La dictature est passée, la démocratie est arrivée,

Publié par jl06 le 13.09.2020
303 lectures

Joaquín Carbonell meurt, morceau clé de la chanson aragonaiseLe musicien et journaliste de Teruel décède à l'âge de 73 ans des suites du coronavirus

L'auteur-compositeur-interprète aragonais Joaquín Carbonell, en 1996.L'auteur-compositeur-interprète aragonais Joaquín Carbonell, en 1996. EFE

  JULIAN CASANOVASaragosse - 12 SEPT 2020-13 43 CEST

Dans les dernières années de la dictature, alors que Franco mourait et que ses forces armées étaient mortes et blessées lors de grèves et de manifestations, les voix de nombreux auteurs-compositeurs-interprètes ont allumé la flamme de la protestation. Joaquín Carbonell était l'un d'entre eux. Le musicien et journaliste de Teruel est décédé, à l'âge de 73 ans, samedi 12 septembre, victime du coronavirus, après avoir passé 47 jours admis à l'hôpital clinique universitaire Lozano Blesa de Saragosse.

Bien avant que d'autres théorisent sur l'Espagne vide ou vide, Joaquín Carbonell a chanté la tristesse de la mer d'oliviers et la paix des marais.

Comme il se souvenait, il chantait d'abord dans les salles de classe des résidences universitaires, dans les églises, les usines, les granges et les places de la ville. Plus tard, lorsque la notoriété lui a fait une place notable dans la «nouvelle chanson aragonaise», avec José Antonio Labordeta et La Bullonera, les auditoriums accueillants, les télévisions, les foules de la Plaza del Pilar et les concerts en France et en Amérique latine sont arrivés. . Beaucoup, trop, dit-il, pour un garçon né à Alloza (en 1947), une petite ville de la province de Teruel.

Ses chansons sont devenues à ces débuts une forme d'expression politique essentielle, mais aussi d'émotions, d'enjeux sociaux et de dénonciation du dépeuplement et de l'abandon du monde rural. Bien avant que d'autres théorisent sur l'Espagne vide ou vidée, Joaquín Carbonell a chanté la tristesse de la mer d'oliviers, la paix des marais, les friches froides, les mines de fer noir et de charbon et surtout de son peuple «qui rêve toujours les nuits de neige».

Joaquín Carbonell et José Antonio Labordeta (assis) à Barcelone lors de la présentation 2007 du spectacle «Ces mains merveilleuses!».  EFE / Toni GarrigaJoaquín Carbonell et José Antonio Labordeta (assis) à Barcelone lors de la présentation 2007 du spectacle «Ces mains merveilleuses!». EFE / Toni Garriga TONI GARRIGA / EFE

Il a chanté 50 ans, d'un après-midi de 1969, quand il s'est rendu avec Labordeta à un festival caritatif au Théâtre Marín de Teruel, à son dernier concert le 2 décembre 2019 au Théâtre Principal de Saragosse. La dictature est passée, la démocratie est arrivée, le monde s'est globalisé et Carbonell a dédié une chanson à Dimitris Christoulas, le retraité grec qui s'est mis une balle dans la tête sur la place Syntagma, devant le Parlement grec. Mais aussi Catalina Muñoz, cette femme assassinée en septembre 1936 dans une ville de Palencia et qui a emporté le hochet de son fils Martín dans la tombe.

C'était Joaquín et nous, amis qui avions l'habitude de nous réunir chez lui ou à la Taberna Vinos Chueca, où lui, Bob et David, les Américains de Los Tres Norte, interprétaient les chansons les plus populaires d'Adamo, José Feliciano ou Domenico Modugno. Toujours en gardant de l'affection, de l'humour, de la dignité.

Joaquín Carbonell est né en 1947, «dans un accouchement indolore par une nuit orageuse». Il a eu 73 ans le 12 août dans un lit de soins intensifs à l'hôpital Clínico de Zaragoza. Il y est entré avec une pneumonie le 27 juillet. «Je passe un très mauvais moment, surtout avec la machine à oxygène», nous confiait-il le 29 juillet. «J'ai atteint la limite, très juste, j'étais au bord du précipice. Et ils m'ont récupéré ». C'était son dernier message. On ne parle plus jamais, seulement des pièces médicales. Jusqu'à aujourd'hui, le 12 septembre 2020. Il disait: "C'est très facile d'être de Pékin, c'est très facile d'être d'Istanbul, c'est très facile d'être de Madrid, mais Teruel n'est pas n'importe qui." Au revoir, Joaquín.

 

Tienes unas canciones preciosas.Adios !