VIH/VHC en prison, l’urgence

Publié par jfl-seronet le 18.11.2013
5 827 lectures
Notez l'article : 
5
 
Produitsprison

Depuis les années 90, les associations de lutte contre le sida  dénoncent la situation sanitaire catastrophique des prisons françaises. L'étude PREVACAR (estimation de la prévalence virale et de l'offre de soins en milieu carcéral) publiée par l’InVS (Institut national de Veille Sanitaire) vient, une nouvelle fois, confirmer les constats et les cris d'alarme des acteurs de terrains. Le TRT-5 monte au front dans un communiqué (6 novembre). Le voici.

"Dans les prisons françaises, la prévalence du VIH est de 2 % : c’est 10 fois celle de la population générale. La  prévalence du VHC de 4,8 % c’est 6 fois celle la population générale. L'étude demande un dépistage et une prise en charge de ces pathologies infectieuses pour en limiter la transmission et améliorer le pronostic des patients. L'an dernier, l'étude PRI2DE (accès aux mesures de prévention et réduction des risques infectieux en milieu pénitentiaire) confirmait l'existence de pratiques à risques liées à l'injection de drogues par voie intraveineuse.

Trente ans après le début de l'épidémie du VIH, nous sommes toujours dans l’attente de mesures urgentes de réduction des risques et de l’application de la loi du 18 janvier 1994 sur l'égalité de la prise en charge sanitaire entre le milieu libre et le milieu carcéral.

Les ministres de la Justice et de la Santé ont initié en début d’année des groupes de travail paritaires, l’un sur la suspension de peine, le second sur la prévention et la réduction des risques en milieu carcéral. Le groupe prévention et réduction des risques infectieux a récemment transmis ses recommandations aux ministères concernés, proposant de débuter une expérimentation de programmes d’échanges de seringues.

Notre collectif participe à ces études et travaux et considère qu'il n'existe aucune justification fondée pour continuer à priver les personnes détenues d'un égal accès aux soins et aux mesures de prévention. La mise en place de programmes d'échanges de seringues expérimentaux constituerait une formidable avancée. Des programmes d'échanges de seringues en milieu carcéral ont été expérimentés depuis plus de 20 ans dans de nombreux pays et ont montré l'efficacité d'une approche combinée de traitements de substitution aux opiacés, de programme d’échange de seringues et d’éducation par les pairs. Ces dispositifs n'ont pas entraîné de recrudescence de la toxicomanie, ni provoqué d’incidents de sécurité liés à la détention de seringues. Au vu de cette nouvelle enquête et des conclusions des derniers travaux d’experts, nous demandons un engagement ferme et immédiat du gouvernement pour la mise en place de programmes d'échanges de seringues expérimentaux en prison."

Commentaires

Portrait de lounaa

J'aimerai savoir si une estimation à était faites des personnes qui ont étaient contaminer dans le milieu carcéral !!!

Combien de DOUBLE peine , avec la mort au bout pour certains ?

combien en sont mort ?combien de vie gâché ?

sa se passe ainsi :

 à l'entrée on à une prise de sang , quelques mois après encore une = dépistage rien négatif ...

puis ils n'en font plus , !!!

et c'est à la sortie que on découvre le vih

Faire son temps et sortir avec le VIH ...

j'ai une colère immense car sa continu de nos jours !

des ptits gamins tombent pour un fric frac, et sortent plomber !

je cite le post ci dessus:

Trente ans après le début de l'épidémie du VIH, nous sommes toujours dans l’attente de mesures urgentes de réduction des risques et de l’application de la loi du 18 janvier 1994 sur l'égalité de la prise en charge sanitaire entre le milieu libre et le milieu carcéral.(fin de citation )

Scandaleux , révoltant , inadmissible à notre époque quand on sait ce qui se passe de l"'autre cotés ...

puis tout le monde le sait ce qui se passe dans le milieu carcéral .

Alors ras le bol , ce sont des hypocrites , c'est terrible, inadmissible , des salauds d' enfoirés pour rester polis ...

Portrait de Paradixman

Bien sur que c'est scandaleux...

J'ai vu une émission ou on trouvait des distributeurs de seringues aux 4 coins de rue de Paris je comprends pas qu'ils en mettent pas dans les prisons.

En effet c'est tout un problème d'hygiène et de santé qui est à revoir dans le milieu carcéral.

Le plus inquiétant, c'est que tout le monde le sais, on en parle et rien ne se fait.

Je trouve que les associations de lutte contre le sida ne se battent pas assez pour ça ou alors n'arrive pas à se faire entendre. ( dénoncer est une chose, se battre en est une autre)

C'est vrai que quand on lit ce genre d'article c'est vraiment inquiétant mais malheureusement pas pour ceux qui nous gouvernent.

C'est un peu payer sa dette envers la société au risque de sa vie.