Ansh: une Inde parisienne ....suite (1)

Publié par moyga le 04.09.2008
684 lectures
Comment as-tu pu douter un seul instant que je t'aimais alors que je n'ai jamais cessé de te le montrer, c'est cela qui est dommage, tu étais, je pense, pris dans une conception de la vie et sûrement que tu ne t'en rendais pas vraiment compte, d'autant qu'autour de toi, on ne te montrait pas le bon chemin et le bon exemple, donc tu n'es pas complètement fautif. C’est certain qu'à un moment donné, on ne voit pas la chance que l'on a, tu sais tu n'es pas le seul dans ce cas, peut-être que tu n'avais pas aussi assez de force et de vécu et pourtant moi je me dis que quand j'ai découvert l'amour pour la première fois je n'avais pas de vécu auparavant et pourtant combien j'ai su aimer. J’imagine que ça puisse te faire du mal mais ce n'est pas le but du rappel de tout cela, en prendre conscience c'est salvateur.

Je n’ai pas réussi à te comprendre, et toi non plus, tu m’as fait souffrir pendant plus de deux ans. Que veux-tu ? C’est la vie, il ne te reste plus que ces quelques mots pour pleurer à ton tour. Rappelles-toi simplement tous les moments que l’on a vécu et tires-en tes propres conclusions. Etait-ce le bonheur, le malheur, la douleur, le plaisir, la joie de vivre, le sourire quotidien ? Réponds-y et rends-toi compte de ce que tu as laissé !