VIH : des jeunes mal informés selon Sidaction

Publié par Mathieu Brancourt le 22.03.2018
3 284 lectures
Notez l'article : 
0
 
InitiativeSidaction 2018

A quelques jours du Sidaction, l’association éponyme a commandé un sondage sur les connaissances de prévention des adolescent-e-s et jeunes adultes en France. Et les résultats ne sont pas bons. Pire, ils semblent se détériorer encore, 35 ans après le début de l’épidémie.

En 2018, le VIH/sida connait-il toujours des faits alternatifs ? C’est la question que pose Sidaction, juste avant de lancer son opération du même nom, les 23, 24 et 25 mars prochains. L’organisation a révélé le 21 mars les résultats d’un sondage réalisé par Ifop-Bilendi auprès des jeunes de 15 à 24 ans.

"Dans un contexte marqué par la lutte contre les "fake news", Sidaction a cherché à connaître le niveau de confiance des jeunes dans les informations délivrées par différents acteurs au sujet du VIH/sida", explique Sidaction dans son communiqué. Et les chiffres ne sont pas bons. Et ce sont les jeunes eux-mêmes qui le reconnaissent : 20 % des jeunes s’estiment mal informés en 2018, soit une augmentation de neuf points par rapport à il y a dix ans. Les personnes interrogées sont plus que méfiantes à l’égard du médium dont provient l’information. Ils font globalement assez peu confiance aux réseaux sociaux (22 %), mais à peine 54 % font confiance aux sites internet spécialisés. Même les médias traditionnels recueillent à peine plus de la majorité des suffrages (51 %). Face à cela, ces jeunes estiment que les pouvoir publics doivent prendre part à des messages officiels sur le sujet : "Près de sept jeunes interrogés sur dix estiment que les élus locaux (75 %), le pouvoir public (72 %) ou le ministère de l’Education nationale (67 %) n’en font pas suffisamment en matière d’information sur le VIH/sida".

Toujours beaucoup d’idées fausses

"On constate que les fausses croyances et les idées reçues persistent toujours dans l’esprit des jeunes !", déplore d’emblée Sidaction dans son communiqué. 21 % des personnes interrogées pensent que le virus peut se transmettre en embrassant une personne séropositive (soit une augmentation de 6 points depuis 2015) ou avec la transpiration (18 %, soit une augmentation de huit points depuis 2015). Aussi, 19 % pensent que la pilule du lendemain peut empêcher la transmission du VIH (soit +9 points par rapport à 2015)", rapporte le sondage. Des craintes infondées, auxquelles s’ajoutent des idées fausses, comme l’existence avérée d’une thérapie de guérison du VIH (26 % le pensent) ou les 9 % de personnes inéterrogées qui pensent que le préservatif n’est pas efficace contre la transmission du virus, soit une hausse de 7 points.

Face à ces reculs, Sidaction estime qu’il est "fondamental de continuer à sensibiliser et informer sur les enjeux de la lutte contre le sida pour mettre fin à la stigmatisation encore trop souvent subie par les personnes vivant avec le VIH". Florence Thune, directrice de Sidaction, estime, pour sa part, qu’il est urgent de reprendre les fondamentaux en termes d’information et de prévention. Il faut faire circuler des messages dans et en dehors de la sphère scolaire pour atteindre tous les jeunes dans toute leur diversité, quel que soit leur milieu social ou leur orientation sexuelle. Sans une volonté et un engagement politiques adéquats, nous ne parviendrons pas à faire baisser le nombre de contaminations, en hausse de 24 % chez les jeunes de 15 à 24 ans depuis 2007".

Un résultat du sondage illustre particulièrement ce décalage entre prise de risque et le dépistage : sur les 14 % des jeunes interrogés qui rapportent avoir été exposés au moins une fois à un risque du VIH, il n’y a eu recours à un test que pour 39 % d’entre eux.

Commentaires

Portrait de IMIM

D'un coté on a des jeunes avec des infos erronnées Les même"idées reçues" qu'il y a 30ans !?!? contamination sueur, salive.... c grave.....

*** Un propos a été modéré ***

Donc, echec de la prévention + abandon des s+ "Contre le virus du sida, le moindre abandon peut tout changer" mdr!!!!

QUI a décidé de la politique à mener ces 10 dernières années concernant le VIH ???
Qui a creusé le fossée, et nos tombes avec ?!

Une petite poignée de s+, ceux là même parmi les mieux"protégés", les + encadrés, ceux pour qui tt est facile, dont la parole sonne comme "évangile" aux oreilles des séronégatifs, qui décident pour nous....

- Soit ce sont des salariés, les mm depuis des années dans NOS structures, qui se sont "embourgeoisés"
- Soit ce sont les "accros" aux associations

Certains les font toutes depuis des années...Ils bouffent assos, ils dorment assos, ils baisent assos.....ils font "rouler la baraque" ...

Quant à ceux qui n'ont rien demandé pendant des années,   qui à un moment, n'ont + eut  d'autres choix que de frapper aux portes de qui de droit (NOS assos, NOS structures à TOUS), pour raison medicale, judiciaire , sociale, ils sont vite balayés, méprisés par le système mit en place par ceux qui tiennent les renes et n'ont aucune intention de les lacher......

Ils persistent ....Tout va bien...mdr!!!!