la CAF, encore elle !!!!!

Publié par GILA le 30.01.2015
1 263 lectures

il y en a t'il parmi vous qui est le statut d'Artiste et bénéficiaire de l'AAH ?

Ayant la proposition de prendre un atelier pour pouvoir travailler et vendre (peut être) mes créations, je me suis renseignée sur le statut à avoir.

La Maison des Artistes donc.

Après quelques recherches, je suis tombée là dessus :

S I   V O U S   Ê T E S   B É N É F I C I A I R E   D E   L A   P E N S I O N   D E   L ' A A H 

Si vous êtes handicapé(e) et bénéficier de l'Allocation d'Adulte Handicapé (dite AAH, d'un montant de 681,63 € par mois en 2010), et si vous souhaitez améliorer votre quotidien par la vente de quelques unes de vos toiles, sachez que vos obligations auprès de la Maison des Artistes sont les mêmes et surtout, que le montant de vos ventes sera déduit de votre pension, même pour quelques dizaines d'euros, sans tenir compte de vos frais... si vos factures de fournitures dates de plusieurs années, ce qui est très souvent le cas ! Vous serez toujours, je dis bien toujours, perdant !

Attention aux agents de la Caisse d'allocation Familiale : Il faut savoir que si vous êtes handicapé, le fruit de la vente de vos œuvres vous sera retenu sur vos droits, jusqu’à concurrence du montant total de votre pension d'adulte handicapé et il n'est pas rare que cet organisme exige le remboursement de ce qu'il estime "trop perçu", sans chercher à connaître vos frais (achat de vos toiles, peintures etc.). En France, une personne handicapée n’a vraiment pas intérêt à chercher à sortir de sa condition : une vente occasionnelle, pour ces "assimilés-fonctionnaires" est très vite considérée comme étant un revenu régulier et il est extrêmement difficile de faire valoir ses droits (la médiation du Médiateur de la République, voire du tribunal, est parfois indispensable) ! L'administration fiscale est beaucoup plus souple, plus humaine, même si cela à de quoi surprendre ! Les personnes percevant le RMI, donc qui ont également à faire aux "bons services" de la CAF sont placées un peu dans la même situation : sous très haute surveillance… sauf dans les "zones de non droit", au dire de certaines "mauvaises langues"… 

SUPER Frown

Décidemment, rien à faire avec la Caf ! dès qu'on essaie un peu d'arrondir ses fins de mois (et je ne dis pas s'enrichir), la CAF nous refout bien vite dans la merde !!!

Commentaires

Portrait de cyril13

..une solution alternative...

Cependant, il faudrait savoir si, pour la Caf, en tant qu'artiste, est déduit la totalité des recettes perçues ou si, comme c'est le cas pour le statut d'auto-entrepreneur, seulement 20 % du chiffre d'affaire réalisé est déduit du montant de l' AAH.

Je suis dans ce cas de figure (auto-entrepreneur)..

Ce statut permet de réaliser des "ventes" donc, et est juste soumis à déclaration trimestrielle de CA auprès du RSI (charges a payer 20 % du CA pour de la vente, plus pour du service), et, bien sûr , déclaration trimestrielle a la Caf.

Aucune obligation d'écritures comptables et non assujetti à la TVA.

Je suis resté plus d'un an, depuis que j'ai ce statut, sans avoir fait de recettes, n'ayant pas travaillé, et n'ai rien eu a payer.

Mais, attention toutefois, au bout de deux ans sans chiffre d'affaire déclaré, le statut d'auto-entrepreneur saute !..

Ne sachant si cela peut t'aider, mais au cas où et si besoin , tu peux me contacter par mp.

Cy.

Portrait de GILA

Rien à faire, si tu touches l'AAH, le montant de tes revenus ne doivent pas dépasser le montant mensuel que tu perçois de la CAF, sinon, tu rembourses le trop perçu et ils te baissent les allocations pour les mois à venir.

Passe une bonne journée.

Bises