"C'est le

Publié par seanaque le 18.10.2009
356 lectures
scandale du siècle", s'était exclamé Clarín le mois dernier lors de l'ouverture de l'enquête destinée à faire la lumière sur les gigantesques fraudes de la dite "mafia des médicaments". L'histoire a commencé, début août, par l'arrestation de Néstor Lorenzo, le directeur d'un important laboratoire pharmaceutique, accusé d'avoir altéré la composition de médicaments. L'affaire a vite éclaboussé l'ensemble des mutuelles de santé du syndicat des travailleurs de la banque et impliquerait une centaine d'autres mutuelles de santé ouvrières. "Cette enquête révèle le coté obscur de l'Argentine", estime le Nuevo Herald de Miami. 51 mutuelles sont actuellement sous le coup d'une enquête judiciaire pour trafic de faux médicaments ou vente de produits périmés.

Plus grave encore, les supposées manoeuvres des mutuelles pour obtenir des fonds auprès de l'APE, un organisme du Ministère de la Santé qui aide les mutuelles à faire face aux dépenses de santé des malades les plus gravement atteints. Pour toucher ces fonds, elles auraient inventé un bon nombre de pathologies graves à leurs affiliés, n'hésitant pas à falsifier leurs comptes rendus médicaux. Elles leur prescrivait ensuite de faux médicaments. "La distribution des fonds de l'APE à la mutuelle des ouvriers chauffeurs routiers a ainsi augmenté de 700 % entre 2004 et 2007", note le Nuevo Herald. "Le scandale pourrait atteindre le gouvernement, révèle le quotidien, car au domicile de Nestor Lorenzo, les policiers ont découvert une série de factures qui montre sa contribution au financement de la campagne de la présidente argentine".