AIDES EN COLERE/Grâce à la direction,la fermeture de AIDES est plus proche que la fin de l'épidémie

Publié par Paradixman le 19.02.2014
1 220 lectures

Tous les syndicats quittent la table des négociations

Le plan de sauvegarde de l'emploi est vivement critiqué par les représentant(e)s des salarié(e)s.



Cela a été annoncé lundi 17 février, en fin d’après-midi sur le site de l’intersyndicale. Tous les syndicats ont décidé de quitter la table des négociations sur le Plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) mis en place pour accompagner les 65 suppressions de poste prévues par la direction de Aides.

Les délégations syndicales CFDT, CGT, FO et SUD de Aides critiquent l’attitude de la direction qui refuse d’augmenter les indemnités de licenciement. Seule concession, elle prévoirait une indemnité supplémentaire de 3000 euros par salarié.e, soit selon les syndicats 1,5 à 2 mois de salaire. Mais toujours selon les syndicats, les salarié.e.s qui choisiraient de partir volontairement verrait la prime d’incitation réduite de moitié.

«À quoi bon, dans ces conditions, continuer de négocier?» s’interroge l’intersyndicale qui affirme: «La mascarade a assez duré»

Source (Yagg.)

Commentaires

Portrait de Paradixman

Bien triste surtout pour les séropos et leurs proches.

Portrait de Philippe HAZOTTE

Quelle tristesse de supprimer des postes dans un domaine aussi indispensable que AIDES

Le problème c'est toujours l'argent, on a remplacé beaucoups de volontaires par des salariés dans les années ou il y avait de l'argent, aujourd'hui le SIDA ne fait plus "recette" et n'interesse plus grand monde à part les personnes concernées et les labos.

J'ai été volontaire il y a plus de dix ans, à cette époque on arrivait à avoir des dons jarrtière de maraige et ainsi de suite, aujourd'hui les gens sont moins généreux, la médecine avance et tout ce beau monde pense que nous sommes sauvés.

Vous mettez un coup de crise la dessus et effectivement plus assez d'argent pour assumer cette belle association qu'est AIDES

Je pense aux personnes contaminées qui compte sur AIDES, mais je pense aussi aux salariés qui vont perdre leur job et à tout les cotés négatifs de ces licenciment ( moins de prévention, moins d'écoute ect...)

Nous devons soutenir les salariés dans leur démarche

Courage

Portrait de pascalcoucou

Et pis c'est tout, comme dirait Lucas, le reste c'est la tambouille interne, et comme la politique c'est fait en douce, et présenté comme il faut de l'autre, ça va restructurer grave, plusieurs actions, seront encore supprimées, les volontaires, avec peu d'actions de routine, et les tests, tout ça est basé sur leur couts, et la façon de les faire,

Coté accueil séropos, faudra venir avec son café bientôt, ça se délite dans pas mal de coins, j'ai des petits retours, ouhhhh, ça va péter, ça ne pourra pas durer, déjà qu'une demi journée par semaine, va falloir trouver autre chose, tout ce pognon, va ou, c'est pas les 400 ou 500 salaires, le trod ou les sortes de fonds propres & consorts, et  c'est opaque comme tout, faudrait peu plus de bénévoles, moins de salariés,il y avait 800 personnes tout confondu environ, pour X actions, nous verrons bien le bilan prochain !!!

Quasi tout est déjà préparé, et ils poussent narquoisement a tartiner leurs réponses, enfumeuses depuis le PSE, pffff même pas de dignité devant des malades, pour moi la direction, et le CA sont malhonnêtes, après, ce n'est que mon ressenti.

Sans compter que les hépatites doivent être prises en main, avec le test qui se pointe bientôt, ouhhh,

on va faire de plus en plus de détection, de tests avec moins de personnels pour ça, et les formations à pantin, Pourquoi donc ?

 

                                                Pascal ... .. .