette dernière mesure, la ministre s’est déclarée très favorable à des expérimentations associatives, indiquant que son ministère en serait l’un des principaux soutiens. Des rendez-vous réguliers et, a minima, des bilans intermédiaires annuels seront dressés entre les auteurs et le ministère au cours du quinquennat.

Le rapport est téléchargeable gratuitement.

Commentaires

Portrait de Felix77

je ne me vois pas à la retraitre, ni me fader la croix supplémentaire des vieux que l'on méprise en plus de la solitude et du vih

Portrait de zak

Je ne pensais pas que cela m arriverait... Et maintenant que la retraite est en vue j avoue qu elle ne me fait pas envie... Encore moins a l idee d aller finir mes jours dans une boite "sos"