Ansh: une Inde parisienne (1)

Publié par moyga le 04.09.2008
843 lectures
Voilà l'explication, pourquoi j'ai pu avoir des doutes et pourquoi je pleurais seul dans mon lit lorsque tu allais dans ces endroits. Oui, j'en étais triste et très mal, au point où tu n'imagines même pas. Je sais que c'est un miroir aux alouettes et que beaucoup s'y laissent prendre, ça ne devrait pas exister et si à un moment on est attiré par ce genre d'endroits ce n'est pas pour avoir la liberté mais parce qu'on ne s'assume pas profondément, qu'on n’assume pas ce que l'on est et donc on a  besoin d'être avec des personnes qui sont pareilles pour accepter mieux sa souffrance cachée, mais quand des gens se ghettoïsent dans la douleur, ça crée forcément encore plus de souffrance, tout le monde s'y entraîne et comme on ne parvient pas à supporter sa propre sienne on a besoin de faire souffrir l'autre, c'est cela le milieu homosexuel, je suis désolé d'avoir des mots aussi dur pour le caractériser mais c'est malheureusement la réalité et d'ailleurs s'il n'existait pas cela il n'y aurait pas de rejet et nous aurions déjà l'égalité des droits. A un moment, des associations se sont créées pour faire avancer les choses, sur ça un milieu s'est créé mais ça n'a fait que les faire reculer ou tout du moins empêcher de permettre aujourd'hui à tout un chacun de s'assumer et ne pas se réfugier pour certain dans la bisexualité, ce que l'on appelle en psychologie le concept de l'entre deux de Daniel Sibony, qui est reconnu comme une anormalité alors l'hétérosexualité et l'homosexualité sont deux choses normales qui existent depuis la nuit des temps et que l'on naît avec l'une ou l'autre des préférence affectives et comme il y a toujours eu dans notre société une dominante, les associations ont cru bien faire en créant tout cela mais ça a pris le mauvais chemin, ça n'a créé que du malsain et donc forcément on recule au lieu d'avancer alors que les choses se seraient faites naturellement avec le temps et que les gens comprendraient mieux s'il n'y avait pas une image négative, je me rappellerais toujours de ce jour en Espagne où je me trouvais dans un restaurant avec Alex, un couple est venu nous voir et nous a dit « si on voyait un peu plus souvent l'amour tel que vous le dégagez dans votre respect, votre simplicité et naturel, ça serait magnifique, oui vous êtes magnifiques, on a pas pu s'empêcher de voir la magie dans votre regard. »


Commentaires

Portrait de ptitmatou75

Je te comprends très bien. C'est un chemin difficile que tu affrontes. Moi aussi, lors de mon premier amour, cela a été terrible. C'était un être tellement exigeant qu'il m'était impossible de remplir ses conditions. Je me souviens d'un jour, où ayant appris que je l'avais trompé, il voulait se jeter du haut de la falaise de Boulogne-sur-Mer.  C'était l'été, il faisait très chaut et il avait vidé une bouteille de Vodka. Il était prêt à faire n'importe quoi à cause de mon incartade. Puis il s'est calmé jusqu'à la crise suivante. Je me reconnais très bien dans ton texte et je suis passé par la même phase. On m'a expliqué un jour qu'il fallait se méfier du bovarysme. Il ne faut pas y céder trop longtemps sous peine de finir bien seul. A nous aussi on disait qu'on formait un très beau couple, mais derrière cette mise en scène la réalité était moins belle à regarder. Nous avons fini par nous séparer. Lui parce que je ne méritais pas son amour et moi parce que j'ai commencé à être un peu plus clair sur ce que je voulais dans la vie. Maintenant tout cela me semble vraiment curieux. Tout le monde n'a pas la même hauteur d'âme.