Abandon

Publié par fab34 le 11.09.2008
584 lectures
Bien que ma séropositivité soit stable (CV indétectable, T4 : 900/33%) ainsi que ma bipolarité, je me sens abandonné dans des domaines différents, par exemple : je n'ai pas de travail, pas de logement, peu d'amis, une famille déchirée, pas de voiture, là je suis en arrêt de travail...etc Je ne sais comment faire pour "résoudre" tous ces problèmes. Si vous avez des suggestions à me faire ou des conseils à me donner, je suis preneur !!!

Commentaires

Portrait de BALTHAZAR

Moi aussi,

 

j'ai faim, j'ai froid, je suis sans logis.

Tous les plaisirs de la vie me sont refusés, y compris le travail.

 

Faites un beau geste:

 

10 000 euros seulement suffiraient pour m'en sortir

20 000 euros m'éviteraient de me séparer de ma mercedes

100 000 euros me permettraient de reconquérir ma maitresse

Plus grande est la confiance, plus terrible est la déception

Portrait de fab34

Je découvre qu'il y a des séronautes au grand humour, je cherche juste des conseils et des suggestions. Je sais qu'il y a plus mal loti que moi, mais je ne peux porter, seul, toute la misère du monde...
Portrait de fabinette

donner des conseils est toujours chose facile, ne vivant pas la meme situation que toi, je peu malgrès tout te donner ma façon de penser par rapport à ta situation. Simplement, je pense que si tu es en bon état de santé tu devrais déjà retrouver une activité professionnel, à partir de là le déroulement des choses peu suivre petit à petit, il faut surtout que tu garde éspoir et confiance en toi.

je te souhaite de régler tes problèmes, et j éspère  que la vie te sourira à nouveau.

Portrait de Rumble31

J'avoue d'entrée ne pas encore être dans le cercle des initiés de la trithérapie, mais vu que la mienne devrais commencer dans deux semaines, .... Voilà pour ce qui est de la pondération.

Ensuite, pour ce qui serait des conseils et des suggestions, j'aurais tendance à dire qu'effectivement, le psyché est pour une grande part dans notre acceptation, et notre manière de vivre.

Pour ce qui est de mon exemple, j'ai appris ma séropositivité il y a environ un mois, à 22 ans, en plein mois d'aout, sans aucun de mes amis autour (vacances, travail, etc). Ne voulant rien dire au téléphone, j'ai du supporter 15 long jours que mon meilleur ami revienne, et je mens encore à une amie sur mon état de santé au téléphone, tant que je ne la verrais pas. Par dessus ça, j'ai appris il y a 15 jours que ma CV est explosive, et mes T4 pourraient jouer dans un film de Tim Burton.

Eh bien malgré tout, j'ai dignement fêté mon enterrement avec une super soirée, je rentre bientôt en cours (j'ai pas l'intention de lâcher mes études pour ça!!!), je sors, je vais danser, etc.

Si l'être humain est solidaire, il n'est pas pour autant capable de réaliser le destin des autres à sa place. Dis toi que la communauté séropo de moins de 30 ans est INEXISTANTE, et je supporte moi aussi mon fardeau en silence, dans la joie et la bonne humeur. Mis à part vaguement ici, je n'ai personne pour en parler. D'autant plus que, selon moi, j'ai beau être malade, il n'y a pas de quoi en faire tout un foin. On peut râler, certes, mais une amie diabétique type 1 (piqures tous les jours etc ) n'en fait franchement pas plus, pas moins.

Moi, je suis bien content, malgré mon sida, de toujours pouvoir danser tous les jours, écouter de la musique, voir des gens, voir la ville. Je ne suis pas encore au point d'échanger mes jambes ou mes bras contre un statut négatif, et je ne pense pas avoir à y arriver.

Suggestion du jour: Positive, et capitalise sur tout ce qu'il te reste. Même dans la pire mouise, tu es encore vivant,  tu as accès à des médicaments, tu n'es pas en prison, ni en train d'agoniser avec des mouches te volant autour dans un dispensaire malien.

Conseil du jour: Vu que tu n'as pas de travail, profites-en pour sortir, marcher, visiter les environs, te changer les idées. Pense, en fonction de ta santé, à faire des activités relaxantes (sans perdre de vue une certaine gratuité, il y a souvent des expos, des boites gratuites, des bars qui bougent sans être prohibitifs.....).  Cumule une vie positive, avec une pensée positive, et tu arriveras sans soucis à oublier, pour quelques temps, certains de tes soucis. Si tu fais suffisemment d'effort pour aller mieux, et être heureux avec ce que tu as, tu pourras être suffisement souriant devant ton prochain recruteur, qui ne manquera pas d'équilibrer tes soucis avec ta bonne humeur.

Il y a deux ans, j'ai sorti de la rue avec mon ancien petit ami un sdf de la rue, il a d'abord trouvé un foyer, puis un petit boulot d'apoint, est ensuite parti dans une communauté émmaüs,  résultatil va bientôt prendre un appart avec sa copine... Ici, mis à part l'encourager et le pousser, on n'a pas fait énormément (en terme d'action). Tu DOIS vouloir agir!

En tout cas, désolé de ne pouvoir proposer quoi que ce soit de plus concret, mais j'avoue ne pas avoir étudié tout ce qu'il y a à faire dans le coin où tu es...!

Bonne chance!!!

Portrait de fab34

Merci pour tes suggestions et conseils, en effet par exemple, pour ce qui est des amis, je fais des connaissances sur internet et je suis allé avec un ami en boîte il y a un mois avec lui, alors que je n'étais pas allé en boîte depuis 3 ans,  (il a 18 ans et moi 37, mais cela ne gêne en rien) et l'on continue de se voir. L'amitié ne se trouve pas comme cela, elle se construit tous les jours. Là, il vient de faire sa rentrée en fac de droit. Je sais que je ne suis pas un paria et que la vie ne peut que me sourire malgré mes deux pathologies (VIH+Bipolarité) et j'essaie donc de positiver!!! Même si cela n'est pas facile tous les jours. Je sais également qu'il y a des personnes plus touchées que moi et que j'ai peut-être tort de me plaindre.
Portrait de fab34

Je suis en pleine recherche d'emploi, je suis secrétaire comptable (j'ai passé une annonce sur le site) et je suis sur quelques pistes. Je me dis que si je trouves un boulot, tout le reste suivra : un logement, plus d'amis, une vie sociale...etc. En attendant, je m'occupe de mon corps : je fais du kiné pour pouvoir aller ensuite en salle de sport quand mes moyens financiers me le permettront. Comme je le disais plus haut, j'ai des troubles bipolaires, ce qui signifie que, malgré mon traitement psy assez lourd, je peux tomber en dépression ou en épisode maniaque à n'importe quel moment, ce qui n'est pas facile à gérer, nous cherchons avec mon psy, le bon équilibre avec les médicaments, pour éviter l'hospitalisation.

Je te remercie, et j'espère aussi retrouver le sourire!!!