« ZONE NOK » Compte rendu atelier santé sexualité BBK. Jeudi 2 Avril 2009

Publié par vincent58 le 29.04.2009
2 359 lectures

Un petit rappel : Ce compte rendu public est le résumé de l’atelier santé sexualité BBK « zone nokpote » qui se déroule mensuellement à Aides Paris. Les ateliers ne sont en rien un lieu visant à encourager les pratiques bareback et ne s’adresse donc pas à ceux qui n’ont pas ce type de pratiques. C’est un groupe d’échanges communautaire sur notre santé et notre sexualité de gays ayant volontairement, systématiquement ou pas des pratiques sans latex. Proposé et animé PAR des barebackers POUR des barebackers et ceux qui font le choix d’avoir des relations sexuelles non protégées.
Les ateliers visent à échanger librement, sur nos désirs, plaisirs, préoccupations… « Santé, s’entraider pour prendre soin les uns des autres. Concilier moindre risque et plaisir. Trouver des soignants qui savent accueillir, informer, écouter et soigner sans jugement. Réfléchir ensemble sur les répercussions, dans nos vies, celles de nos partenaires, sur le fait de parler (ou pas) de notre statut sérologique....

16 participants dont 5 nouveaux pour cette 5ème rencontre.  Invités sur la seconde partie de la réunion nous avions conviés le délégué d’action du SNEG (syndicat national des entreprises gaies) sur la région Ile de France ainsi que deux volontaires du groupe Pin Aides (prévention gay de Aides Paris)

  • La présence de 5 nouveaux participants a été l’occasion de reprendre des échanges que nous avions déjà menés lors des rencontres précédentes. En première partie de réunion nos discussions furent donc axées sur nos vécus avec le VIH, nos traitements, les relations que nous avons avec notre entourage et nos partenaires, nos pratiques avec ou sans capotes, le plaisir que nous recherchons et bien sur les débats sans fin avec certaines associations….
    Certains ont fait également part de leurs expériences avec le VHC tant sur le plan du mode de transmission que des traitements qui y sont associés. Un des participants à fait part de son expérience récente d’un suivi avec traitement efficace et qui ne lui a pas posé trop de difficultés.
  • La seconde partie de l’atelier était consacré au regard que nous portons en tant que barebackers sur la prévention menée à Paris en direction des gays, tant au niveau des messages institutionnels  qu’associatifs, mais également sur les manières d’intervenir des militants dans des soirées officieusement BBK.
    La présence du délégué d’action du SNEG a été l’occasion d’échanger de manière constructive et ouverte sur la politique de prévention du SNEG.
    Sachant que ce dernier est en lien régulier avec l’ensemble des responsables d’établissements gays sur Paris nous avons reparlé avec lui des réactions qu’a suscitées la mise en place d’ateliers santé sexualité BBK sur Paris. En ce qui le concerne, les responsables d’établissements ne lui ont pas fait de remontées négatives.
    Nous tenions lors de cette rencontre à faire des remarques sur certaines campagnes du SNEG que nous trouvons parfois éloignées de la réalité et des besoins, avec un seul et unique message ‘’le préservatif est le seul moyen….’’. La campagne lancée au 1er Décembre dernier a même été trouvé très stigmatisante. Cette campagne qui visait à interpeler la communauté gay détournait le drapeau arc-en-ciel, emblème principal de la communauté gay, qui devenait pour cette campagne, un alignement de gélules arc en ciel, symbolisant les traitements HIV. Associé à ce visuel la question « notre fierté ? » appelait au ‘’réveil des consciences’’. Sur la carte de communication  un rappel des chiffres du relâchement de la prévention « 3 sur 10 d’entre nous ne se protègent pas régulièrement », Le groupe fait le constat qu’après 25 ans d’épidémie nous pourrions plutôt féliciter les gays de se protéger autant. Sur cette carte les gays se protégeant sont symbolisés par les couleurs du drapeau gay, ceux ne se protégeant pas sont exclus du drapeau et symbolisés par des petites cases blanches…voir campagne ci jointe http://www.sneg.org/index.php?option=com_content&task=view&id=1456&Itemid=376
    Dans le communiqué de presse associé le SNEG voulait ainsi mettre en garde contre la banalisation des pratiques non-protégées et la montée de la revendication du barebacking comme mode de sexualité.
    Nous barebackers et gays n’utilisant pas systématiquement de capotes sommes tous d’accord pour dire que des campagnes de prévention sont indispensables et qu’il est nécessaire de continuer à informer notre communauté sur le VIH et les IST, encore faut-il que ces campagnes soient réellement informatives et ne visent pas sans cesse à montrer du doigt ceux qui font des choix différents en matière de protection. Cela à un effet contraire et certains d’entre nous ne se sentent absolument plus concernés. Pire, aujourd’hui sortir dans un sexe club est parfois visuellement difficile. ‘’Dans certains sexe clubs il y a des affiches et autocollant « attention sida » et « mettez des capotes » partout !’’
    Ce temps d’échange avec le représentant du SNEG sur nos attentes en la matière à été l’occasion de parler du travail que nous menons depuis deux mois au sein des ateliers santé sexualité BBK concernant la conception d’un outil de com en direction des gays qui n’utilisent pas de capotes. Notre souhait serait d’apporter des informations permettant de réduire les risques, de prendre soin de nous et de notre santé sexuelle, d’avoir des informations sur l’intérêt du traitement et  l’observance, en apportant toute l’information, y compris en parlant des risques associés à nos pratiques.
    Le représentant du SNEG a pris note de notre travail et proposé de voir s’il serait possible de travailler ensemble sur de la communication.
    Nous serions heureux que les pouvoirs publics puissent de leur coté prendre également en compte l’avis des gays qui ne se protègent plus ou pas systématiquement afin de proposer de nouvelles pistes en terme de communication institutionnelle. (a suivre)