VIH, tabac et cancers

Publié par jfl-seronet le 13.12.2020
2 148 lectures
Notez l'article : 
4.333335
 
0
Produitscigarettefemmes

Les cancers sont une cause de décès importante chez les personnes vivant avec le VIH et depuis longtemps un niveau élevé de cancers liés au tabagisme a été observé. Une nouvelle étude américaine importante vient confirmer que le VIH est un risque, indépendant et supplémentaire, de contracter ce type de cancers chez les personnes vivant avec le VIH, et en particulier chez les femmes vivant avec le VIH.

L’étude reprise par le site d’infos Aidsmap est importante car, pour la première fois, les chercheurs-ses ont comparé de larges groupes de personnes qui ont les mêmes facteurs de risques (âge, sexe, poids, comorbidités, consommation d’alcool, drogues) en distinguant celles qui sont séropositives au VIH et celles qui sont séronégatives.

L’étude menée par la professeure Nancy Hessol de l’université de Californie à San Francisco et son équipe est fondée sur les données de 4 423 femmes entre 1984 et 2018 qui avaient participé à l’étude Women’s Interagency HIV Study (WIHS) (1) et 6 789 hommes entre 1984 à 2018 qui avaient participé à l’étude Multicenter Aids Cohort Study (MACS) (2). Environ trois quarts des participantes de l’étude WIHS et 44 % des participants de l’étude MACS étaient séropositifs-ves au VIH. La consommation de tabac était élevée dans les deux groupes : 65 % de personnes fumeuses dans le groupe WIHS et 60 % dans le groupe MACS. Au total, 406 cancers liés au tabagisme ont été diagnostiqués, en majorité des cancers du poumon/ bronche (117), du colon/rectum (52), de l’anus (52) et du foie (39).

Le taux d’incidence de ces cancers était bien plus élevé chez les femmes que chez les hommes et en particulier chez les femmes vivant avec le VIH : hommes séronégatifs : 139 sur 100 000 personnes par an ; hommes séropositifs : 270 sur 100 000 personnes par an ; femmes séronégatives : 276 sur 100 000 personnes par an ; femmes séropositives : 434 sur 100 000 personnes par an. Les taux d’incidence sont restés élevés chez les personnes vivant avec le VIH y compris après que les chercheurs-ses ont pris en compte d’autres facteurs de risques connus dans les cancers liés au tabagisme comme la durée et l’intensité de la consommation de tabac. Par ailleurs, l’incidence restait élevée y compris quand l’analyse des données s’est concentrée sur les personnes vivant avec le VIH qui ont eu accès aux nouvelles générations de traitements ARV. L’étude précise que le risque de cancer chez les personnes vivant avec le VIH était associé à un nombre de CD4 en dessous de 200/mm3 et une charge virale au-dessus de 500/ml. Les chercheurs-es n’étaient pas certains-es des causes d’incidences plus élevées chez les femmes. Les participantes avaient tendance à fumer moins que les hommes, mais des études antérieures ont montré que les femmes étaient plus sujettes à des cancers du poumon que les hommes.

« C’est une des études avec le plus grand nombre de participants-es pour examiner l’impact des cancers liés au tabagisme chez les personnes vivant avec le VIH en comparaison avec des personnes séronégatives qui ont les mêmes caractéristiques en dehors du VIH », écrit la Professeure Nancy Hessol. « Ces données appuient fortement la nécessité d’intégrer le sevrage tabagique dans la prise en charge des personnes vivant avec le VIH afin de réduire les risques de cancers liés au tabagisme mais aussi les risques exacerbés de comorbidités dont les maladies cardio-vasculaires (MCV), les infections pulmonaires et les pneumonies » concluent les auteurs-es de l’étude.

Références : Hessol NA et al. Risk of smoking-related cancers among women and men living with and without HIV. Aids, online ahead of print, 8 October 2020.

(1) : L'étude inter-agences sur le VIH des femmes a été créée en août 1993 pour étudier l'impact et la progression de l'infection à VIH chez les femmes. Le WIHS recrute des femmes séropositives et séronégatives.
(2) : L'étude de cohorte multicentrique sur le VIH est une étude de cohorte en cours impliquant plus de 6 000 hommes, y compris ceux infectés par le VIH, ainsi que les hommes séronégatifs. Le MACS possède quatre sites principaux : Baltimore, Pittsburgh, Los Angeles et Chicago.

Commentaires

Portrait de jl06

Le tabagisme Passif ....pour avoir passé ma vie dans les clubs à l,époque pas d'extracteur de fumées ! Moi je ne fume pas!

du coup découvert  par hasard (rien a voir avec la Covid) un  nodule pulmonaire.... j,attend la suite ,

pour temp je ressent rien ,je grimpe toujours ....

Portrait de Superpoussin

Egalement victime du tabagisme passif, pourquoi en parle-t-on si peu?