Compte rendu atelier sante sexualite BBK du 5 FEVRIER 2009

Publié par vincent58 le 11.02.2009
10 105 lectures

11 participants pour cette 3ème rencontre. Certains absents ont fait savoir qu’ils étaient à l’AG d’Act up sur la pénalisation. Ils nous feront un retour lors de l’atelier de Mars.

Point 1 : Retour sur la réunion de travail sur une plaquette d’information sur le barebacking.
8 participants à ce groupe de travail.
Objectif principal :
Créer un outil d’information sur le barebacking, destinée à la communauté gay expliquant en termes simples et sans prosélytisme ce qu’est le barebacking et les différentes terminologie de rapports non protégés.
Objectifs intermédiaires :
Sensibiliser la communauté gay en favorisant une meilleure compréhension sur le BBK et les pratiques nokpote.
Sensibiliser les gays qui ont ce type de pratiques aux risques associés, aux stratégies possibles de réduction des risques sexuels.
Développer les capacités des gays a parler avec leurs partenaires de leur désir de protection, de non protection ou de séroadaptation.
Lutter contre la stigmatisation dont se sentent victimes les gays qui ont des pratiques non protégées et leur permettre de prendre soin de leur santé.

Cet outil d’information, de dicibilité et de visibilité, visera la communauté gay et les associations gays ou de lutte contre le vih pour débattre et parler parler simplement sans choquer mais en apportant une information objective et non culpabilisante.
Faire prendre conscience que les BBK ont dans leur grande majorité conscience des risques.
Prendre en compte les différentes terminologies (BBK, plan jus, séroadaptation, sérochoix, plan yop, plan nokpote…)
Combattre les idées fausses du barebacker criminel et contaminateur ou celui désirant se faire plomber. Plaquette pouvant être associé à l’ouverture d’un blog ou d’un forum, d’un site internet de débats et d’info sur les pratiques et la santé des BBK.
L’intérêt de cette plaquette vise également à préciser aux gays l’intérêt de parler de leurs pratiques BBK à leur médecin ou à leurs partenaires…
Parler des revendications bbk (non stigmatisation par les soignants ou dans les brochures de prévention, désir de pouvoir se rencontrer dans des soirées spécifiques, communication adaptée a leurs pratiques…)
Rubriques possibles : Le bareback parlons en : Un choix légitime et respectable / Le 3ème coming out ! Pourquoi il est important d’assumer ses pratiques avec son médecin, ses partenaires, pour sa santé….) / Les origines du bareback avec une proposition de définition. / Idées fausses sur les BBK : Les BBK ne sont ni criminels ni dans le désir de se 
contaminer. / Les différents termes utilisés (BBK, no safe, plan jus, plan nokpote, plan yop etc…) / Motivations des gays qui ont ces pratiques / Les Barebackers ne sont ils pas simplement dans de la séroadaptation ou du sérochoix. / Revendications des barebackers (non stigmatisation, poz party…) / Risques associés aux pratiques bareback pour les séropos / Risques associés aux pratiques bareback pour les séroneg / Différenciation du bareback et du relapse (démarche assumée…)
Prochaine réunion de ce groupe de travail Jeudi 19 Février

Point 2 : IST /santé
Syphilis : L’expérience des 3 participants qui ont été en contact avec cette infection permet d’échanger sur le dépistage, se soigner, avertir ses amants, choisir un traitement…
Cette IST très contagieuse (pénétration anal, vaginal, oral, baiser profond, ou simple toucher avec une zone infectée) concernant très majoritairement des gays séropos. Traitement possible par médocs ou piqûres. Le souci trop souvent est que certains médecins ou infirmières éprouvent un malin plaisir a ce que cette piqûre fasse très mal, un peu comme si l’objectif était de nous punir. Alors qu’il est tout à fait possible d’utiliser un produit préalable qui permet de rendre cette piqûre moins douloureuse.
En second point santé nous avons  abordé la gale et les morpions : Joie et bonheur des petites bêtes qui sont parfois plus présentes que les IST. Bonne occasion de parler des coins et recoins de nos corps masculins et bien sur des plaisirs de l’épilation et ou du rasage intégral pour certains, (un plan rasage dans ces cas là est une bonne solution !) des produits divers et variés pour s’en débarrasser pour d’autres, mais pour les morpions le spray pax semble tout de même encore malgré son prix le plus efficace.

Point 3 : Echanges sur les questions liées à la surcontamination, à la surinfection par une souche résistante, à la contamination par un virus résistant à certains traitements…
Ce sujet est complexe et sans apporter des réponses toutes faites a permis des échanges intéressants. Réalité pour certains, mensonges pour d’autres, chacun a sa réponse et sa manière de voir les choses, nous ne sommes pas spécialistes ici de ce sujet mais c’est l’occasion de continuer à s’informer sur ce sujet en lisant les revues spécialisées et en interpelant soignants et associations. Au final s’il y a des cas sont ils fréquents ? Suis-je moins à risques pour moi et pour les autres si j’ai un traitement efficace et une charge virale indétectable ? A quel moment commencer mon traitement si je bze nokpote. Nous souhaiterions que la rencontre du TRT5 sur la transmission sexuelle du vih qui doit se tenir en présence de différents chercheurs et associatifs le 28 Mars prochain nous apporte des éclairages sur ce sujet.

Point 4 : Faciliter la communication entre nous. Il est difficile pour Vincent de gérer la liste car parfois certains ne souhaitent pas faire apparaître leurs mails et cela rend complexe les échanges entre nous. Proposition est faite de créer une liste d’échanges entre participants des ateliers BBK, création d’un blog spécifique. De plus comme certains ne sont pas en mesure de participer physiquement à ces ateliers nous aurions le moyen de pouvoir communiquer entre BBK dans les ateliers en réel et/ou virtuel. Possibilité de collecter des infos sur le sujet qui nous intéresse, de créer du débat, de mettre en ligne des infos santé, d’échanger plus facilement nos adresses de médecins, proctologue, de poser des questions en cas de problèmes…

Divers : 
Questions sur sérogay. http://www.serogay.com Un site internet en direction des gays séropos  pour échanger et se rencontrer, qui devrait ouvrir prochainement et que nous attendons tous avec impatience. Nous proposons au webmaster de venir présenter le site dans une prochaine rencontre.
Demande d’un homme BBK hétérosexuel qui souhaite participer à notre prochaine rencontre. Ok car ce sera intéressant d’échanger sur leurs pratiques et faire ensuite le lien avec Séronet sur ce sujet.

Prochain atelier le jeudi 8 Mars à partir de 19 h dans les locaux de AIDES75

Commentaires

Portrait de maya

 

salut vincent, un passage d'un article intéressant :

"...le terme bareback recouvre aujourd’hui une telle diversité de comportements sexuels sans préservatif [2] en fonction de multiples conditions et contextes sexuels [3], qu’il n’est plus adapté pour décrire le réel ; de plus, il s’agit historiquement d’une construction discursive et idéologique dont la majorité des personnes qui sexent sans latex ne se revendiquent point de nos jours. Pourtant, il reste, avec le no-k-pote et le relapse, la sémantique la plus populaire pour désigner et discréditer les rapports sexuels sans préservatif. C’est parce que d’une idéologie radicale, il a été transformé en une construction de prise de risque dangereuse par certains chercheurs et autorités préventionnistes, et donc en un stigmate social particulièrement expérimenté par les gais, vulgarisé et décrié par les médias, instrumentalisé par des activistes politiques de droite comme de gauche.

lire intégralité article :

http://www.thewarning.info/article.php?id_article=0264

je soule avec çette histoire de vocabulaire  mais ca me parait une partie majeure du rejet/incompréension et ca fait le jeu de l'instrumentalisation  ce mot fourre tout.

bien à toi,

maya 

Portrait de lea-mûre-trans-seroplus

Votre discours est une parfaite tautologie:

quiconque ne le partage pas vous juge forcément, vous discrimine forcément, vous stygmatise forcément.Pauvres victimes.

Enoncer la vérité primordiale que les rapports non protégés aménent à attrapper le Sida, les hépatites, la syphilis, les chaudes pisses et j'en passe, c'est un jugement pour vous? On le dirait.

Vous ne faites pas de différence entre le SES (sexe entre séropos) et  le sexe avec un partenaire sero-ignorant , ou entre partenaires qui se savent  sero-différents (ou dont un partenaire se sait séropo mais le cache à l'autre)...avec des partenaires au courant de la serologie de l'autre, laquelle étant ou non exprimée par une charge virale indectectable, tout ça recouvrant le terme BBK qui veut juste dire "baise sans capote".

Rien d'autres. Et les premiers écrivains du BBK en France (encore qu'employer le terme écrivain pour Réms me semble impropre) ont revendiqué le PLAISIR de contaminer les autres.

Pour cette notion de plaisir que vous élevez comme un graal suprême  quand un homophobe vous foutra son poing dans la gueule 

 en disant "c'est mon plaisir" vous allez lui dire "je ne te juge pas"?

La notion de plaisir comment ne peut elle-pas comprendre les années qui suivront à prendre des medocs lourds? La gueule de bois ne fait  elle pas partie du plaisir de se saouler? ici c'est une gueule de bois à vie.

Que dans le fond de haine d'eux même certauns (peu) d' homos prennent plaisir à se contaminer, et à contaminer les autres (l'équivalent du "black on black crime" des noirs américains) vous ne pouvez pas le balayer d'un geste de la main.

Votre discours est un discours de plus de Déni du Sida. il y en a eu d'autres.