4h45 réveil douloureux encore une fois ...

Publié par aurore712 le 17.07.2011
1 295 lectures

4h45 je suis réveillée encore une fois par des douleurs dans les jambes. Ca fait plusieurs mois que ça dure et ça commence à me prendre la tête. Fini le temps où je pouvais dormir 8 à 9h et bien récupérer. Maintenant, pour me rendormir, il ne me reste plus qu'à prendre un ènième médicament de plus en espérant qu'il fera effet assez rapidement et que j'arriverais à me rendormir. Ma moitié est seule dans notre lit soudain devenu un ennemi. Je ne veux pas la déranger alors je me lève, je lis, je bouine sur le cyberespace dans l'espoir de m'occuper sans la déranger.

Fini aussi le temps où je pouvais travailler "normalement". Désormais, mon corps et ma tête fatiguent trop vite et ne réagissent plus comme avant. Je regarde en arrière avec un peu de nostalgie en me disant que cette époque là, cette vie là sont révolues. Encore une page qui se tourne, un obstacle à surmonter de plus, un handicap à accepter. Jusqu'à présent, la maladie ne m'avait pas trop gênée dans ma vie quotidienne. Alors, je dois digérer ce nouveau paramètre dans ma vie : le handicap. Ce mot me fait peur, encore une étiquette de plus. Comment sera le regarddes autres sur moi désormais ? Homo, séropo et désormais handicapée en plus ! Ca fait beaucoup à accepter pour mon entourage aussi. Comment vont-ils réussir à digérer ça eux aussi ? Ce sera certainement douloureux voire même leur fera peur pour mon avenir. Quoi leur répondre ? Aucune idée, je ne sais pas moi-même où je vais, ni jusqu'où ira cette déchéance. Pas facile pour ma compagne d'accepter tout ça. Comment l'aider à ne pas avoir peur de l'avenir ? Comment arriver à garder notre couple intact ? Comment arriver à la suivre, elle qui vit à 300 à l'heure ? Je n'arrive plus à la suivre sans m'épuiser, que va-t-il se passer à la longue ? En aura-t-elle assez de m'attendre ou de mes absences ? Et moi, ne vais-je pas inconsciemment m'éloigner d'elle parce que je suis blessée de ne plus pouvoir l'acompagner comme je le voudrais ? Je ne sais pas, je n'ai pas de réponses à ces questions. J'essaye d'avancer chaque jour un peu, de me reconstruire une vie qui me correspond. Ca fait mal d'être là, seule, nuit après nuit, à combattre ces douleurs alors que ma moitié est à quelques mètres de là et a du mal à se rendormir sans moi ... Et je ne peux rien y changer ...

Commentaires

Portrait de petit nouveau

Aurore

Que de dire que je partage tes nuits avec toi.

Puisque moi aussi fini les nuits de 8 ou 9 heures.

Ta moitié t'accompagnera dans tout ça. Elle comprendra et s'adaptera.

Les nuits plus courtes nous portent à penser et trop parfois.

Que dire non, tu n'est pas seule ,

je suis là , nous sommes là.

bisou

Amicalement!

Petit nouveau

Portrait de CAROLE

Digère toi d'abord, les autres on verra aprés, si tu savais combien tu résonnes en moi, sois courageuse soeurette

Caro, je t'embrasse

Portrait de aurore712

Merci de vos réponses,

il semble que ces fichues douleurs vont faire partie de mon quotidien pendant longtemps !

Ca fait du bien de savoir que je ne suis pas seule à subir ça même si je préfèrerais que personne n'en souffre ...^^

Carole,

tu as raison, je vais m'occuper de moi et on verra le reste plus tard.

Bisous !

Aurore.