Bareback et Truvada en traitement préventif sont-ils prêts pour un mariage gay ?

Publié par bernardescudier le 26.05.2012
1 617 lectures

Le problème n'est-il pas d'omettre de parler du Bareback sans le nommer quand on propose le Truvada à titre préventif pour les séronégatifs ?


Le problème n'est-il pas de chercher la conscience de ses actes dans la recherche du plaisir pour mieux oser lever les tabous ?


La question est de savoir qu'un médicament comme le Travada à titre préventif est un pharmaka - en grec ancien et moderne - à savoir à la fois une thérapie et un poison qui nécessite de la prudence.

La question est d'estimer l'observance de la prise de ... médicaments. Avant de s'envoyer en l'air, est-on toujours conscient de ses désirs immédiats ?

Quant aux pays et aux pauvres de ce monde sont-ils déjà intégrés ..., en termes de prévention et de Prep, à un plan de développement financier futur et prometteur ? J'en doute mais peut-être que je me trompe.


Enfin tentez vous d'expliquer que le Truvada- Ipergay est une réponse a l'échec des campagnes de prévention dite classique ?

Le problème n'est-il pas que l'emploi de ces traitements en prévention ne relache, d'autant plus, l'observance du port du préservatif, à froid comme vous dites si bien, ou à chaud ?

Le problème n'est-il pas que les contaminations sont pointées du doigt selon les pratiques sexuelles ? Ou est alors la liberté de la conscience de ses actes ?

Enfin est ce que les dépistages rapides par le doigt sont un moyen de découvrir des séronégatifs afin de les rendre responsables sur leurs pratiques sexuelles ( en particulier le Bareback ) et leur proposer de devenir candidat pour l'essai Ipergay, c'est à dire de prendre du Truvada bien qu'ils ne soient pas séropositifs ? Et ce, à un moment de vulnérabilité, lors d'un test de dépistage rapide.


La question n'est pas de savoir si, comme dans le meilleur des mondes de Voltaire ou d'Aldous Huxley, la Divine Providence ou une une police de la santé publique existeront pour imposer des traitements en prévention. La question est de savoir si des personnes humaines sont prêtes à prendre un médicament qui est de la chimie lourde ... pour leur seul plaisir. Et non pas d'éviter des piqures de moustiques ... porteurs du paludisme lors d'un voyage touristique dans les pays chauds, si chauds !

Si vous avez des informations, pouvez vous corriger mes petites interrogations ? Peut être que je me trompe ...


 

Je vous remercie pour votre attention. B.Escudier

Commentaires

Portrait de dboy30

On fait  des recherches et les autorites declarent des propositions ... apres tout, c'est bien d'avoir de divers solutions qui conviendrait a chacun, quelque soit ses pratiques et sa serologie.

Truvada est l'une des alternatives, qui ne sera pas rembourse par la secu ou les mutuels, et on ne cache pas que c'est un traitement assez lourd a supporter.

Et normalement, on ne peut acceder a ce traitement que par inscription de medecin. 

On ''n'impose'' a personne de traitement en prevention (comme tu prononces) mais on le ''propose''.  

A chacun de decider selon ses envies, ses finances et ses pratiques...  Je trouve ça mieux que ZERO solution ...

Portrait de petitcanard

Le "barebacking" est si je peux dire détourné car à l'origine c'est une pratique entre personnes S+ ! 

Truvada en alternative ? il serait plutot bon de repartir en guerre pour le préservatif plutot que de proposer du Truvada ! (quand on voit tout ces effets indésirables de ce médoc) surtout que ca protége en rien des autres merdes !  

Portrait de KRIS3

Je crois que l'enjeu est plus pour les couples sérodiscordants à qui on propose qu'à des fins de confort personnel et afin de proposer autre chose que la capote tout en fixant les relations de couples à long terme déjà existantes , le Truvada pour être une solution ! 

Si tu veux  , tu pourrais discuter *** Propos modérés *** ! il est directement concerné par ce genre de cas! il va se séparer d'avec son mec aprés des années de vie commune parce qu'avec le temps et la peur d'être contaminé son mec séronégatif à souhaiter se mettre avec un autre séronégatif!!! ce qui en revient au même puisqu'on retombe dans la problématique du'' bareback'' ou de ce que moi j'appelle , la sexualité d'avant la culpabilisation du au SIDA !

Quant à faire que des candidats X ou Y  , le petit jeune ou le sex-addict veuille payer et s'astreindre à prendre du Truvada comme pilule miracle anti-SIDA , je n'ycrois pas vraiment ! trop de contraintes et ce ne sera fait que pour ce dernier cas de figure ! 

De toutes façons et voici mon point de vue sur les relations sexuelles , en dehors du viol , toute relation sexeulle est une relation consentie , donc responsable à 50% de valeur pour chacun de participant ! c'est au porteur de capote de vérifier s'il est fonctionne correctement pendant les rapports mais à celui qui la reçoit aussi !  

Donc que l'un ou l'autre fasse confiance n'enlève rien à la responsabilité de chacun !

Avant le SIDA on ne parlait pas ni ne stigmatisait pas les non porteurs de capotes et la syphilis a fait des morts jusquà recemment quand ce n'est pas encore le cas ! 

Donc il appartient à chacun de vouloir se protéger quelqu'en soit la façon ! à chacun d'en assumer les concéquences !

Merci de m'avoir lu!:-)