Desproges ou félin pour l'autre

Publié par sonia le 03.01.2013
1 426 lectures

Le cancer

 

En scène, vous chantez tout guilleret : « J’ai pas l’cancer, j’ai pas l’cancer ! »Est-Ce que vous en êtes sûr ?
(Rire) Salaud !… (Sérieux). Je ne suis pas du tout sûr de ne pas avoir un cancer, effectivement. Parce qu’en chacun de nous il y a des cellules pas normales qui peuvent se mettre soudain à se multiplier, à grouiller, à nous bouffer de l’intérieur. Le professeur Béraud, que j’ai rencontré il n’y a pas très longtemps, pense, lui, qu’il est tout à fait possible que des gens se fabrique un cancer de façon psychosomatique pour se suicider, pour s’autodétruire inconsciemment ? Comme tout le monde, je dois porter un cancer potentiel. Peut-être qu’il se développera un jour, mais pas avec mon aide : je ne suis pas suicidaire, je déteste trop la mort.

 

Entretien avec Jean-Paul LIEGEOIS L’UNITE. JANV. 1984

 

Je suis contre !

Moi, j’ai pas de cancer, j’en aurai jamais je suis contre.

Textes de scène / Éditions du Seuil, Tôt ou Tard / Plus cancéreux que moi, tumeur !

Plus cancéreux que moi, tumeur !

Noël au scanner, Pâques au cimetière.

 

Partir sans lui ?

Il y a si longtemps maintenant que j’attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui…

Chroniques de la haine ordinaire / Éditions du Seuil, Tôt ou Tard / Imbéciles et cancer

Les imbéciles n’ont jamais de cancer. C’est scientifique.

http://www.desproges.fr/

Commentaires

Portrait de ouhlala

c'est un cancer philharmonique.