VIH : L'OMS appelle la Chine à agir davantage contre le sida

Publié par jfl-seronet le 06.12.2014
6 727 lectures
Notez l'article : 
5
 
0
Chiffresprévention

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a appelé (1er décembre) le gouvernement de Pékin à mieux agir contre le sida. La Chine compte officiellement un demi-million de personnes vivant avec le VIH, des centaines de milliers d'autres étant vraisemblablement contaminées sans le savoir.

Si le pays le plus peuplé du monde a réussi à réduire la prévalence du VIH chez les personnes usagères de drogues, grâce à une vaste campagne de distribution de seringues et de mise en place de centres de traitement à la méthadone, "il y a beaucoup d'autres choses que la Chine a besoin de faire", a averti Bernhard Schwartländer, représentant de l'OMS en Chine, cité par l’AFP. "Sans doute le plus important, il nous faut éliminer la stigmatisation et la discrimination dont souffrent les personnes vivant avec le VIH, ainsi que les populations à risque comme les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes, les travailleurs et travailleuses du sexe, et les personnes consommatrices de drogue", a-t-il écrit dans une tribune publiée par le journal "China Daily" à l’occasion du 1er décembre. "J'ai vu certains de mes collègues dans le secteur médical refuser des patients car ils désapprouvaient leur orientation sexuelle. C'est tout simplement intolérable, on doit y mettre un terme", a ajouté le responsable de l'OMS. De nombreux préjugés et discriminations contre les séropositifs persistent en Chine, malgré des progrès ces dernières années. Selon Bernhard Schwartländer, Pékin doit désormais mettre l'accent sur la promotion des relations sexuelles protégées, alors que les infections au VIH sont en hausse chez les homosexuels et "ne baissent pas" chez les hétérosexuels.

De nouvelles données

Au total : 497 000 personnes vivaient, fin octobre 2014, avec le VIH en Chine, selon les dernières statistiques de la Commission nationale de la santé et du planning familial. Depuis son apparition en Chine en 1985, le sida y a fait 154 000 morts, précise la commission. Le nombre d'un demi-million de séropositifs est jugé par de nombreux experts largement sous-évalué, dans un pays de plus de 1,3 milliard d'habitants. Déjà en 2011, l'ONUSIDA estimait que la Chine comptait 780 000 porteurs du VIH. Aujourd'hui plus de 250 000 personnes dans le pays prennent des antirétroviraux, a rappelé Catherine Sozi, directrice de l'organisation pour la Chine. A l’occasion du 1er décembre, les chiffres concernant la province du Henan ont été publiés. Le nombre de personnes vivant avec le VIH/Sida dans la province du Henan (centre), qui compte plus de 100 millions d'habitants, a augmenté pour la quatrième année consécutive, ont annoncé (29 novembre) les autorités locales, citées par l’agence de presse Xinhua. Un total de 3 952 nouveaux cas ont été signalés au cours des dix premiers mois, soit une hausse de 17 % en base annuelle, selon un communiqué publié par la Commission provinciale de la santé et de la planification familiale. La province du Henan compte actuellement 63 940 personnes vivant avec le VIH/Sida. Plus de 35 000 malades reçoivent un traitement, dont 14 % suivent des thérapies de médecine traditionnelle chinoise, selon le communiqué.

Les HSH premiers concernés

La transmission du VIH chez les hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes a représenté 25 % du total des nouvelles infections signalées dans le pays durant les huit premiers mois de l'année 2014, a indiqué Wang Ning (28 novembre), directeur adjoint de la division VIH/sida du Centre chinois pour le contrôle et la prévention des maladies. Le chiffre était de 19 % en 2012. Les canaux de transmission du VIH ont changé durant les dernières années. Entre 1985 et 2005, les infections ont été principalement attribuées à l'usage de drogues par injection et à la collecte et la diffusion illégales de sang. La transmission par voie sexuelle ne représentait qu'environ 10 % des cas, a expliqué Wang Ning. Mais en 2012, environ 87 % des personnes atteintes ont été infectées par voie sexuelle. Le chiffre a atteint plus de 90 % de janvier à août 2014, selon lui. En Chine, environ 80 % des homosexuels sont mariés, ce qui signifie que la maladie pourrait être également transmise à leur épouse.