Assurément un bon vomitif !

Publié par jl06 le 24.01.2020
268 lectures

Michel Onfray : “Manger de la merde et sodomiser les chiens, voilà donc les nouveaux droits défendus par Libération”Jeudi 23 janvier 2020 à 12:39 9Michel Onfray. Photo © BALTEL/SIPA/SIPA 

Sur son blog, le philosophe est revenu sur l’affaire Matzneff, dénonçant la “couverture”, par Libération, de plusieurs pédophiles. 

« Joffrin, penseur du sexe ». Sur son blog, le philosophe Michel Onfray est revenu, à sa manière, sur l’affaire Matzneff et n’a pas hésité à charger une partie de la presse française, notamment Libération, qu’il accuse d’être « un journal furieusement libéral, peu soucieux du respect dû aux faibles, notamment au plan sexuel », sous couvert d’un « nouveau discours de ‘gauche morale’ ». Mais aussi son directeur de la rédaction Laurent Joffrin qui, en guise de justification à la publication d’auteurs ouvertement pédophile, a déclaré : « C’était dans l’esprit du temps mais Libération n’en est plus là… ».

Zoophilie et coprophagie, mises en avant par Libération

Le philosophe dénonce d’emblée le terme à la mode de « pédocriminalité » et ses utilisateurs, dans les médias, qui, se faisant, ne s’aperçoivent pas qu’« ils suggèrent que la pédophilie ne serait pas intrinsèquement pédocriminelle et qu’en sauvant le mot ils sauvent aussi la chose ». L’essayiste raille aussi les « joffrinades » du directeur de la rédaction de Libération qu’il accuse de minimiser les dérives sexuelles les plus graves. Et l’auteur de citer en exemple un article du journal datant du 17 janvier 2014 intitulé « Déclarer la grève de l’utérus » et écrit par un journaliste transexuel. Il cite : « Depuis cette modeste tribune, j’invite tous les corps à faire la grève de l’utérus. Affirmons-nous en tant que citoyens entiers et non plus comme utérus reproductifs. Par l’abstinence et par l’homosexualité, mais aussi par la masturbation, la sodomie, le fétichisme, la coprophagie, la zoophilie… et l’avortement. Ne laissons pas pénétrer dans nos vagins une seule goutte de sperme national catholique ». S’il constate que « cette fois-ci, la socratisation des enfants a été heureusement écartée », Michel Onfray commente cette sortie ainsi : « Manger de la merde et sodomiser les chiens, voilà donc les nouveaux droits défendus par Libération »

« Eloge de la relation sexuelle non protégée bien qu’on la sache contaminante »

Le philosophe reproche également au journal d’héberger le blog d’un certain Eric Rémès, sous le pseudonyme « Gay tapant », « dans lequel on trouve un éloge de la relation sexuelle non protégée bien qu’on la sache contaminante ». Il s’agit plus précisément d’un appel à « contaminer volontairement un partenaire quand on a le sida ». Comme le souligne Michel Onfray, l’auteur de ce blog s’est d’ailleurs opposé, dans la préface d’un de ses livres, « au projet de sanctionner par la loi ce type de pratique sous prétexte que ce comportement punitif procéderait de la ‘notion judéo-chrétienne du couple qui doit apporter protection et respect […]. Or être séropo, c’est avoir une blessure de l’estime de soi qui, bien souvent, peut empêcher tout respect’ ». Ce que le philosophe traduit par « Je peux bien tuer puisque je vais mourir » avant de conclure, ironique : « Dans trente ans, le successeur du Joffrin expliquera que ‘c’était dans l’esprit du temps mais qu’ils n’en sont plus là’. On peut toutefois d’ores et déjà se réjouir en se disant que cette feuille de chou libéral et boboïde n’existera plus. Ni moi non plus d’ailleurs »

Commentaires

Portrait de jl06

Une chèvre noire avec un visage très semblable au humain. Au Rajasthan en Inde, une chèvre a fait la une des journaux pour son apparence inquiétante. Ses photographies sont rapidement devenues virales et maintenant l'animal est même vénéré comme un dieu.

Et dire que lorsque les habitants du village de Nimodia, à la périphérie de Jaipur, où elle est née, ils pensaient qu'elle était victime d'une malédiction. La chèvre, en fait, montre les signes évidents d'une rare mutation génétique qui a affecté sa structure faciale, la faisant ressembler à un homme âgé incroyable.