Chaque être humain a besoin de baiser, et peu importe qu'il soit au Soudan, en Autriche, au Maroc ou au Chili.

Publié par jl06 le 27.07.2021
289 lectures

PAROLES REBELLESAbdelá Taia, le pauvre garçon qui a éveillé la conscience homosexuelle au MarocLe premier intellectuel à sortir du placard dans son pays est aujourd'hui un conteur solide et prestigieux dont l'œuvre tente de comprendre comment être marocain et homosexuel tout en restant rien de tout cela.  CARLOS PRIMOMADRID - 14 AOÛT 2019 - 12:11 CESTL'écrivain Abdelá Taia pose pour ICON au siège madrilène de la maison d'édition Cabaret Voltaire, qui a publié la plupart de ses livres en espagnol.L'écrivain Abdelá Taia pose pour ICON au siège madrilène de la maison d'édition Cabaret Voltaire, qui a publié la plupart de ses livres en espagnol. PHOTO : FEDE DELIBES

Abdelá Taia (Salé, 1973) assure que lorsqu'il était enfant, il n'a jamais pensé à devenir écrivain, encore moins à cause du scandale. Le premier intellectuel marocain sorti du placard a pris son destin pour une donnée. « Être écrivain était un rêve de pauvre enfant », explique-t-il à l'occasion de la parution d' El que es dignes d'être aimés (Cabaret Voltaire), roman qui, comme une grande partie de son œuvre, débute dans le Maroc de son enfance. « Les rêves étaient des choses qui se passaient à la télévision. Il savait qu'elles ne se réaliseraient jamais, car il était vraiment très pauvre. Même quand, plus tard, j'ai rencontré un Suisse, j'ai sympathisé avec lui, j'ai terminé mes études de littérature française à Genève, je suis allé à Paris et j'ai commencé à écrire, j'ai continué à m'engager dans l'écriture, mais sans penser que cela intéresserait personne ".

Tout a changé à l'été 2005. La télévision marocaine a produit une série sur les artistes marocains à l'étranger et Taia a joué dans un documentaire de 30 minutes. "C'était sensationnel", se souvient-il. « Les gens au Maroc ont vu que c'était un bon garçon, humble, sans arrogance, qui parlait bien le français et avait écrit un livre J'étais une source de fierté car dans la vidéo j'étais à Paris, dans le Quartier Latin, en train de me promener dans le Louvre... Ça, pour les marocains, c'est des choses importantes. Et ils pensaient qu'il avait réussi. Alors quelques mois plus tard, en janvier 2006, mon nouveau livre est sorti, je suis allé le présenter au Maroc et j'ai dit que j'étais homosexuel. Et puis le héros est devenu un scandale.

"J'étais pauvre, j'ai parlé d'homosexualité, de société marocaine, de survie et de littérature, et que j'étais très seul. C'est vrai que la presse marocaine faisait un effort pour parler objectivement sur le sujet, mais j'étais toujours seul"

Taia a vécu en auto-exil à Paris pendant plus de deux décennies, où il a écrit et publié une dizaine de romans en français, la plupart publiés en espagnol par la maison d'édition Cabaret Voltaire . Mais la déchirure, dit-il, est toujours intacte. "Quand j'ai rendu mon homosexualité publique, j'ai eu très peur. Une peur physique, dans les tripes, dans la peau. Car, dans ma tête, les médias sont toujours du côté du pouvoir. Dans les médias, seuls les puissants, les riches et certains intellectuels très établis qui sont évidemment des bourgeois parlent », dénonce-t-il. « J'étais pauvre, je parlais d'homosexualité, de société marocaine, de survie et de littérature, et que j'étais très seule. C'est vrai que la presse marocaine faisait un effort pour parler objectivement sur le sujet, mais j'étais encore seul ».

La situation paradoxale de l'expérience homosexuelle au Maroc est l'un des thèmes centraux de son travail. « Dans mon adolescence, certains films d'Almodóvar étaient considérés comme du soft porn , ils pouvaient donc être vus dans les cinémas érotiques où tout le monde allait. C'est là que j'ai vu, dans une double émission, The Law of Desire et Tie Me , qui étaient très populaires. Je me souviens même avoir vu La loi du plus fort de Fassbinder ou Les nuits fauves . Des films qui parlaient clairement d'homosexualité. Dans un cinéma marocain, en 1992. Comment en sont-ils arrivés là ? C'est un mystère… mais aujourd'hui ce serait impensable ».

Depuis son exil parisien, Taia a suivi de près l'évolution du mouvement LGTBau Maroc. "Pour moi, il y a deux moments très différents", explique-t-il. « À partir de 2004 ou 2005, lorsque j'ai commencé à parler, il y a eu une période où les gens ont été autorisés à s'exprimer. Les journalistes marocains se sont critiqués et ont commencé à parler objectivement des homosexuels, l'association LGTB a fondé un magazine en arabe et, d'une certaine manière, il y a eu un vent de changement qui venait presque toujours de la classe moyenne ou inférieure, à laquelle j'appartenais ». Le changement est intervenu après le printemps arabe de 2011, une période « d'immense prise de conscience politique ». « Plus tard, la société a évolué d'une manière différente, mais je me souviens qu'au Maroc, lors du mouvement du 20 février, une des choses qui a été demandée était la dépénalisation de l'homosexualité. J'étais dans l'émission. Aujourd'hui, nous sommes dans une autre période où il est devenu clair que le pouvoir, au Maroc, ne veut pas de changements. Et je ne parle pas du gouvernement ou des islamistes, mais des structures de pouvoir en général. De tous les puissants. Avant l'Islam, il y avait déjà une loi qui criminalisait l'homosexualité. Sans aller plus loin, les socialistes marocains n'ont rien fait pour y changer lorsqu'ils ont gouverné ».

« Il est devenu clair que le pouvoir, au Maroc, ne veut pas de changements. Et je ne parle pas du gouvernement ou des islamistes, mais des structures de pouvoir en général. Avant l'islamisme il y avait déjà une loi qui criminalisait l'homosexualité. Sans y aller. plus loin. , les socialistes marocains n'ont rien fait pour y changer quand ils ont régné "

Cependant, explique-t-il, la législation rigide n'empêche pas une certaine liberté qui a trouvé un canal naturel à travers les réseaux sociaux. « Depuis quelques années, il y a des superstars de YouTube qui sont LGTB . Plusieurs d'entre eux sont transgenres. Pour les législateurs, ils n'existent pas. Mais ils parlent à des millions de personnes ». Ces derniers temps, l'activisme de Taia est devenu plus intense. Surtout depuis la parution, fin juillet de cette année, d'une tribune dans Le Monde où il a plaidé en faveur de la dépénalisation de l'homosexualité au Maroc.

De là, il n'est pas difficile de sauter à une autre question épineuse : celle du mythe du Maroc comme paradis des homosexuels, promu pendant une bonne partie du 20ème siècle par les Occidentaux venus au pays du Maghreb attirés par la légende de l'extrême libéralité marocaine, notamment à l'intérieur. . "Je ne sais pas si le Maroc est un paradis pour les homosexuels, même si c'était peut-être pour Paul Bowles, Tennessee Williams ou Jack Kerouac", répond-il. "J'aime Bowles, mais ce qu'il dit s'inscrit dans le sillage de l'orientalisme et du colonialisme et même d'une certaine dépravation très anglo-saxonne qui consiste à aller à la recherche de sauvagespour découvrir le paradis primitif. Mais ces gens n'ont rien fait pour aider les Marocains, encore moins pour aider les homosexuels marocains. Ils allaient avoir des relations sexuelles bon marché avec de jeunes Marocains et fumer du haschich. Si clair". Nous l'avons interrogé sur un autre ardent défenseur de la culture marocaine, Juan Goytisolo, que Taia a rencontré . « Eh bien, Goytisolo était autre chose. Il a toujours défendu la culture arabe, l'a défendue par écrit, a beaucoup écrit à son sujet et a été attaqué pour cela. Et ses livres sont tellement imprégnés de la structure et de l'esthétique de la culture arabe que je pense qu'il la connaissait mieux que moi, par exemple. Goytisolo n'a rien à voir avec Bowles ou Kerouac. Il faut être juste envers lui ».

Qu'en est-il alors de cette affirmation selon laquelle l'homosexualité, au Maroc, est pratiquée mais non mentionnée ? « Chaque être humain a besoin de baiser, et peu importe qu'il soit au Soudan, en Autriche, au Maroc ou au Chili. Alors vous vous débrouillez malgré la loi, les interdits et les tabous. Il y a des tabous partout, même dans le monde littéraire de Paris, où il y a beaucoup d'homosexuels mariés et au placard. Les tabous sont bien plus ancrés dans l'âme humaine que la loi. Ensuite, il y a la loi et le pouvoir, et le peuple marocain n'est pas stupide. Il sait que s'il parle ouvertement, il va en prison ou s'expose à des critiques. La loi ne les oblige pas à être des hypocrites, mais à se protéger et à se protéger du regard des autres, qui pourraient les dénoncer au pouvoir. Alors au lieu de parler de sociétés musulmanes homophobesParce que vous ne pouvez pas traiter toute une société d'une manière aussi essentialiste, vous devez vous référer à la loi. Et se demande pourquoi le pouvoir ne veut pas donner la liberté à ses individus, qui devraient la voler comme ils peuvent. Et je ne le dis pas pour défendre le Maroc. Mais un écrivain doit approfondir et comprendre le contexte dans lequel les gens évoluent. Après les révolutions arabes, beaucoup de choses se sont passées, et il n'est plus possible de parler de ces sociétés de la même manière qu'avant, à partir de cet orientalisme confortable ».

« Pour exister, je devais cesser d'exister, en quelque sorte. C'est quelque chose de très typique de l'expérience homosexuelle, dans laquelle parfois l'essentiel ne doit pas être nommé et la vérité ne doit pas être dite pour survivre. Parfois il faut inventer un espace dans lequel exister sans exister"

Dans L'Armée du Salut (2006), qu'il a lui-même emmené au cinéma en 2013, Taia raconte son arrivée en tant qu'immigré en Suisse. Dans celui qui est aimable, la voix du protagoniste, Ahmed, n'est plus seulement celle de l'enfant marginalisé, mais celle d'un homme en quête d'une racine impossible. « Quand je suis arrivé à Paris en 1998, je n'avais pas peur. Il voulait conquérir la ville comme les héros des romans de Balzac ou de Zola. Il n'avait pas peur de la bourgeoisie ou des maisons d'édition. J'ai contacté tout le monde, je n'avais pas honte, j'étais presque un carriériste. Au Maroc, quand j'ai vu un riche marocain, je suis devenu petit. Mais à Paris, je ne me sentais pas petit. Alors j'ai contourné le racisme. Le racisme contre les Arabes et les musulmans ne m'a pas affecté. La vie n'était pas facile, souvent je n'avais même pas assez à manger, mais ce n'était pas grave, car j'étais à Paris, une ville où je pouvais même croiser Isabelle Adjani », plaisante-t-il.

"Mais il est arrivé un moment où la solitude et les difficultés se sont traduites en crises de panique", se souvient-il. « Si vous me demandez, je vous dirais que je ne me sens pas comme un exilé. Parfois je déprime, mais je vais me coucher, je dors, je me lève et c'est tout. Cela ne dure jamais plus de deux jours. Dans ma tête je ne suis pas un exilé, mais le corps a une autre conscience qui finit par imposer sa vérité à l'esprit », précise-t-il. « Ma culture et mes lectures de Voltaire ou de Proust me protègent, mais uniquement mentalement. Mon corps est sentimentalement lié à la logique d'une autre terre. Et le corps, curieusement, demande des limites, qui ne sont pas celles du racisme, mais celles qui ont été vécues au pays natal ». C'est le thème central de son roman le plus récent, dont le protagoniste, Ahmed, comme Taia, a maintenant passé sa quarantaine. « Son cœur est sec, explique-t-il. Il est allé à l'université, elle a de la culture, parle bien, a un petit ami français et remplit toutes les conditions pour se sentir libre au sens français du terme. Et il se rend compte que pour devenir libre, il a dû tuer une partie de lui-même, tout comme, au Maroc, il a dû sacrifier une partie de lui-même pour ne pas être violé ou tué pour être homosexuel. À ce stade, il n'est pas difficile de reconnaître dans le personnage une transcription de l'auteur lui-même. "Moi, par exemple, j'ai dû arrêter d'être efféminé pour que les gars ne m'insultent pas", se souvient-il. « Pour exister, je devais cesser d'exister, en quelque sorte. C'est quelque chose de très typique de l'expérience homosexuelle, dans laquelle parfois l'essentiel ne doit pas être nommé et la vérité ne doit pas être dite pour survivre. Parfois, il faut inventer un espace dans lequel exister sans exister ». elle a un petit ami français et remplit toutes les conditions pour se sentir libre au sens français du terme. Et il se rend compte que pour devenir libre, il a dû tuer une partie de lui-même, tout comme, au Maroc, il a dû sacrifier une partie de lui-même pour ne pas être violé ou tué pour être homosexuel. À ce stade, il n'est pas difficile de reconnaître dans le personnage une transcription de l'auteur lui-même. "Moi, par exemple, j'ai dû arrêter d'être efféminé pour que les gars ne m'insultent pas", se souvient-il. « Pour exister, je devais cesser d'exister, en quelque sorte. C'est quelque chose de très typique de l'expérience homosexuelle, dans laquelle parfois l'essentiel ne doit pas être nommé et la vérité ne doit pas être dite pour survivre. Parfois, il faut inventer un espace dans lequel exister sans exister ». elle a un petit ami français et remplit toutes les conditions pour se sentir libre au sens français du terme. Et il se rend compte que pour devenir libre, il a dû tuer une partie de lui-même, tout comme, au Maroc, il a dû sacrifier une partie de lui-même pour ne pas être violé ou tué pour être homosexuel. À ce stade, il n'est pas difficile de reconnaître dans le personnage une transcription de l'auteur lui-même. "Moi, par exemple, j'ai dû arrêter d'être efféminé pour que les gars ne m'insultent pas", se souvient-il. « Pour exister, je devais cesser d'exister, en quelque sorte. C'est quelque chose de très typique de l'expérience homosexuelle, dans laquelle parfois l'essentiel ne doit pas être nommé et la vérité ne doit pas être dite pour survivre. Parfois, il faut inventer un espace dans lequel exister sans exister ». Et il se rend compte que pour devenir libre, il a dû tuer une partie de lui-même, tout comme, au Maroc, il a dû sacrifier une partie de lui-même pour ne pas être violé ou tué pour être homosexuel. À ce stade, il n'est pas difficile de reconnaître dans le personnage une transcription de l'auteur lui-même. "Moi, par exemple, j'ai dû arrêter d'être efféminé pour que les gars ne m'insultent pas", se souvient-il. « Pour exister, je devais cesser d'exister, en quelque sorte. C'est quelque chose de très typique de l'expérience homosexuelle, dans laquelle parfois l'essentiel ne doit pas être nommé et la vérité ne doit pas être dite pour survivre. Parfois, il faut inventer un espace dans lequel exister sans exister ». Et il se rend compte que pour devenir libre, il a dû tuer une partie de lui-même, tout comme, au Maroc, il a dû sacrifier une partie de lui-même pour ne pas être violé ou tué pour être homosexuel. À ce stade, il n'est pas difficile de reconnaître dans le personnage une transcription de l'auteur lui-même. "Moi, par exemple, j'ai dû arrêter d'être efféminé pour que les gars ne m'insultent pas", se souvient-il. « Pour exister, je devais cesser d'exister, en quelque sorte. C'est quelque chose de très typique de l'expérience homosexuelle, dans laquelle parfois l'essentiel ne doit pas être nommé et la vérité ne doit pas être dite pour survivre. Parfois, il faut inventer un espace dans lequel exister sans exister ». À ce stade, il n'est pas difficile de reconnaître dans le personnage une transcription de l'auteur lui-même. "Moi, par exemple, j'ai dû arrêter d'être efféminé pour que les gars ne m'insultent pas", se souvient-il. « Pour exister, je devais cesser d'exister, en quelque sorte. C'est quelque chose de très typique de l'expérience homosexuelle, dans laquelle parfois l'essentiel ne doit pas être nommé et la vérité ne doit pas être dite pour survivre. Parfois, il faut inventer un espace dans lequel exister sans exister ». À ce stade, il n'est pas difficile de reconnaître dans le personnage une transcription de l'auteur lui-même. "Moi, par exemple, j'ai dû arrêter d'être efféminé pour que les gars ne m'insultent pas", se souvient-il. « Pour exister, je devais cesser d'exister, en quelque sorte. C'est quelque chose de très typique de l'expérience homosexuelle, dans laquelle parfois l'essentiel ne doit pas être nommé et la vérité ne doit pas être dite pour survivre. Parfois, il faut inventer un espace dans lequel exister sans exister ».

La littérature plus récente de Taia aborde ces questions dans un douloureux processus d'examen d'identité qui, dit-il, n'atténue pas les dilemmes internes. « En devenant artiste ou écrivain, tout en nous ne se résout pas », répond-il. « Les problèmes, les névroses, les blessures sont toujours là. L'art ne guérit pas les blessures. Il vole la vie de l'artiste, mais ne le guérit pas. J'en suis convaincu. Pour moi, il n'y a pas d'effets cathartiques dans l'écriture ».

Adhère aux critères deLe projet de confiance   

Commentaires

Portrait de jl06

FILMSQu'est-ce que 'Call me by your name' doit avoir dévasté ses téléspectateurs?Il a été créé il y a une semaine et a touché des personnes de tous âges, orientations et circonstances. Nous avons parlé à certains d'entre eux pour comprendre pourquoiCliquez sur l'image pour voir la bande annonce du film.  GUILLERMO ALONSO02 FÉVR. 2018 - 10:14 CET

Les personnes intéressées par Appelez-moi par votre nom (Luca Guadagnino, 2017), vraisemblablement celles qui lisent cet article, à ce stade, ont peu de choses à savoir sur le film, sorti il ​​y a six jours en Espagne. Au cas où quelqu'un serait désemparé : il raconte la relation d'un adolescent de 17 ans nommé Elio, qui passe l'été avec sa famille dans le nord de l'Italie, et Oliver, l'étudiant universitaire qui a été invité par son père à passer l'été à sa villa pour terminer son doctorat en culture gréco-romaine. Il est basé sur un roman d'André Aciman publié en 2007, il est entré dans toutes les listes des meilleurs films de l'année 2017 et est nominé aux Oscars du meilleur film, du meilleur acteur (Timothée Chalamet), du meilleur scénario (de James Ivory) et meilleure chanson ( Le mystère de l'amourpar Sufjan Stevens).

"Le film m'a détruit et m'a laissé me demander pendant plus d'une semaine pourquoi je me voyais reflété dans plusieurs scènes et je ne me voyais pas reflété dans d'autres dans lesquelles j'aurais aimé jouer"

C'est ce que l'on sait avant de le voir. Ce que vous savez et ce que vous ressentez par la suite est une expérience tellement personnelle qu'il est difficile de l'expliquer avec des données ou des chiffres. Mais nous avons tenté quelque chose de similaire : nous avons recherché sur Twitter les termes « appelle-moi par ton nom » et l'adjectif « dévasté » (dévasté), un choisi au hasard et qui pourrait être échangé avec toute personne appartenant au champ sémantique de la détresse. . Le moteur de recherche a renvoyé 110 résultats de spectateurs. Certains des tweets disent ce qui suit :

"Je viens de voir Appelez-moi par votre nom  et je suis dévasté ." 

"Je déteste que Call me by your name  soit nominé pour certains Oscars, essentiellement parce que cela m'a fait repenser au film et je suis toujours dévasté émotionnellement ."

"Hier, j'ai enfin pu voir Appelle-moi par ton nom  et je ne m'en remettrai peut-être jamais. Je ne sais pas si cela m'a laissé, espérons-le, dévasté ou désespérément plein d'espoir , mais c'était magnifique."

"Je viens juste de finir  Appelle-moi par ton nom . Je suis dévasté, le cœur brisé, touché et ringard à la fois. Je ne pense pas que je penserai plus jamais à l'amour de la même manière."

"S'il te plaît, crie-moi, ça fait des mois et je suis toujours dévasté par Appelle-moi par ton nom ."

Ils sont tous du même style. Les spectateurs du film de l'Italien Luca Guadagnino (Sicilia, 1971) se réfèrent continuellement au film comme à une expérience qui dure deux heures et douze minutes devant leurs yeux et plusieurs mois derrière eux. "Je ne peux pas m'empêcher de penser à elle." "Je serai en colère et triste pour toujours." "Je ne me suis jamais senti aussi dévasté après avoir regardé un film." "Je veux revoir Appelle-moi par ton nom  , mais je me suis senti si triste la première fois que je l'ai vu que je ne sais pas si je peux supporter d'autres larmes."

Oliver (Armie Hammer) et Elio (Timothé e Chalamet) partagent une table sur une place de Crema, la ville où il se trouve.  localisé le film & # 039; Appelez-moi par votre nom & # 039 ;.Oliver (Armie Hammer) et Elio (Timothé e Chalamet) partagent une table sur une place de Crema, la ville où il se trouve. localisé le film & # 039; Appelez-moi par votre nom & # 039 ;.

Et ainsi de suite pour un parchemin de minutes et de minutes. Il peut aussi être testé sur Twitter, au lieu d'être dévasté, avec "triste". Ou avec "pleurer". Les amateurs de polysyllabes ont également utilisé le mot « inconsolable ». "Cela fait cinq jours et je me sens toujours inconsolable pendant 35 minutes à chaque fois que je pense à Appelle-moi par ton nom ", a déclaré une internaute nommée Marissa .

C'est drôle comment fonctionne cette histoire et les sentiments qu'elle éveille. Pour des raisons pratiques, il n'y a pas beaucoup de concessions au mélodrame dans Call me by your name . Personne ne meurt. Personne n'est blessé physiquement. Les personnages pleurent à peine. Il n'y a pas un iota de moralité dans son discours. Le message est positif : deux personnages venus des deux coins du monde se rencontrent et vivent un amour d'été intense à une époque et un endroit où il était presque impossible que cela se produise.

Et, en plus, la romance, reportée pendant le tournage d'une manière très intelligente pour que le spectateur ressente une nostalgie presque physique du moment à venir, explose comme une célébration de l'urgence, du charnel, du besoin physique d'être proche de l'autre. . En dynamitant les règles de ce que doit être une relation amoureuse à l'écran, le spectateur n'y trouvera pas ni crise de couple entre le deuxième et le troisième acte. 

Si Call me by your name  frappe si froid et si sec, ce n'est pas à cause de quelque chose qui est dans le film, mais à cause d'un élément qui est en dehors de celui-ci.

Êtes-vous.

C'est à cause de ce que le spectateur se met devant l'écran, à cause de la façon dont il donne au film des fins sensibles qu'il croyait déjà mortes comme si elles avaient subi un traitement de canal. La zone touchée par ce film est particulièrement douloureuse car nous ne savions pas qu'elle était toujours là. Appelez-moi par votre nom  provoque des douleurs dans les organes du corps qui n'étaient pas là lorsque nous nous étions assis dans le fauteuil. 

Timoth & eacute; e Chalamet et Armie Hammer posent pour la presse italienne lors de la première de & # 039; Call me by your name & # 039;  à Rome.Timoth & eacute; e Chalamet et Armie Hammer posent pour la presse italienne lors de la première de & # 039; Call me by your name & # 039; à Rome. GETTY IMAGES

Comment est-ce qu'on est arrivés ici? Nous avons demandé à cinq téléspectateurs espagnols du film. Il y a un élément à considérer dans tout ça : il parle d'une romance entre deux hommes et il est peut-être inévitable qu'une partie de son public qui appartient au collectif LGTBQI ou s'en sent proche le voit sous un jour un peu différent. Mais son effet ne discrimine personne. De la même manière qu'il y avait des hommes et des femmes dans les exemples Twitter que nous avons exposés quelques paragraphes ci-dessus, nous avons voulu discuter avec les spectateurs du film, parmi lesquels se trouvent des hommes homosexuels, des femmes homosexuelles, des hommes hétérosexuels et des femmes hétérosexuelles. 

"Pendant le discours de Michael Stuhlbarg [qui joue le père du protagoniste, Elio] les larmes me sont montées aux yeux, je n'ai pas pu m'en empêcher", raconte Victoria, une scénariste de 33 ans. Et il poursuit : « Puis un de mes meilleurs amis, avec qui je vais au cinéma religieusement depuis 20 ans, s'est retourné, m'a embrassé sur la joue et m'a dit qu'il m'aimait. plusieurs fois auparavant. fait dans d'autres séances - et ainsi nous contemplons Elio vieillir devant la cheminée. Nous sommes repartis avec la conviction d'avoir eu la chance d'avoir voulu ainsi et avec la certitude que le passage du temps, parfois si cruel , c'est ce qui donne une perspective essentielle pour apprécier le bien de la vie".

"Le film m'a détruit et m'a laissé me demander pendant plus d'une semaine pourquoi je me voyais reflété dans plusieurs scènes et ne me voyais pas reflété dans d'autres dans lesquelles j'aurais aimé jouer", explique Alberto, journaliste de 31 ans. Sisi . "Et puis il y a la question du temps, qui je pense est quelque chose dans le film qui affecte absolument tous ceux qui l'ont vu, sans distinction de sexe, d'orientation sexuelle ou d'âge : le temps passe, il ne revient pas, et vous avez joué le idiot. plus : tu fais de moins en moins de choses pour la première fois. »

"Je crois que n'importe qui peut se reconnaître en elle, quelle que soit son orientation sexuelle. Pour moi, cela représente les peurs, l'incertitude, ce chaos sentimental de l'adolescence qui vous entraîne, vous tord, vous mène à la gloire et, plus tard, vous laisse brisé "

Juan, politologue espagnol vivant au Mexique, est d'accord avec l'universalité du message : "Comme ce serait triste si les hommes hétérosexuels ne voyaient que Appelez-moi par votre nomun film gay. Je crois que n'importe qui peut se reconnaître en elle, quelle que soit son orientation sexuelle. Pour moi, il représente les peurs, l'incertitude, ce chaos sentimental de l'adolescence qui vous traîne, vous tord, vous emmène vers la gloire et, plus tard, vous laisse brisé. Aussi le courage de se laisser aller, car l'amour est un risque, et si vous ne le risquez pas, vous aurez baisé, mais pas aimé. Aussi, je veux vivre avec cette famille cultivée et cosmopolite dont le seul but est de sauver la beauté des griffes de la médiocrité contemporaine. Et pour cela il fallait situer l'histoire au début des années quatre-vingt, quand la modernité était encore heureuse et insouciante, le sida n'était qu'une rumeur effrayante et notre société n'avait pas été déterminée à faire le travail des écrivains de Black Mirror . » 

l'amie de Marzia et la mère d'Elio) sont victimes d'un monde homophobe et réprimé tout comme Elio et Oliver. En fait le sentiment qui m'a laisséAppelez-moi par votre nom était une révélation. J'ai compris pourquoi je ne me suis jamais, jamais complètement connecté avec des hommes très importants dans ma vie. »

Javier Leandro, informaticien de 38 ans, est plus succinct. "Il m'a fait chier", dit-il. "Cela fait plusieurs jours que j'ai vu le film et l'histoire d'amour d'Elio et Oliver continue de me hanter. Je passe de la mélancolie à l'euphorie en quelques secondes et j'avoue avoir pleuré en évoquant certaines scènes, comme si j'étais vivre ma propre romance Seulement cette fois, l'idylle n'est pas avec une personne, mais avec un film. Peut-on tomber amoureux d'une histoire fictive ? Maintenant je sais que c'est le cas. Et je sais aussi que je n'oublierai jamais les jambes entrelacées de Elio et Oliver Pas les larmes après un appel téléphonique, pas la compassion d'un allié inattendu. Maintenant, ils font partie de moi, comme un amour d'été. "

La question est : l'avez-vous vu ? Et êtes-vous prêt à en parler ? Certains doivent prendre du temps. Mais n'en prenez jamais trop. La leçon la plus puissante du film est peut-être celle-ci. Ou ce peut être le besoin irrésistible de parler. Ou bien au contraire, que les gestes parlent beaucoup plus fort que les mots. Ou peut-être que la beauté est la seule chose qui nous sauve. Ou que rien n'a plus de valeur dans la vie que des parents qui vous aiment tel que vous êtes. Ou que les rôles de victimes et de bourreaux amoureux dansent et se répartissent de manière capricieuse. Ou c'est peut-être autre chose.

Chaque spectateur prend sa propre leçon avec lui-même. Le week-end dernier seulement  en Espagne, 24 181 d'entre eux ont été extraits. Certains consistaient à ne pas sympathiser avec les personnages ou à ne pas croire tout ce qu'ils voyaient, bien sûr. Mais c'est un autre article.