VIH : l'ONU espère doubler le nombre de personnes sous traitement en 5 ans

Publié par jfl-seronet le 30.11.2015
3 815 lectures
Notez l'article : 
5
 
0
Mondeépidémiologiefin de l'épidémie

L'ONU entend "briser l'épidémie de sida" en doublant le nombre de personnes sous traitement antirétroviral d'ici 2020. Un objectif particulièrement audacieux lorsqu’on sait, qu’aujourd’hui, un peu moins de la moitié des personnes vivant avec le VIH y a actuellement accès.

"Tous les cinq ans, nous avons plus que doublé le nombre de personnes sous traitement salvateur", a expliqué Michel Sidibé, directeur exécutif de l'Onusida. "Nous devons juste le faire une fois de plus pour briser l'épidémie de sida et l'empêcher de rebondir", a-t-il poursuivi, cité dans un communiqué. Le dernier rapport de l'Onusida indique que 15,8 millions de personnes étaient sous traitement antirétroviral en juin 2015, contre seulement 7,5 millions en 2010 et 2,2 millions en 2005. "Le monde a stoppé et renversé la propagation du VIH", estime l'Onusida qui se félicite des "progrès extraordinaires" réalisés. En 2014, les décès liés au sida ont ainsi chuté de 42 % depuis le pic de 2004. C’est la "preuve que l'élargissement de l'accès aux traitements sauve des vies".

Des progrès, mais trop de lenteur !

"Des progrès ont été réalisés dans chaque région du monde. Mais le rythme est trop lent", estime toutefois Michel Sidibé. L'Onusida craint, en effet, qu'il puisse y avoir un rebond de l'épidémie si les pays ne font pas plus d'efforts pour empêcher que les nouvelles infections continuent. Et cela alors qu’elles ont reculé de plus d'un tiers (35 %) entre 2000 et 2014.

Au total, 36,9 millions de personnes, la très grande majorité en Afrique, vivaient avec le sida dans le monde en 2014. Entre 2000 et 2014, les nouvelles infections ont progressé dans la région Europe orientale et Asie centrale (+ 30 %) ainsi que dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (+ 26 %).

L'Onusida a établi une liste de trente-cinq pays "prioritaires", qui représentent 90 % des nouvelles infections. Selon l’institution onusienne, ces pays méritent une attention et un engagement particuliers pour parvenir à mettre fin à l'épidémie. L'Onusida estime que 31,9 milliards de dollars seront requis chaque année d'ici à 2020 pour la riposte au sida. Pour parvenir à éliminer l'épidémie en 2030, l'Onu s'est fixée des objectifs intermédiaires pour 2020 en utilisant la formule 90-90-90 : 90% des personnes infectées avec le VIH doivent le savoir, 90 % des personnes connaissant leur statut doivent suivre un traitement et 90% de celles qui sont traitées doivent voir leur charge virale supprimée (devenue indétectable). Reste que sans efforts financiers importants, on voit mal comment l’objectif pourra être atteint.