A LA COUR, DONT JE SUIS , LES FEMMES SE POUDRENT LE NEZ ET LEURS MARIS LES ECOUTENT

Publié par Thierry le 21.04.2024
145 lectures

Speciale dedicace de notre chere Angelique aussi gourmande que celle de Monsieur"Le pal, un supplice qui commence si bien et qui finit si mal...

.Brisons là ce Ridicule ,ecoutons l'abbé Giraudeau(c'est vrai qu'il etait charmant et charmeur....) et retrouvons Monsieur de Ranreuil,pour cloturer ce weekend perruque poudrée et petit marquis.......et si l'on se quittait sur notre chere Libertine ....

.......

Commentaires

Portrait de Thierry

Ridicule bis.....