Du Tabou du sida et ... des affections liées au Vih qui ne sont plus globalisées ?

Publié par bernardescudier le 01.10.2014
2 676 lectures

Les affections liées au Vih ne sont plus globalisées avec une prise en charge totale de la pathologie ?

Il n'y a pas de de prise en charge globale, de l'arrivée du malade aux Urgences jusqu'au service spécialisé comme par exemple le service des maladies cardiovasculaires : les co-infections liés au Vih sont traités dans des services dissociées, sans coordination entre les diverses spécialités.

A Marseille, la CME qui préside aux destinées des hopitaux de l'Assistance publique de Marseille ne veut pas prendre en compte les cas de malades du Vih qui ont subi un refus de soins dans les services des Urgences, du fait de l'absence de diagnostics de co-infections liées au Vih ou de l'absence de materiels adequats comme les écho doppler.

Dans le meilleur des cas, suite à des plaintes de malades, les internes les plus brillants des Urgences de la Conception ou de la Timone plaident leur ignorance de la complexité du virus du Vih devant le médiateur des hopitaux dans les cas de faux diagnostic, d'absence de soins : faux diagnostics de phlébite, d'embolie, ...   ou autres ...

Mr Moulin, président de la CME,  ne veut pas répondre aux appels des associations sur ces cas nombreux de refus de soins. Pour éviter des drames, il s'agit de réaliser les soins des Urgences aux services spécialisés jusqu'à l'accompagnement social des malades du Vih.  Mais Mr Moulin refuse le dialogue.

Les actions en groupe, valables contre les défauts de qualité des biens de notre société de consommation devrait-elles s'appliquer aux défauts de qualité des services des hopitaux ?

Ainsi de nos jours peu importe si le malade mal soigné revient dans le service qui l'a mal soigné, au contraire le service qui l'a mal soigné comptabilise un acte suppléméntaire ... et peut fanfaronner ... en arborant le nombre d'actes prodigués ... peu importe si le malade est soigné ... ou non ....

Les hopitaux sont "payés" au nombre d'actes médicaux réalisés. 

Toutefois ... les agences régionales de santé peuvent, dans un nouveau cadre règlementaire adopté depuis peu, apprécier les qualités des services hospitaliers afin de conditionner leurs financements. Et avec ce nouveau cadre règlementaire, les hopitaux ne seront peut etre plus "payés" au nombre d'actes médicaux réalisés.  Mais en fonctions de la qualité de leurs services ...

Revons ... Le nouveau cadre règlementaire sera-t-il appliqué ?

Avec l'aide de l'ANRS, les chefs de services et les hopitaux seront-ils enfin responsables de leurs actes médicaux ? L'appat de l'argent public va peut etre les animer ...

Si vous avez des témoignages, vous pouvez nous en faire part  ...

Mes respects. B.E.

Commentaires

Portrait de IMIM

clair à ceux qui croient encore que l'intérêt des malades prévaut !!

En 2012 j'ai été hospitalisée en urgence 3 semaines pour une éruption cutanée à m'en démanger jusqu'au sang. Durant ces 3 semaines d'été (ya beaucoup de lit à remplir l'été !!??!) à part de banales prises de sang et qq radios, rien ne sera entrepris. Et de tt façons les clichés et les réusltats d'analyses sont introuvables et non répertoriées ds les 10pages de résumé de 20ans de suivi hiv. 3 lignes sur cette hospitalisation de 21jours et sortie ss amélioration des douleurs.

G été suivi dans ce service pendant environ 3ans. Des hospi. de jour à outrance. Venir ajeun à 7h30 pour une simple prise de sang et repartir vers 15h avec un renouvelemnt d'ordo. Ou m'envoyer un nutritioniste qui finit par noter à la 3ème visite qu'il n'a aucune raison de me voir ou encore une  proposition de psy.

 

En dec. 2012 je me présente aux urgences d'ou je repartirais après une piqure d'antalgique afin que je puisse faire le retour. Une quinzaine de jours + tard, arrivée ds un autre hop. avec 490.000 CV 80CD4 et + de plaquettes.  

Juste pour que son service reste ouvert.  Juste pour faire du chiffre

Et tant de mépris envers le malade...

Des suivis médiocres qui n'aboutissent à rien et qui coutent chers

A l'heure actuelle c'est le sens inverse. Plus aucun hdj. Voir des rdv de spécialistes en interne prévus et annulés pour je ne sais quelle raisons. Rejet sur le doc. traitant et les "spécialistes" divers Manque de coordination comme dénoncé ds le sujet. Perte de temps, perte d'énergie et de fric pour tous

Portrait de bernardescudier

 1 - Annonce : des services hospitaliers qui accueillent le Vih vont disparaitre à Marseille ?

Les services des hopitaux concernes seraient à La conception, l'hopital Nord, Sainte Marguerite et la Timone ?

2 - Un seul grand service hospitalier  à La Timone  remplacerait  et accueillerait les malades du Vih des services qui disparaitraient dans ces différents hopitaux marseillais  ?

Si vous avez des informations qui infirment ou confirment ces annonces, faites le savoir !

Merci. B.E.