VIH : Bill Clinton en tribune

Publié par jfl-seronet le 03.06.2013
6 064 lectures
Notez l'article : 
0
 
InitiativeFondation Clinton

Ancien président des Etats-Unis, Bill Clinton est un des plus importants militants de la lutte contre le VIH/sida aujourd’hui, notamment via sa fondation qui œuvre dans l’accès aux traitements anti-VIH pour tous. Il a récemment écrit la préface de l’ouvrage que Philippe Douste-Blazy qui préside Unitaid vient de publier en France (chez Plon) : "La solidarité sauvera le monde". Le Plus sur le site du "Nouvel Observateur" a publié ce texte. En voici quelques extraits.

"L’humanité n’a jamais été aussi interdépendante de toute son histoire. Nos décisions affectent des personnes qui vivent de l’autre côté de la planète, de même que la réplique de leurs actions se fait sentir à nos frontières", expose Bill Clinton en démarrage. Il note que les techniques actuelles permettent des progrès majeurs et rapides, mais constate aussi que demeurent, "malgré ces bienfaits de l’interdépendance mondiale", trop d’inégalités.

"Trop d’individus riches de talent et d’intelligence se voient dépossédés de leurs potentiel simplement parce qu’ils sont nés au mauvais endroit", explique-t-il. "La moitié de la planète vit avec moins de deux dollars par jour ; un milliard d’hommes et de femmes vivent avec moins d’un dollar par jour. Deux milliards et demi de personnes n’ont pas accès à des sanitaires de base ; un milliard n’a pas accès à une eau propre. Nous vivons dans un monde où un quart des décès sont dus au sida, à la tuberculose, au paludisme et à des infections causées par l’insalubrité de l’eau – choléra, dysenterie, diarrhée. Ces maladies sont celles des pauvres". Autrement résumé : "La maladie de la pauvreté touche 1 mort sur 4". D’où l’appel que lance, dans cette préface, l’ancien président américain. "Citoyens du monde, il est vital que nous contribuions tous au succès des autres".

Un exemple de cet état d’esprit ? Il y en a un, selon Bill Clinton, c’est Unitaid. Lorsqu’on achète un billet d'avion, un euro est prélevé pour lutter contre le paludisme, le sida et la tuberculose. C’est cela Unitaid. Ainsi la France "a produit des méthodes innovantes pour financer la lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme dans les pays en développement", note-t-il. "Le plus impressionnant est que les fonds générés par ces contributions vont directement à un fonds commun – sans passer par le budget des Etats – pour soustraire ces revenus substantiels à la pression des enjeux politiques nationaux", indique Bill Clinton qui dit "collaborer étroitement avec Unitaid depuis 2006, lorsque nous avons lancé un partenariat pour accroître l’accès aux traitements pédiatriques dans les pays en développement. A cette époque, beaucoup d’enfants séropositifs mouraient, dans les pays en développement, avant leur premier anniversaire faute de traitements adaptés et abordables".

"En moins de dix ans, nous avons réduit les prix des principaux médicaments pédiatriques contre le sida de près de 92 % et fait passer le nombre d’enfants traités de 10 000 à 400 000. On ne saurait mieux démontrer qu’on peut atteindre aux plus grandes réalisations – celles qui rendent notre monde plus juste, plus stable et plus durable – grâce à la coopération créative", indique Bill Clinton. "On a tout à gagner à aider les autres".