La saucisse qui tue , pas un Gag !

Publié par jl06 le 19.06.2017
2 649 lectures

Le figatellu cru continue de faire des victimes en Paca

Par Sophie Manelli--02 novembre 2016 à 10:30

Le foie de porc consommé cru est à l'origine de 1 000 cas d'hépatite E par an en Paca.

Le virus Ebola, le Sras, la vache folle, le coronavirus, la grippe aviaire... Des mots qui font trembler, des maladies qui affolent et ont fait la une des JT. "Mais on ne parle jamais d'une maladie qui fait bien plus de dégâts en France et qui concerne chaque année 1 000 personnes en Paca, l'une des régions européennes le plus touchées", alerte le Pr Didier Raoult, directeur de l'Institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infection.

La maladie en question, c'est l'hépatite E. Et le coupable de sa transmission dans les pays occidentaux (1), c'est le foie de porc consommé cru. Un aliment que l'on trouve essentiellement sous deux formes : le figatellu cru et la saucisse de Toulouse. Ces spécialités alimentaires font de la France "le pays occidental le plus touché. On estime que 20 à 50 % des donneurs de sang ont été infectés", explique le Pr Raoult, dont le laboratoire de virologie de La Timone diagnostique, chaque semaine, "10 à 20 hépatites E aiguës". "Nous avons fait le test sur les professeurs de médecine marseillais : quatre sur 200 sont positifs, preuve qu'ils ont été en contact avec le virus. Rapportée à la population, l'incidence est énorme."

L'hépatite E produit les symptômes d'une hépatite virale (fatigue, atteintes biologiques du foie, ictère), mais peut dégénérer en cirrhose, voire en cancer du foie ; les cas graves se déclarent chez les personnes immunodéprimées. En France, on compte un ou deux décès chaque année.

Un figatellu sur deux infecté
"D'après les études que nous avons réalisées dans les élevages, 100 % des jeunes porcs et un figatellu sur deux sont infectés", poursuit Didier Raoult qui confirme, au passage, la part importante des importations de viande chinoise dans la fabrication de cette charcuterie corse : "Nous avons retrouvé des génotypes chinois du virus dans pas mal de produits..." Le spécialiste, qui "ne sait plus comment faire pour alerter les autorités sur ce problème de santé publique", enjoint les consommateurs à bien cuire ce type de charcuterie, "sachant que les gens, en particulier les touristes, ignorent souvent que le figatellu fumé reste un produit cru !".

Largement sous-diagnostiqués, non soumis à déclaration obligatoire, l'hépatite E et son mode de transmission n'ont étonnamment jamais suscité de campagne d'information en Paca . L'Agence nationale de sécurité des aliments (Anses) publie toutefois sur son site des recommandations : cuire suffisamment les charcuteries à base de foie de porc, éviter de consommer ces produits, même cuits lorsqu'on est femme enceinte, personne immunodéprimée ou souffrant d'une maladie du foie.

À noter que les autres charcuteries à base de muscle de porc, qu'elles se consomment crues ou cuites (jambon, saucisson, rosette, chorizo), n'ont, pour l'instant, jamais conduit à aucun cas d'hépatite E humaine.

(1) La contamination fécale concerne surtout les pays en voie de développement.