50 ans de 'Transformer', de Lou Reed

Publié par jl06 le 25.11.2022
154 lectures

CHANSONCOLONNEje50 ans de 'Transformer', de Lou Reed : parce que sans le côté sauvage la vie n'en vaut pas la peineL'un des albums les plus peu orthodoxes, éblouissants et sauvages de l'histoire de la musique pop a un demi-siècleLou Reed à Amsterdam en 1972, l'année de la publication de 'Transformer'.Lou Reed à Amsterdam en 1972, l'année de la publication de 'Transformer'.GIJSBERT HANEKROOT (REDFERNS)Manuel VilasMANUEL VILAS25 NOVEMBRE 2022 04:15 UTC 

La musique de Lou Reed continue de jouer dans le monde entier. Ce mois de novembre marque le 50e anniversaire de la publication de l'un des disques les plus peu orthodoxes, éblouissants et sauvages de l'histoire de la musique pop, Transformer, sorti en 1972 et élevé Lou Reed au rang de rock and roll star, et non par critiques, mais par le public.

PLUS D'INFORMATIONSLou Reed : La thérapie de choc d'où vient sa rage

Dans le monde complexe que deviendraient la musique et la poésie de notre rocker new-yorkais, Transformer occupe la position de départ d'une carrière à nulle autre pareille. Transformer ne ressemblait à rien d'autre et son succès était un miracle. C'était la première fois que le classique Walk on the wild side était enregistré , qui est sorti en single et a grimpé dans les listes des best-sellers. Le pari pour cette chanson est dû à David Bowie. En 1972, les paroles de Walk on the Wild Side étaient comprises par très peu de gens, mais cela n'avait pas d'importance car la chanson vous venait à l'esprit et vous ne pouviez pas l'oublier. Ils l'ont mis à la radio sans savoir que les personnages dont parlait la chanson étaient réelset ils appartenaient à ceux qui traînaient à l'usine d'Andy Warhol, où l'avant-garde artistique se montrait à travers une exploration de la sexualité. Et voilà Transformer : un hymne à la promiscuité sexuelle et à la libération des instincts. Les hommes sont devenus des femmes et les femmes sont devenues des hommes, et ils l'ont fait avec la joie la plus effrénée.

La voix de Lou Reed a été construite sur ce disque. Et ce disque ne sonnerait pas comme il le fait sans deux sorciers de l'invention acoustique : Mick Ronson et David Bowie, qui étaient les producteurs de ce joyau et les inventeurs de cette voix. La voix de Lou Reed n'a jamais sonné en direct comme sur ce vinyle de 1972. En ce sens, l'art conceptuel a également été créé ici, un art qui échappait au véritable référent et ne pouvait être entendu que dans la virtualité d'un tourne-disque. C'est selon moi la grande merveille de cet album : un son qui, partant du rock and roll, a atteint des contrées inconnues, auquel le bassiste Klaus Voorman a également contribué. Ma grande déception quand j'ai entendu Lou Reed vivre pour la première fois à Madrid, il y a quarante ans, c'est que Walk on the wild sideCela ne ressemblait pas à Transformer. Ça ne sonnerait jamais comme ça, parce que cette voix était une création artificielle. Cette voix était une utopie.

Otro de los grandes temas del disco fue la canción Perfect day, un himno melancólico a la placidez de un paseo por Central Park, que nunca supimos si hablaba del amor a un ser humano o del amor a los chutes de heroína, quizá ambas cosas sean de même. En tout cas, peu importe car la chanson est exceptionnelle. Et une autre des grosses erreurs des critiques a été de classer l'album dans la tendance glam rock, un label désastreux. Je trouve cet album très littéraire. Le titre à lui seul évoque déjà le grand roman de Franz KafkaCe n'est pas un disque décadent ou un disque de revendications homosexuelles ou un hymne au travestissement. C'est de la pure beauté. Son gratuit. C'est la création d'une voix qui revendique son droit d'exister par elle-même, pour son mystère, pour sa clarté vocale, pour sa simplicité. La chanson Andy's chest, dédiée à Warhol, est un poème presque onirique inspiré de la tentative d'assassinat que le peintre a subi aux mains de l'actrice Valérie Solanas.

Lou Reed se produisant en 1972 au Carré Theatre d'Amsterdam.Lou Reed se produisant en 1972 au Carré Theatre d'Amsterdam.GIJSBERT HANEKROOT (REDFERNS)

Dans Transformer, Lou Reed a élevé le rock au rang de littérature. Il y a plus de poésie sur ce disque que dans un millier de recueils de poésie réunis. Ici, il y avait un miracle de modernité. La ville de New York s'est exprimée d'une manière qui dure et qui durera. Rock a pillé les anciennes formes de littérature et de poésie. C'est un disque infini. Cet album est la naissance d'une nation d'esprits libres. Tous ceux qui l'ont entendu en 1972 sont devenus quelqu'un d'autre et se sont promenés du côté sauvage de la vie. Parce que sans le côté sauvage, la vie ne vaut pas la peine d'être vécue. Le message tient toujours. Et elle continue d'être révolutionnaire, provocatrice, antibourgeoise, anticapitaliste et anticommuniste, nihiliste et vitaliste à la fois, libératrice, romantique, sordide et utopique à la fois, et d'un individualisme récalcitrant.Transformer était un cri de beauté. Et ce cri merveilleux est toujours avec nous.