VIH : Trogarzo est efficace sur la durée

Publié par jfl-seronet le 27.11.2020
1 102 lectures
Notez l'article : 
4
 
0
ThérapeutiqueTrogarzo

Disponible en France en autorisation temporaire d’utilisation de cohorte (ATUc) depuis un an, le Trogarzo (ibalizumab) est un anticorps monoclonal qui est indiqué en association avec d’autres médicaments antirétroviraux, dans le traitement de l’infection par le VIH-1 multi-résistant chez les adultes pour lesquels il n’est autrement pas possible d’établir un schéma de traitement antirétroviral suppressif. Aujourd’hui, de nouvelles données viennent confirmer son efficacité sur la durée.

Les données ont été présentées la semaine dernière lors de la conférence virtuelle IDWeek et publiées sur le site d’information Aidsmap et elles confirment l’intérêt de ce traitement chez les personnes vivant avec le VIH dont le virus est multi-résistant.

Qu’est-ce que Trogarzo ?

Trogarzo est disponible sous la forme d’une solution pour perfusion (goutte-à-goutte) dans une veine. Le traitement débute par une dose unique de 2 000 mg suivie par 800 mg toutes les deux semaines, rappelle l’Agence européenne du médicament ; si le traitement est interrompu, il doit être réinstauré de la même manière. La substance active de Trogarzo est l’ibalizumab. C’est un anticorps monoclonal (un type de protéine) conçu pour se lier au CD4, un récepteur (une cible) présent à la surface des cellules immunitaires appelées lymphocytes T. Ces lymphocytes T sont la cible principale du VIH, que celui-ci utilise afin de se reproduire. En se liant au CD4, l’ibalizumab empêche le virus de pénétrer dans les lymphocytes T et de se multiplier, ralentissant ainsi la propagation de l’infection. Dans cette étude portant sur 113 personnes adultes, 44 % des personnes chez lesquelles des doses de Trogarzo étaient ajoutées à un traitement standard présentaient des taux de VIH indétectables après 25 semaines. Les effets indésirables les plus couramment observés lors des essais cliniques sous Trogarzo (qui peuvent toucher jusqu’à une personne sur dix) étaient : éruption cutanée, diarrhée, vertiges, maux de tête, nausées et fatigue.

Dix ans d’efficacité

Lors de la présentation de cette année à la conférence virtuelle IDWeek, les chercheurs-ses se sont concentrés-es sur le suivi à long terme de douze participants d’une étude sur le Trogarzo (ibalizumab) qui a eu lieu d’octobre 2008 à janvier 2011. Après la fin de cet essai, les participants (tous des hommes) sont restés sous surveillance avec ce traitement jusqu’à ce que le médicament soit accessible aux États-Unis en mars 2018. Au moment de leur inclusion dans cet essai en 2008, l’âge moyen des participants était de 55 ans et la durée moyenne de vie avec le VIH était de 22 ans. La charge virale moyenne était de 25 000 copies/ml et le taux moyen de CD4 était de 135. Un quart des participants avait un taux de CD4 en dessous de 50, ce qui indique une suppression immunitaire très avancée (stade sida). À la fin de l’essai en 2011, huit des douze participants (66 %) avaient une charge virale indétectable selon le seuil américain qui est en dessous de 200 copies/ml. Lors de leur dernière visite de contrôle en 2018, onze des participants (92 %) avaient une charge virale à moins de 50 copies/ml ; les 12 étaient à moins de 200 copies/ml. Huit des participants ont maintenu une charge virale indétectable sans ajouter d’autres antirétroviraux. Les quatre autres ont combiné le Trogarzo (ibalizumab) avec d’autres molécules, mais chez deux d’entre eux, le seul changement était l’ajout du booster ritonavir (Norvir). Le Trogarzo a été bien toléré dans ce groupe et aucun des participants n’a dû interrompre son traitement à cause d’effets indésirables. « Chez les patients-es avec des options limitées, ces données montrent l’effet durable de la suppression virale quand Trogarzo (ibalizumab) est combiné avec d’autres médicaments anti-VIH », concluent le Dr William Towner et ses collègues du centre médical Kaiser Permanente en Californie du sud.

Références : Towner W et al. Long-term efficacy, safety, and durability of ibalizumab-based regimens in subgroup of TMB-202 participants. IDWeek, abstract 1027, 2020.