Bercy n'est pas le ministère de la santé (kildise...)

Publié par seanaque le 07.11.2008
554 lectures

Ministère du budget, des comptes publics et de la fonction publique

Le ministère des finances a toujours eu une influence sur l'assurance maladie et son financement et de manière légitime car elle participe à l'équilibre des comptes sociaux et a un impact sur les équilibres macro économiques dans le cadre du respect de ce que l'on dénomme " les critères de Maastricht" dans la mesure où le ministre des finances est après le premier ministre le personnage le plus important du gouvernement il est nécessairement un rival politique pour ce dernier et donc souvent un personnage encombrant .

Aussi l'actuel premier ministre a t il décidé de scinder en deux ; afin de pouvoir mieux la contrôler ; "la citadelle" du quai de Bercy ( qui ressemble à un péage d'autoroute construit sur insistance de Pierre Beregovoy ; pour quitter les lambris de la rue de rivoli si chers à Leurs Suffisances Mrs VGE et ensuite E.B. ; et qui comporte sur son toit une aire de poser d'helicoptère ; est entouré de fossés, clos de portes en "bronze-acier", avec une vedette des douanes à ses pieds pour officiellement permettre au titulaire du lieu de se rendre par le fleuve au palais bourbon et accessoirement de ...filer à l'anglaise okazou) .

Cette scission a hypertrophié la tutelle du Budget sur les comptes sociaux dont ceux de la santé .

Lors de la dernière Commission des Comptes de la Sécurité Sociale le responsable du Budget ; Monsieur Eric Woerth qui a des ambitions politiques de loup à sang froid s'est cru autorisé sans aucune vergogne à "rappeller à l'ordre " Frederic van Roekeghem direceur de l'union nationale des caisses d'assurance maladie ainsi que Laurent Degos président de l'HAS pour défaut de zèle dans l'application de leur tâche .

Dans tous les dossiers les services du Budget sont redoutables car les administrateurs de haut rang qui les occupent s'autorisent à interpréter à leurs convenances les décisions des parlementaires alors que leur principale fonction consiste à veiller à ...l'application de ces décisions.

Créant ainsi de fait un contrôle inacceptable à postériori sur les choix des élus.

Etant entendu que les financements des comptes sociaux sont en volume et en principe suffisamment importants pour devoir relever de la compétence du Parlement ainsi qu'en a décidé la Loi depuis 1995 sur l'initiative légitime du gouvernement d'Alain Juppé ( dans lequel figurait Alain Durllemann lequel après la dissolution malheureuse de 1997 a atterri à l'Adm.Gén. de l'AP-HP avant de partir ensuite pour la direction de l'ENA.

Les interventions de "ces crânes d'oeufs" , dont E.W. est l'archétype, transpire la morgue d'Ancien Régime sous lequel La Noblesse savait ce qui était bon pour le peuple et bien sûr le savait mieux que les élus de ce peuple.....

Il y a donc encore nombre de bastille à prendre et (symboliquement) de têtes à couper.

Accessoirement pour le sujet qui nous occupe c'est aussi ce ministère qui impulse la politique dite "RGPP" ( Révision Générale des Politiques Publiques ) lancée dans la "chasse au gaspi" dans une administration française pléthorique et dont une partie de l'activité consiste à élaborer des démarches administratives totalement inutiles destinées à justifier son existence négligeant ainsi qu'elle est au service du public et non l'inverse

La deuxième partie de "la citadelle " de Bercy est gérée par Mme Christine Lagarde mais c'est une autre histoire

Commentaires

Portrait de avion

Je constate que tu as le courage d'essayer de cerner l'extrême complexité d'un des systèmes qui structure notre état, et en l'occurence, notre état de santé.

J'ai une question. Quel sont les risques d'une structure qui, comme tu le présentes,  semble ne pas gérer le budget dans un esprit démocratique ?

 Où veux-tu en venir, exactement ? Est-ce un problème génral, ou plus spécifiquement pour les personnes vih+ ou autres pathologies loudres et honéreuses ?

Portrait de seanaque

merci de ton commentaire

mes convictions ne sont jamais que le masque présentable de mes intérêts

les émotions que j'exprime sous l'apparence d'arguments ou idées se rapportent toutes à mon infection récente mais dont je suis convaincu depuis maintenant plus de dix ans qu'elle est devenue une pathologie banale dont la gestion entre dans le champ de l'ordinaire aussi désagréable que cela puisse paraître à ceux qui vivent sur son dos

Réponse 1 :

Le risque est que des personnes ( administrateurs de haut rang ) qui n'ont aucune légitimiter pour le faire hormis leurs qualifications autoproclamées ne se substituent à ceux qui en ont mandat ( parlementaires )

L'état de droit est un idéal sinon une utopie mais ce n'est pas une raison suffisante pour ne pas tenter de s'en approcher le mieux possible

réponse 2 : mes propos ne sont pas finalistes . Je ne cherche qu'à exprimer ma perception des choses .