Les défenseurs

Publié par jl06 le 27.01.2021
149 lectures

La nouvelle génération de dirigeants d'Amazon remporte le prix Gabo du journalisme'Defensores de la selva', la série en 10 parties de Francesc Badia i Dalmases et Pablo Albarenga publiée dans Planeta Futuro depuis des mois, a remporté le prix dans la catégorie Image

Composition à l'image de Nantu, l'un des dix défenseurs des protagonistes de la jungle de la série lauréate du prix Gabo 2020.Composition à l'image de Nantu, l'un des dix défenseurs de la jungle protagonistes de la série gagnante du prix Gabo 2020. PABLO ALBARENGA

 Madrid - 22 JANVIER 2021 - 08:28

La série de dix reportages Defensores de la selva , de Francesc Badia i Dalmases et Pablo Albarenga, a remporté le prix Gabo 2020 dans la catégorie Image . Il s'agit de l'une des quatre œuvres sélectionnées parmi les 1 443 œuvres soumises dans cette édition du concours, la plus importante reconnaissance du journalisme en espagnol et en portugais. Les chapitres ont été publiés dans Planeta Futuro entre juin 2019 et mars 2020. El País a également remporté le prix de la meilleure couverture pour la série de reportages intitulée Frontera sur. La frontière inconnue de l'Amérique, réalisée par des journalistes d'EL PAÍS América en alliance avec des journalistes du journal El Faro , d'El Salvador.

Défenseurs de la jungle est une série de reportages multimédias qui mêle vidéo et photographie à la narration de texte, et présente des images de drones puissantes comme couverture de différentes histoires qui amènent la crise climatique à un niveau plus personnel. Le projet dépeint la relation symbiotique des communautés de l'Amazonie, réserve mondiale d'eau douce et de biodiversité, avec leur propre territoire, pour amplifier leur lutte et leur engagement, ainsi que pour transmettre leur détermination. Ednei, Dani, Drica, Joane et Tupi dans le Tapajós brésilien, et Julián, Verónica et Nantu dans le territoire Achuar en Équateur, forment une puissante voix chorale dont le traitement journalistique, en plus de raconter une dure réalité, cherche à ce que le récit construit ensemble se traduit par une autonomisation personnelle et collective.

Pour le jury, cette série de reportages ne se distingue pas seulement par sa construction d'image soignée et son caractère conceptuel solide pour raconter un sujet d'une extrême pertinence aujourd'hui. También destaca por lo que se percibe que fue un inmenso esfuerzo reporteril por encontrar ocho personajes extraordinarios, y contar desde sus vidas particulares, desde su íntima relación con el territorio, algo muy distinto a lo que anteriormente se había visto sobre Amazonía y medioambiente, expresa le juré.

Le prix Gabo est décerné chaque année par la Fondation Gabo, une institution créée en 1995 par le journaliste et prix Nobel de littérature Gabriel García Márquez. Les gagnants de chacune des quatre catégories du concours reçoivent 35 millions de pesos colombiens et une copie de la sculpture Gabriel, de l'artiste colombien Antonio Caro.

Ensuite, les chapitres de la série Defenders of the Jungle, qui étaient initialement huit et plus tard étendus à dix:

Chapitre I - Ednei: Voici la terre indigène de MaróGauche.  Ednei, un jeune indigène, pose pour un portrait sur les impressions de camions en bois qui traversent la frontière de son territoire.  C'est Correct.  Restes de 26 arbres abattus pour abattage illégal dans le territoire indigène de Maró, saisis par le groupe de surveillance dont Ednei est membre.Gauche. Ednei, un jeune indigène, pose pour un portrait sur les estampes de camions en bois qui traversent la frontière de son territoire. C'est Correct. Restes de 26 arbres abattus pour abattage illégal dans le territoire indigène de Maró, saisis par le groupe de surveillance dont Ednei est membre. PABLO ALBARENGA

Au Brésil, l'avancée dévastatrice de la déforestation illégale semble imparable. Mais des communautés comme Maró sont celles qui offrent encore de la résistance, et leur présence a été une garantie de conservation. Il y a quelques années, depuis que les incursions des bûcherons sont devenues plus agressives, et suite à une recommandation de la National Indian Foundation ( FUNAI), un organisme public en charge des peuples autochtones du Brésil, un groupe d'hommes choisis par les villages qu'ils ont constitués vigiles du territoire, et ils visitent son périmètre régulièrement, en rondes qui durent généralement environ 10 jours. Ednei, tout juste 20 ans, fait preuve d'une grande détermination. Il est très clair sur le rôle qui lui est assigné et est prêt à l'assumer avec tout le courage de sa jeunesse.

Chapitre II - Dani: la jeune femme amazonienne qui se bat pour les forêts et les droits LGTBIDani, un jeune militant riberina pour les droits LGTBI.Dani, un jeune militant riberina pour les droits LGTBI. PABLO ALBARENGA

Dani est une jeune militante de 21 ans de la rive . Mais, pour devenir ce qu'elle est aujourd'hui, elle a mené un exercice difficile et courageux de recherche d'identité qui ne peut être comprise sans comprendre le contexte dans lequel elle s'est déroulée. Cela l'a amenée à reconnaître qu'elle est homosexuelle, qu'elle a longtemps cachée, réprimée par sa famille, la communauté et aussi l'église. Pouvoir passer de la répression, de la frustration, de la dépression et des tentatives de suicide à la fierté de se reconnaître a été une étape décisive dans la vie de Dani, désormais militante de la cause LGBT +. "Le fait qu'il puisse me frapper à la poitrine et me dire que je suis une inspiration pour les autres est une source de fierté", dit-il.

Chapitre III - Drica: défendre le territoire pour les générations futures, c'est résister Drica pose pour un portrait sur son territoire.À gauche: vue aérienne d'une partie de la Mineradora Río Norte sur la rivière Trombetas, environ 100 kilomètres carrés. À droite: Drica pose pour un portrait sur son territoire. PABLO ALBARENGA

L'activiste brésilien est responsable d'une association de six communautés d'ascendance africaine qui fait face à la destruction de la forêt amazonienne brésilienne. Apprendre aux jeunes enfants à respecter le territoire est leur principale motivation. Drica imagine un futur dans lequel les plus petits savent reconnaître et préserver les trésors que recèle leur terre et sont conscients des menaces qui pèsent dessus pour, le jour venu, le défendre correctement.

Chapitre IV - Joane: mettre fin au feu plastique et destructeur est possibleJoane pose pour un portrait sur la plage de Suruacá, à côté de conteneurs de déchets déposés par la rivière Tapajós.  Le vent et les courants entraînent le plastique vers la plage, qui prend parfois l'apparence d'une véritable décharge.Joane pose pour un portrait sur la plage de Suruacá, à côté de conteneurs de déchets déposés par la rivière Tapajós. Le vent et les courants entraînent le plastique vers la plage, qui prend parfois l'apparence d'une véritable décharge. PABLO ALBARENGA

Le Brésil occupe malheureusement le premier rang en matière de mauvaise gestion des déchets plastiques, dans les Amériques, devant les États-Unis. Dans de trop nombreuses zones de la rivière Tapajós, la prolifération de plastique dans l'environnement est gigantesque. Arrêter cette dérive absurde et commencer à l'inverser est une tâche ardue. Bien que pas impossible. Cette jeune militante brésilienne se bat pour changer les habitudes de son peuple, pour les collecter et arrêter de brûler les déchets.

Chapitre V - Tupi: une histoire de courage et de détermination indigènesTupí pose pour un portrait sur la plage de sa communauté, dans le village de San Francisco.  Le territoire que défend Tupí est son corps.  Sur son dos peint avec de l'urucú, il présente un graphique indigène qui représente un serpent, symbole de force.Tupí pose pour un portrait sur la plage de sa communauté, dans le village de San Francisco. Le territoire que défend Tupí est son corps. Sur son dos peint avec de l'urucú, il présente un graphique indigène qui représente un serpent, symbole de force. PHOTOS DE PABLO ALBARENGA

Un courage exceptionnel est nécessaire pour faire ce que Tupí a fait: se lever seul et marcher d'un pas ferme. Courage de retrouver une relation harmonieuse avec le territoire, celle qu'avaient ses grands-parents et arrière-grands-parents, mais qui s'est effondrée il y a longtemps. Courage pour surmonter une histoire de violence sexuelle, physique et psychologique par un partenaire violent. Aussi pour faire face au miroir et affronter le traumatisme de l'oppression et du viol systématique. Tupí s'est retrouvé dans ses racines, retrouvant la force nécessaire en consolidant sa propre ascendance tupinambá et en affirmant, en même temps, sa féminité. Cela l'a aidée à le faire avec d'autres femmes qui, avec le même courage, sont dans la lutte qui implique la reconnaissance des abus, des viols et des mauvais traitements par la solidarité et l'action collective. Faites partie d'un mouvement,

Chapitre VI - Julián: la lutte contre la route qui divise le peuple amazonien vue aérienne de la nouvelle autoroute qui entre dans le territoire d'Achuar.  Julian Illanes est un indigène de la nation Achuar de l'Équateur. Il se bat pour éviter l'incursion d'une nouvelle autoroute dans le territoire d'Achuar, entre autres menaces telles que la déforestation, qui affecte déjà ses voisins indigènes Shuar. À droite: Julian, couché sur sa terre indigène sacrée. À gauche: vue aérienne de la nouvelle autoroute qui entre dans le territoire d'Achuar. PABLO ALBARENGA

En Equateur, la progression des infrastructures vers la jungle est imparable. Tout sera bénéfique, dit le discours officiel. Qui pourrait en douter? Cependant, pour certaines communautés autochtones du sud-ouest de l'Amazonie équatorienne, près de la frontière avec le Pérou, le caractère incontestable de cet avantage est désormais remis en question. Depuis quelques années, la construction d'une autoroute est en cours qui, à partir de la ville de Puyo, pénètre dans le bassin amazonien habité par les peuples Shuar et Achuar. La construction avance, conquiert l'intérieur de la jungle, renverse tout obstacle, s'écrase sur un territoire vierge. Julián est un leader achuar qui a pris les rênes de sa communauté pour affronter l'extractivisme et l'invasion de ces infrastructures.

Chapitre VII - Vero: la matrone du cœur de l'AmazonieVerónica est une femme indigène achuar qui travaille comme sage-femme dans une culture où, dit-elle, les femmes ont honte lors de l'accouchement.  Sur la gauche, Veronica allongée sur le sol.  A droite, le jardin de plantes médicinales où il cultive des plantes anciennes pour soigner ses patients.Verónica est une femme indigène achuar qui travaille comme sage-femme dans une culture où, dit-elle, les femmes ont honte lors de l'accouchement. Sur la gauche, Veronica allongée sur le sol. A droite, le jardin de plantes médicinales où il cultive des plantes anciennes pour soigner ses patients. PABLO ALBARENGA

Verónica Yunkar, ou Vero Cestsenk de son nom indigène Achuar, est une femme courageuse. Une femme qui a pris le contrôle de sa propre biographie. La lutte de Vero est d'améliorer la vie des mères de sa communauté en Amazonie équatorienne et de leurs bébés. C'est sa façon de contribuer à la défense de la jungle , qu'elle défend avec fierté et détermination.

Chapitre VIII - Nantu: Le rêve solaire la forêt vierge du territoire Achuar.  Sharamentsa, Pastaza, Équateur.Nantu est un jeune indigène de la nation Achuar de l'Équateur qui dirige un projet de bateaux fluviaux à énergie solaire pour le transport collectif. Gauche: Sur ses terres, Nantu est allongé vêtu de vêtements traditionnels Achuar. À droite: la forêt vierge du territoire Achuar. Sharamentsa, Pastaza, Équateur. PABLO ALBARENGA

Nantu, comme des milliers d'autres jeunes autochtones de tout l'Équateur, a répondu à l'appel de ses dirigeants pour affronter un gouvernement disposé à se plier aux exigences du FMI et à ouvrir, encore plus, les portes des intérêts des grandes transnationales extractives. . Ce jeune homme a une solution pour éviter l'arrivée d'une route vers sa ville en Amazonie équatorienne: connecter jusqu'à neuf communautés du territoire d'Achuar avec des bateaux qui utilisent de l'énergie propre.

Chapitre IX - José Gregorio: Soit nous préservons la forêt amazonienne, soit il se vengera la communauté où vivent José et les gardiens, à côté de la rivière Amacayacu.José Gregorio, un indigène Tikuna, chef de la Garde indigène environnementale de la communauté de San Martín de Amacayacu, en Amazonie colombienne. Il dirige un groupe de jeunes hommes et femmes qui se battent pour lutter contre l'exploitation illégale des ressources naturelles sur leur territoire pour maintenir en vie leur forêt sacrée. À droite: José Gregorio est allongé sur le sol. À gauche: la communauté où vivent José et les gardiens, à côté de la rivière Amacayacu. PABLO ALBARENGA

En Colombie, la pression sur l'environnement est continue et proportionnelle à la biodiversité et aux ressources naturelles de cette forêt amazonienne. Les menaces sont multiples, de la surpêche à l'exploitation minière illégale, aux bûcherons ou à la réinstallation de laboratoires de transformation de la coca, comme ceux qui existaient dans le passé , même si cela fait un moment qu'ils n'ont pas déménagé de l'autre côté du fleuve Amazone. partie du Pérou. Cette combinaison de richesse et de menaces a signifié que la création de la garde indigène environnementale a joué un rôle clé dans la défense et la conservation de ces territoires vulnérables. José Gregorio forme des jeunes depuis des années à travailler dans le domaine de la protection de l'environnement.

Chapitre X - Lilia: défendre la faune aquatique de l'Amazonie, c'est défendre le monde Quelques bateaux de pêche locaux dans la communauté où vit Lilia, le long de la rivière Tarapoto.  Lilia est une femme indigène Tikuna de l'Amazonie colombienne dédiée à la protection des êtres vivants qui habitent les rivières. Ces animaux sacrés sont essentiels à l'équilibre de la vie et sont affectés par la pêche industrielle et le changement climatique, mettant également en péril les moyens de subsistance des familles grâce aux petits pêcheurs locaux. À droite: Lilia se trouve à côté de la rivière Tarapoto. Droite: Quelques bateaux de pêche locaux dans la communauté où vit Lilia, le long de la rivière Tarapoto. PABLO ALBARENGA

L'exubérance vitale de la haute Amazonie , à la triple frontière de la Colombie avec le Pérou et le Brésil, a quelque chose de statique. Il dégage une harmonie apparente, bien qu'il cache de multiples tensions dans sa tranquillité. Ici, entre les méandres de ses abondants affluents, qui descendent chargés de vie, où une biodiversité exceptionnelle prolifère dans le crue de ses eaux lentes, le dauphin rose d' Amazonie nage . Depuis l'Antiquité, ce mammifère aquatique a tenu une place sacrée dans les cosmologies indigènes, comme il le fait dans de nombreux coins de l'immense bassin amazonien. Pour Lilia Isolina Java Tapayuri, la protection de cette espèce est une tâche sacrée.