LES ETUDES SUISSES

Publié par BESA le 01.06.2008
23 527 lectures

SELON LES ETUDES SUISSES MENES SUR DES COUPLES HETEROSEXUELS SERODIFERANTS STABLES UNE PERSONNE SEROPOSTIVE EN SUCCES THERAPEUTIQUE INDETECTABLE DEPUIS PLUISIERS BILANS ET N'AYANT PAS D'AUTRES IST NE SERAIT PAS CONTAMINANT

J'AIMERAI SAVOIR SI LES ETUDES EN FRANCE S'ORIENTENT VERS CETTE RECHERCHE SUR DES COUPLES HOMOSEXELS ET/OU HETEROSEXUELS QUI PRESENTENT LE MEME PROFIL

 

Commentaires

Portrait de Kaaphar

salut Besa,

il y a qq articles sur le site sur le sujet.

en France c'est l'éternel débat entre les partisans du "principe de précaution" qui nous disent "oui, mais c'est pas sûr !! et puis c'est pas sûr pour les rapports sodo (quels que soient les sexes des amateurs/amatrices), parce que vous comprenez... c'est pas sûr... no kapote no way !!"

et puis ceux qui ont peu ou proue intégré le discours de "réduction des risques" et qui savent qu'aucune étude n'a pu réellement affirmer qu'il pourrait y avoir PLUS de virus dans le sperme que dans le sang en cas de cv plasmatique indétectable et qui savent très bien que nombreux médecins le disaient en off depuis longtemps. Il y en a enfin un qui ose l'écrire !!

Mais certes ce n'est pas une raison pour faire trop n'importe quoi, n'importe comment et il n'y a pas que le vih : il reste la syphilis qui non traitée au stade primaire ou secondaire peut faire de sérieux dégâts ; l'hépatite B qui lorsqu'elle devient chronique ne se guérit pas, les condylomes (HPV) dont certains types non traités peuvent entraîner des "dysphasie de haut grade" (de pré-cancer du rectum ou du vagin)

Voir Catie (ça s'emblerait s'installer chez certains pédés ce truc)

 

 

Donc : moi je crois que c'est une bonne news pour les couples sérodifférents et pour ceux qui ont une CV plasmatique DURABLEMENT indétectable !

au plaisir

Kaaphar

Portrait de CHRIS

Ce soir, nous avons 1 soirée/Débat concernant le thème CHARGE VIRALE INDETECTABLE et PRATIQUES SEXUELLES, donc RDV pour ceux qui le peuvent Hopital de Bicètre, faculté de médecine, Amphitéatre A, 63, rue Gabriel Péri 94276 LE KREMLIN BICETRE dès 18h30: Buffet et à partir de 19h30 DEBAT.

Soirée animmée par des Docteurs du Val de Marne, et des salariés/volontaires de chez AIDES.

Portrait de BESA

"J'AIME LES OISEAUX PERDUS QUI VOLENT AVEUGLES SUR LA MER...POUR SE CONFONDRE AVEC UN CIEL QUE JE NE POURRAI PLUS JAMAIS RECUPERER" CA SERAIT BIEN ETABLIR UN FORUM POST-DEBAT SUR CE SUJET TENEZ NOUS AU COURENT JE TE FAIS CONFIANCE "CHRIS"
Portrait de CHRIS

Ceux ou celles qui vivent ou on vécu ce genre de pratiques, n'hésitez pas à témoigner. Pour ma part, je vous ferai 1 compte rendu de ce qui sera dit ce soir. Bon a.m à chacun, chacune. Bises. CHRIS.
Portrait de cierva54

Je vous dépose mon témoignage en ce qui concerne cette étude, bien sur c'est personnel et chacun à droit de penser le contraire : TEMOIGNAGE Moi, en tant que personne touchée par le HIV, je pense que cette information peut-être mal comprise et miner les effort de prévention. Effectivement, ce n'est pas parce qu'on a une absence de virus dans le sang que l'on n'a pas de présence dans le sperme. De plus, il faut appliquer à la lettre son traitement antirétroviral, cela signifie qu'on doit être scrupuleusement observant. Mais, comment savoir si on peut faire confiance à une personne qui ne dit pas forcément la vérité et de plus un risque moindre ne veut pas dire qu'il est nul. En conclusion, je dirais que même si cette étude est très fiable, on ne peut pas dire que le risque de transmission a totalement disparu lorsque la charge virale est devenue indétectable, donc je ne prendrais pas le risque et la responsabilité d'un dommage collatéral. Merci de m'avoir lu, bisous à tous. Cierva54
Portrait de Kaaphar

salut Cierva, - tu écris : "Effectivement, ce n'est pas parce qu'on a une absence de virus dans le sang que l'on n'a pas de présence dans le sperme." - euh.... tu pourrais citer tes sources ? merci - kaaphar
Portrait de CHRIS

Je suis tout à fait d'accord avec toi. Moi non plus, je ne veux prendre AUCUNS RISQUES!!!!!!!!!!!!! nous sommes en Bonne santé: restons-y!!!!!!!!!!!!!!!! Bonne soirée à toi. Bises. Didier.
Portrait de Kaaphar

Chris écrit : "Moi non plus, je ne veux prendre AUCUNS RISQUES!!!!!!!!!!!!! nous sommes en Bonne santé: restons-y!!!!!!!!!!!!!!!!" - Tu as bien raison mon garçon !! nous sommes dangeureux et à HAUT RISQUE ! (vois mon blog) même charge indétectable et même avec capotes : tiens-toi à bonne distance des plombés... - où ai-je mis ma crécelle ??!! - on est où là ??????????????? kaaphar
Portrait de cierva54

Salut kaaphar, Oui effectivement, c'est professeur français (pour une fois) qui a étudier cette étude, mais franchement je n'avais pas besoin de lui pour dire cela, c'est évident. Si dans ton sang, la charge est indétectable, alors fais le même test avec le sperme et on découvrira que le virus est flamboyant, mais peut être as tu d'autre source car cela m'interesse, alors n'hésite pas à me contacter, merci. A bientôt Cierva54
Portrait de Kaaphar

La Charge Virale Sanguine et Séminale est le plus souvent corrélée: il existe de nombreux co-facteurs.
Portrait de BESA

Bien sur on es libre de choisir ses pratiques sexuelles. Risque ou pas risque à chaque un d'entre nous de savoir ce qui est mieux pour (se) donner à l'autre. Mais il ne faut pas ignorer les faits: -Il faut une dose importante de virus pour contaminer -La charge virale sanguine et séminale est le plus souvent corrélée mais pas toujours (après un test de charge séminale avec peu de copies virales les lavements de sperme ne sont plus exigés pour féconder en Suisse). -Les autres IST favorisent la reproduction du virus -Le risque nul n'existe pas C'est important de comprendre que cette "nouvelle" à une double dimension: Sur le plan psychique d'abord lorsque on vit une relation stable, l'épanouissement sexuel lié à une libération de nos peurs, pourrait avoir un effet bénéfique sur notre santé physique et morale. Sur le plan technique, une nouvelle piste de prévention mondiale pourrait se dessiner faute des vaccins et tenant compte de l'échec de l'usage du préservatif (Si toutes les populations séropositives avaient accès aux médicaments et bénéficiaient d'un succès thérapeutique on serait pas loin de l'erradication)
Portrait de Dareck90

il y a 9 ans je vivais un couple avec un garçon séronégatif et moi je suis séro+. Au bout d'un an, mon ami n'a plus voulu utiliser le préservatif pour que je le sodomise. Nous sommes allé ensemble en parler au spécialiste qui me suit et voici la réponse qu'elle nous a fait en 2000 : sodomie d'un séronégatif par un séropositif sans éjaculation et avec une charge virale indétectable, le risque de contamination est de 1 pour 5000, avec utilisation de lubrifiant et sans traumatisme de l'anus ni du gland. Si vous estimez pouvoir prendre se risque, instaurer des limittes dans votre sexualité et vivez votre sexualité. Nous avons eu des rapports sexuels non protégés et sans éjaculations pendant 3 ans et mon ami est toujours resté seronégatif. Tout est une question d'appréciation du risque ! Quel est le pourcentage de préservatifs poreux ? quel est le pourcentage de contamination en utilisant un préservatif sachant que le préservatif n'est pas fiable à 100 % ? (préservatif resté dans une poche de jean, pochette de préservatif mal ouverte et rayure du préservatif) Il est évident qu'il est impossible de dire n'utilisez plus de préservatif, mais ne serait-il pas plus sage d'informer les gens sur les risques réels et que chacun en connaisance de cause - tout en continuant à prendre son traitement et tout en ayant une charge virale indétectable - prenne la décision avec son ou sa partenaire d'utiliser ou non le préservatif ? Oui je sais cela va à l'encontre des messages de prévention ! et que dire alors des gens qui ne veulent plus utiliser le préservatif et qui ne sont pas informés des risques réels encourus et qui font n'importe quoi ?
Portrait de cierva54

tout d'abord salut Dareck, Je te remercie déjà pour ton témoignage et je comprends vraiment ce que tu as vécu, mais effectivement je suis d'accord avec toi (désolé pour les autres). Moi je vis avec mon mari depuis 10 ans, et éffectivement quand on fais l'amour, il n'y a pas de préservatif, on estime que l'on sait ce que l'on fait avec les conséquences (est ce qu'il y en as?), donc bien sûr comme tu le disait "cela va à l'encontre des messages de prévention", mais il ne faut pas oublier une chose essenciel, quand on est un couple ce n'est pas la même situation que si on allait à droite et à gauche. Donc en tant que personne, j'aimerais comme toi je pense, que l'on me laisse avec mes opinions et surtout avec ma vie privée (qui n'est pas si dépravé que ça "je crois"). Voilà, je vais pas développé plus que cela, et encore merci à toi. Cierva54
Portrait de reiddi

.Ce qui fonctionne chez des couples hétéros, fidèles avec un nombre de t4 défini ne marchera jamais dans la poulation gay. C'est un leurre de penser que cela se réalisera. Reiddi
Portrait de guylain54

je ne crois pas que hirshel soit un fou. cependant il ne fait que mettre a jour des études qui on déjà prouvé cela depuis 1999. prémière publication sur le sujet: Garcia PM, Kalish LA, Pitt J, Minkoff H, Quinn TC, Burchett SK et al. Maternal levels of plasma human immunodeficiency virus type 1 RNA and the risk of perinatal transmission. Women and Infants Transmission Study Group. N.Engl.J.Med. 1999 ;341(6):394- Quinn TC, Wawer MJ, Sewankambo N, Serwadda D, Li C, Wabwire-Mangen F et al. Viral load and heterosexual transmission of human immunodeficiency virus type 1. Rakai Project Study Group [see comments]. N Engl J Med 2000 ;342(13):921-9. et je pourrais produire sur le site jusqu'a 14 autre référence parrue dans des revues scientifiques. le problême et que personne n'en à fait communication depuis de nombreuses années. quand aux questions concernants les gay Hirshel donne une interwiew sur le site de warning. http://www.thewarning.info/ ceci étant dit ça n'empéchera pas la trouille que certains d'entre nous peuvent avoir de contaminer l'autre. une autre chose à laquelle je pense pourquoi ces études sont restées aussi longtemps dans le placard. Ne prendrais t'on pas dans les sphéres bien attentionnée les séropos, pour des mineurs incapables de pouvoir assimiller les informations disponibles et de faire preuve de libre arbitre. de plus il faut être capable d'entre le désir d'enfant que peuvent avoir certains couples hétérosexuels qui ne veullent peut être pas attendre que des médecins et la science décide à leur place de leur maternité et de leur paternité bises à tous
Portrait de Kaaphar

salut, je ne comprends pas cet obscurantisme dont reiddi se fait ici l'echo !!! Hétéro ou homo !! je ne vois pas le clivage !! - C'est quand même une bonne nouvelle pour les séropos vih qui sont cv indétectable (quels que soient leur sexe et leur orientation) alors MERDE !! pourquoi vouloir abolument NOUS renfoncer dans le pathos, la culpabilité, la peur ??!!! Bien un discours de seroneg vih flippé et fantasmeur !! - rassure-toi !! nous aurons bientôt aussi notre Hirschel des hépatites !! (c'est AUSSI une évidence !) parleras-tu encore de "mythologies" ?! - solidiarement hépatant ! mais faut pas pousser quand même ... . kaaphar
Portrait de BESA

Mais des individus Chaque personne est un univers en soi et prétendre nous enfermer dans un monde ou il existerait une seule façon d'agir est dangereux et méprisant pour tous ceux qui luttent pour un avenir meilleur.
Portrait de ptitmatou75

Je comprends l'importance pour toi que l'identité personnelle ne soit pas fondue dans une identité collective, mais, néanmoins, il a quand même des modes de vie, des façons d'être, de communiquer, d'être ensemble qui sont collectives. En cela, il y a des identités gaies, hétéros ou encore séropositives. Il n'y a pas une identité gaie, une identité hétéro.... mais des variétés collectives. Certains séropos pensent leur relation au VIH d'une certaine manière, d'autres d'une autre manière. Et quand on discute avec eux, on voit bien que ce ne sont pas des manières de penser complètement individuelles, mais partagées par plusieurs. Il y a donc des identités séropositives plurielles. Idem pour les gays et autres groupes sociaux. Donc individuel + collectif.
Portrait de Kaaphar

salut, - Qu’en est-il pour les gays ? Quid du risque de surcontamination ? etc... Préservatif ou trithérapie ? - dimanche 3 février 2008 Professeur, suite à la publication de nouvelles recommandations de prévention pour les couples sérodifférents par la Commission fédérale suisse pour les problèmes liés au sida, un débat a lieu pour savoir si ces recommandations concernent autant les couples hétérosexuels qu’homosexuels. Est-ce le cas ? Est-ce-que les rapports anaux insertifs ou réceptifs changent la donne ? - Bernard Hirschel : Logiquement, cela ne devrait pas faire de différence. Pas de virus, pas de contamination. Cependant, il faut admettre que les données disponibles concernent uniquement les couples hétérosexuels. Si le transmission devient négligeable avec un traitement antirétrovial efficace et une virémie indétectable, peut-on étendre le raisonnement et dire qu’une personne dans cette situation ne peut pas surcontaminer son partenaire (que ce dernier soit ou pas sous traitement) ? - B.H. : Oui. - Qu’en est-il pour les personnes co-infectées VIH-VHC ou VIH-VHB ? Est-ce-que les recommandations s’appliquent ? - B.H. : La trithérapie anti-VIH n’influence pas les deux autres virus (sauf certains médicaments anti-VIH comme le 3-TC, FTC et tenofovir). Comme vous le savez, certains patients avec hépatite B sont très contagieux (sexuellement, mais également par salive et sang) - le préservatif ne protège donc pas bien, mais par contre la vaccination est très efficace. Concernant le virus de l’hépatite C, il se transmet avant tout par le sang, beaucoup moins par le sexe et d’autres contacts. Merci. - Bernard Hirschel, Prof. Dr méd., membre de la Commission d’experts clinique et thérapie VIH et sida de l’Office fédérale suisse de santé publique et responsable de l’unité VIH-SIDA des Hôpitaux Universitaires de Genève. Il est co-auteur du rapport publié de la Commission fédérale suisse pour les problèmes liés au sida. - Source : The warning : http://www.thewarning.info/article.php?id_article=0244 - et n'oublions pas que les hétéros pratiquent AUSSI LA SODO (c'est un bi qui vous cause !) donc est-ce qu'il a été demandé à la cohorte d'hétéros suisses quelles étaient LEURS PRATIQUES, car c'est bien de ça dont il s'agit au final !! - kaaphar
Portrait de BESA

Merci Kaaphar pour l'implication que tu as dans ce sujet et des informations que tu apportes. Donc, je repose ma question: Est-ce que des études sont menés en France sur des couples "stables" homosexuels pour donner une suite aux autres? Stables pour moi ce n'est pas une appréciation claire (disons des couples sérodifférents et/ou séropositifs qui pratiquent le sexe sans préservatif et qui se protègent lors de rapports extra)
Portrait de cierva54

Salut Besa, J'ai trouvé quelques trucs (2articles) sur la France, je ne sais pas si cela répond à tes questions mais c'est un début... * Jean-François Delfraissy (Directeur national de recherche sur le sida et les hépatites). Le traitement antirétroviral doit être bien sûr considéré avant tout comme un traitement de la personne elle-même, mais aussi comme un nouveau outil de prévention puisqu'en réduisant la CV on réduit les risques de transmissions (91% sur 3 ans). * Le SNEG. Plus le virus est sous contrôle, mins les risques de surcontamination sont élevés. Ce qui ne veut pas dire qu'une personne avec une CV indétectable n'est pas contagieuse, ou n'est pas susceptible d'être surinfectée, mais qu'elle est moins qu'une personne dont la CV est élevée. Un virus contrôlé par un traitement chez une personnes peut devenir plus virulent lorsqu'il est transmit à une personne déjà infectée mais n'a pas une réponse thérapeutique éfficace contre le virus. Voilà, en fait, pas grand chose côté France, je pense qu'il faut attendre un peu, je te tiens au courant si j'en trouve un peu plus sur ton sujet. A bientôt. Cierva54
Portrait de BESA

Très gentil de ta part de me communiquer tes nouvelles. J'espère qu'on aura d'autres... Besos
Portrait de guylain54

Le sperme Suisses sent le gruyère, le sperme Français l'emmental, le sperme ch'ti le maroilles. Bon j'arrête là l'énumération des fromages français et étranger, sinon je ne vais pas m’en sortir. Quelque soit les qualités gustative du sperme, du sperme reste du sperme, et je ne vois pas en quoi le sperme d’un suisse serait différent du sperme d’un français (ça fait beaucoup de sperme dans une seule phrase). Comme je l’ai déjà dit plus haut sur ce forum je dispose de référence bibliographique qui prouve que se que dit Hirschel est plus qu’étayé. Dans le cadre proposé en France pour la PMA pour les couples sérodifférents, il y a des difficultés. Les délais d’attente entre désire d’enfant et procréation médicalement assisté sont trop long. Pour les parents faire un enfant reste un acte d’amour et non un acte médicalement assisté. Ensuite il faut voir que dans se cadre là d’autre spécialiste se sont déjà prononcé et que les recommandations en Angleterre sont déjà celle que Hirschel propose. Mais en France il n’en est rien. Cependant il faut dire et répéter que le risque zéro n’existe pas. Mais qu’ils peuvent être réduits. Alors ce que je propose, pour ceux qui voudraient vraiment encore plus réduire les risques s’est que des recherches soient faites pour des virucides qui ne détériorent pas le sperme, des virucides qui soient compatible avec la flore anale (oui je sais, on peu pas faire de bébé par ce type de rapport, j’ai déjà beaucoup expérimenté la chose). Et puis si je veux être tout à fait complet demandons que des études soient faites à large ampleur sur des couples sérodifférents dont la charge virale est indétectable, ou il n’y a pas d’ist pour vérifier qu’il n’y a pas de contamination.
Portrait de skyline

Si vous voulez clarifier ce débat, regardez ici : http://www.thewarning.info/article.php?id_article=0252 Difficile après de ne pas trouver ridicules les arguments des anti-recommandations suisses... On se retrouve presque dans la même situation que dans les années 80 où on se demandait s'il fallait sucer avec capote... en peu de bon sens svp ! Je crois que certains pédés aiment bien être infantilisés par des peurs paniques plutôt que de revendiquer leur indépendance d'esprit, et de réfléchir en terme statistique. On sent une certaine forme de haine de soi, de séropophobie intériorisée dans un monde où les germes et autres microbes nous guêtent à chaque coin de rue... Un peu de fierté les filles ! Surtout que les gens ne sont pas des imbéciles : c'est pas parce qu'on dit que le risque de transmission est réduit de 90% que tout le monde va arrêter d'utiliser des présos en toutes circonstances et du jour au lendemain ! Allo ? Les gens sont pas teubés, ils peuvent saisir la complexité d'une problématique, être sensibles aux nuances des choses, et sont surtout beaucoup plus soucieux de leur santé et de celle des autres qu'on ne l'imagine!
Portrait de Kaaphar

salut skyline

 

"On sent une certaine forme de haine de soi, de séropophobie intériorisée"

 

et/ou peut-être l'inverse

 

en s'accrocahnt coute que coute à l'idée que le "sida c'est grave" on est aussi dans une forme de reconnaissance par la victimisation outrancière ! "j'ai le sida donc j'existe" (seropo ergo sum - comme disait Rémès) et que donc tout discours qui tenterait à relativiser, à dédramatiser, le sida ne les arrange pas, puisque que c'est justement par cette dramatisation qu'ils existent.

 

"Les gens sont pas teubés" Oh ??!!

 

kaaphar

Portrait de skyline

Salut,

Tu as raison certes. Mais étant donné mon âge et ma séroconversion intervenue à l'époque post-crise sida, je cherche à initier chez moi une attitude plus positiviste : plutôt que le drama, je préfère tendre vers la fierté. Ca n'est pas facile tous les jours, je reste un être humain quand même, j'ai toujours mes petites séro-angoisses... et puis le pathos c'est tellement jouissif des fois...

Ce que tu dis me fait penser à ma première année de séropositivité : je trouvais que mes proches ne m'en parlaient pas assez et paradoxalement j'avais pas envie de me plomber le moral en y pensant tout le temps... de la pitié pas pathétique, tout un programme !

Portrait de sonia

Skyline a dit:"et sont surtout beaucoup plus soucieux de leur santé et de celle des autres qu'on ne l'imagine!" je constate que tu appliques à la lettre ta fameuse réflexion en termes statistiques, ......les gens combien sont ils à agir et penser comme toi, qu'est qui te fait dire celà? je préfère le je au nous, parler en son nom propre et non en général celà peut très vite devenir une rumeur, ce n'est plus une info mais de l'intox. Tu a tendance à généraliser ou à faire echo, je pense que l'éducation à la santé est une notion récente, comme le désir de soins qui impliquent un suivi très régulier, une hygiène de vie, un équilibre que peu de personnes trouvent quand elles sont en situations précaires ou défavorables (l'observance est une utopie pour certains...) Tu dis encore "ils peuvent saisir la complexité d'une problématique, être sensibles aux nuances des choses" :-) Quand Hirschel et Vernazza ont publié leur étude courant 2007, -c'est dans le contexe d'un couple stable sérodifférent dont l'homme est séropositif la femme seronegative et qui ont le désir d'avoir un enfant par voie naturelle, une solution au parcours fastidieux et long de l'amp qui ne réussit pas toujours.... -c'est aussi dans un souci d'économie, car les techniques du lavage du sperme coûte chères à l'Etat et que la trithérapie d'urgence dans les 48h d'une prise de risques est elle aussi hors de prix (solution au trou de la sécu ;-)) -dans un esprit de solidarité envers les séropos , en les déculpabilisant avec une intégration dans la vie courante car bien traités ils sont pas contagieux!!!! -pour la santé mondiale, baisse de l'épidémie sida grâce aux tris Mon opinion sur cette question: deux interprétations possibles, il n'y a pas de bonne ou mauvaise nouvelle. à titre individuel: info à donner au cas par cas dans le cadre d'un programme de réductions des risques, bien informer sur une possible contamination, le risque zero n'existe pas, sur le plan collectif: la suisse a l'ambition d'afficher zero contamination en 2025 et être les premiers avant-gardistes de la prévention (excusez mes maladresses d'expression) bref toujours fidèle à sa réputation, les helvètes un pays propre et ou "la seule maladie qu'on peut attrapper ce sont les médicaments"Coluche ...maintenant chacun fait ce qu'il lui plaît mais vous n'êtes pas protégés d'une sévère condamnation des tribunaux pour "transmission du sida" ......même avec charge virale indétectable , dans ce cas prenez vos responsabilités.......
Portrait de skyline

je comprends tes arguments sonia, mais je les trouve vieillots et pas plus vérifiés ou absolument vérifiables que les miens...

bien sûr que les gens ne sont pas égaux face aux vulnérabilités sanitaires et pour répondre à cela, on a la santé globale qui nous permet d'appréhender l'individu concerné dans toutes ses dimensions (sociale, économique, psychique, émotionnelle, affective, etc.).

mais en fait je parle plutôt de posture lorsque je dis que les gens ne sont pas des imbéciles (pour faire encore plus simple) : le principe de précaution n'existe pas en matière d'information, il suffit juste d'expliquer, de ré-expliquer, de préciser... tout le monde est capable de comprendre lorsqu'on utilise le bon vecteur pédagogique ; et tout le monde à le droit à une égalité de connaissances ! ton approche va exclure au lieu d'inclure. le principe de dire qu'on peut retenir l'information au pretexte qu'elle pourrait être mal interprétée, je trouve ça plutôt spécieux, malhonnête et dangereux car dans ce cas l'information passe quand même mais justement sans encadrement éthique, statistique et pédagogique...

Portrait de Anonyme

personnellement je pense que cette information venant de suisse est tout à fait sérieuse mais qu'elle doit être présentée avec toutes les précautions logiques, ne serait-ce que parce qu'elle émane d'une étude basée sur un panel de comportements bien précis qui ne correspondent pas forcément à toutes les situations possibles... pendant 25 ans on a fait peur aux gens avec le sida et ce n'est pas efficace : on fuit ce dont on a peur, c'est comme ça que j'ai sans doute été contaminé, parce que le sujet me faisait peur, que je ne voulais pas en entendre parler... j'ai dû prendre un jour un risque inconsidéré sans m'en rendre compte... (il se peut aussi que j'aie été contaminé dans un hopital à l'étranger mais je ne le saurai jamais) mon médecin m'a dit il y a quelques mois que je ne suis plus contaminant (texto!)... ceci dit le risque zéro n'existe pas et si on ne veut prendre aucun risque dans la vie, on reste dans le ventre de sa maman... pendant plusieurs années j'ai eu avec mon compagnon des rapports non protégés alors que j'étais séropo sans le savoir encore, et probablement très contaminant : il est toujours seroneg... il y a des virus plus contaminant que le VIH, le VHC par exemple... donc il ne faut pas trop dramatiser, parce qu'on fait alors peur et que la peur est mauvaise conseillère, mais responsabiliser car être séropo ça fout quand même le bordel dans la vie, d'abord dans le travail (moi je ne peux plus assumer mon métier normalement à cause de mes lipoatrophies et de ma cytopathie) dans un rapport on est toujours deux à être responsables... dire sa séropositivité à un partenaire sexuel est extrêmement difficile et souvent impossible psychologiquement... il faut donc le protéger (par la capote, au minimum pour les pénétrations) mais lui aussi a sa part de responsabilité ; perso, je n'accuserai jamais la personne qui m'a contaminé car j'ai eu ma part de responsabilité dans ma contamination et puis quelqu'un qui ne s'inquiète pas de connaitre le statut sérologique de son ou sa partenaire sexuelle avant le rapport peut difficilement après se plaindre s'il ou elle a été contaminé(e) ; à chacun d'assumer ses responsabilités, non ? en revanche si on ment sur son statut sérologique alors là oui ça peut avoir des conséquences dramatiques... malheureusement comme le VIH/Sida est toujours hyper tabou, le sujet ne vient pas souvent, voire jamais, sur la table avant un rapport sexuel occasionnel
Portrait de guylain54

certains doivent se souvenir qu'au début de l'épidémie information=pouvoir. Et puis avant les trithérapies certains écrivaient "des molécules pour qu'on s'encule" nous y sommes; le fait que cette annonce soit une bombe pour certains ne m'étonne pas. Quand certains pouvaient avoir accés à l'information dés 99, d'autres en ont été privés. Le principe de précaution, et de préservation d'une logique de santé publique aidant "il faut garder cette information pour mous car cela aurait des répercutions sur le grand publique". En même temps la stygmatisation n'a fait qu'augmenter, si on doit faire en 2006 et 2007 des campagnes avec "si j'étais séropo" s'est peut être encore pour cela. Et puis je le répéte en angleterre dans les recommandations sur la procréations il est déjà dit ce que dit hirschel depuis 2003. Cependant il est besoin de demandé des études et si le but s'est d'avoir zero contaminations pour les suisse en 2025 n'est cepas un but vers lequel nous devons tendre
Portrait de maya

Sida : risques multipliés si les patients traités renoncent aux préservatifs (étude)


25/07/2008-[01:01] - AFP



PARIS, 24 juil 2008 (AFP) - Une étude australienne conteste un rapport suisse pour qui une personne contaminée par le VIH et bénéficiant d’une thérapie anti-rétrovirale peut renoncer au préservatif, en affirmant que sans protection les risques de contamination sont multipliés par quatre.

Cette étude, publiée vendredi par la revue britannique The Lancet, a été réalisée par une équipe conduite par le Dr David Wilson, de l’université de New South Wales (Sydney), qui a utilisé un modèle mathématique pour estimer les risques. Le rapport de la Commission suisse du sida estimait que si le virus du sida était indétectable dans le sang depuis au moins six mois et si le patient séropositif n’était pas atteint d’une autre infection sexuellement transmissible, un couple sérodifférent (un séropositif, un séronégatif) pouvait renoncer aux mesures de protection. Cependant, pour l’équipe de David Wilson, bien que le risque de transmission du virus soit bas, il n’est pas "égal à zéro", le virus ne disparaissant jamais totalement. Elle a établi que la probabilité cumulée, avec une moyenne de 100 relations sexuelles par an sans protection, était de 0,22% par an pour les transmissions de femme à homme, 0,43% pour les transmissions d’homme à femme, et 4,3% pour les transmissions d’homme à homme. Sur dix ans et sur une population de 10.000 couples sérodifférents, 215 hommes et 425 femmes seraient infectés après une relation hétérosexuelle et 3.524 hommes à la suite de relations homosexuelles. Ce qui correspond, selon le Lancet, à un quadruplement des risques si aucune protection n’est utilisée. Dans un commentaire, le Lancet souligne que pour les Suisses il y a "un seuil" en-dessous duquel une quantité infime de virus ne peut pas provoquer d’infection, tandis que pour les chercheurs australiens le risque ne fait que diminuer progressivement, sans qu’il y ait de seuil. Devant une telle incertitude, il est "sage" de combiner le traitement et les préservatifs, fait valoir la revue.
_________________
Portrait de BESA

Dans les écrits du professeur Hirschel, il n'a jamais était question du risque zéro!

Les études du Dr. David Wilson ne sont pas étaient menées sur des couples stables et ayant tout les critères des "études suisses".

Ceci dit, la conclusion de la revue n'est autre chose qu'une suggestion du prof. Hirschel: "il est sage de combiner le traitement et les préservatifs pour lutter contre la propagation du virus".

En lisant attentivement, on se rende compte que les informations ne sont pas antagonistes. 

Portrait de maya

En effet Besa, ce qui est antagoniste ce serait plutot l'interpretation hative et simpliste faite apres les etudes suisses;

D'ailleurs c'est le pb majeur du travail des suisses qui est tout à fait clair pourtant quand tu lis dans le detail;

bonne journee à toi

Portrait de BESA

On est bien d'accord!

Les informations sont là, à chaque personne de raisonner et tirer les enseignements.

Ils nous reste cette ultime liberté. 

Portrait de BESA

J'écris ici mon courrier envoyé à l'administration de Seronet (sans réponse pour le moment):

J'aimerai que ces commentaires soient ajoutés a mon blog "LES ETUDES SUISSES" puisque c'est ce texte l'inspirateur des ceux là. 

Portrait de BESA

Vos commentaires sont les bienvenus sur la deuxième page! 
Portrait de BESA

Le blog commence à la page prèscedante... 
Portrait de ecceomo

oui envie de témoigné, mais ça touche à tellement de chose que je vais essayé de bien le faire en quelques lignes, pour le faire paraître prochainement .... à suivre donc, pour moi, il n'y a pas eu de meilleur nouvelle que celle là depuis l'arrivée des trithé. d'ailleurs ça marcche ensemble .... comme dirait act up grande époque (début 90) " Des molécules pour qu'on s'encule .... " lol

vivre avec.......

vivre

en essayant de garder de séropositif que le positif 

Portrait de olivier-seronet

Bonjour, Nous avons constaté un problème technique sur les blogs. Certains commentaires n'apparaissent pas. Nous réglons au plus vite.
Portrait de nathou

moi perso je prends cette étude comme une aubaine, je force jamais a mes partenaires séroneg ou séropo a enlevele préservatif, même j'essaye même de les persuader, mais s'ils veulent le faire, je laisse faire, aprés tout ils savent ce qu'ils font, j'avertis toujours de ma sérologie a mes partenaires, ils sont adultes et consentants, et evidemment la france ne donneras jamais raison a cet étude, car ils sont trop frileux a nous d'être plus intelligent et de profiter de ses avancées pour avoir un peu plus de plaisir 

profitez de la vie tant qu'elle est présente

Portrait de ptitmatou75

Maya, tu juges que les recommandations suisses (je ne parle par d'étude, car il n'y a pas "d'étude suisse" mais des recommandations), bref tu les juges simplistes et hâtives. Ce qui ne t'empêche pas juste avant de mettre en ligne une dépêche de l'AFP. Jusqu'à preuve du contraire un journaliste de l'AFP n'est pas un spécialiste du sida. Sa lecture de ce qu'il connait de l'article du Lancet risque d'être biaisée, dans un contexte où en France il y a une oppposition forte de la part des Officiels vis-à-vis des recommandations suisse. Je te rappelle soit dit en passant que cela fait 8 ans qu'on a des études de suivi de cohortes qui montrent qu'il n'y a aucune transmission remarquée chez les couples sérodifférents dont le partenaire est sous traitement stable avec virémie indécelable. Et pendant 8 ans cela a été silence radio en France. Tu aurais pu faire attention à ce point pour comprendre comment la dépêche de l'AFP était influencée par l'état d'esprit ici dans notre pays. 

 

Il y a quelques points troublant dans l'étude publiée dans le Lancet dont parle l'AFP. 

- d'abord c'est une modélisation mathématique. Les modélisation ont souvent été contredites dans la réalité. Prend l'exemple actuel de San Francisco où il y a baisse des contaminations depuis plusieurs années, alors qu'il y a augmentation des relations non protégées. Tu y comprends quelque chose toi ?  

- dans la modélisation mathématique australienne, l'estimation de l'usage du préso dans les couples est de 80%,. Ce n'est pas réaliste.

- l'estimation du risque quand on est homo et sous traitement antirétroviral est plus élevée que quand on est en relation hétéro. Mais ça vient d'oû cette augmentation ? On sait que c'est le cas sans traitement, mais avec traitement ? Quelle est la validité de l'estimation ?

- les chercheurs australiens reconnaissent que leur modélisation mathématique a ses limites, par exemple parce qu'ils considèrent que dans les coupes homos chacun est 50/50 actif et passif, ce qui est rarement le cas. Ils conviennent que cela leur a simplifié les calculs. 

- dans les recommandations suisses, il est clairement dit qu'il faut faire attention aux IST, car celles-ci augmente l'infectiosité. De plus le couple doit être stable. Tout cela n'est pas pris en compte dans la modélisation australienne.  Donc ce n'est pas sérieux.

 

 

 Je ne veux pas dire que la modélisation mathématique australienne est fausse. Elle n'est qu'un modèle théorique. Elle ne prend pas en compte tous les critères de recommandations suisses, donc ce n'est pas opposable. Ce genre d'étude a parfois été contredite par la réalité. Je ne dis pas non plus que si on se mettait tous sous traitement l'épidémie disparaitrait. En tous les cas, elle est a minima contenue. IL y a plusieurs facteurs qui jouent sur une épidémie. il est logique par exemple que si l'on supprime les traitements à tous les séropos, il y a risque d'augmentation des contaminations. Il est véridique aussi, dans les études faites sur des cohortes, par exemple celles citées par les recommandations suisses que dès qu'on a introduit les traitements antirétroviraux dans les couples suivis, le nombre de contamination a baissé. etc ... etc...

 

Enfin, plutôt que lancer des rumeurs du genre  "D'ailleurs c'est le pb majeur du travail des suisses qui est tout à fait clair pourtant quand tu lis dans le detail;", j'aimerais que tu argumentes. Qu'est-ce-que qui n'est pas clair "quand tu lis dans le détail" les recommandations suisses ? Tu sème le doute chez les gens . Ce n'est pas honnête. 

 

PS: voici par ailleurs la réponse de Pietro Vernazza, l'un des auteurs de recommandations suises, à cette étude australienne.C'est en anglais. Et où il est dit que les éditorialistes du Lancet démontrent que finalement l'étude australienne, sans le vouloir, confirme la réflexion suisses. 

 

Portrait de maya

C'est l'interpretation des gens qui peut etre hative et simpliste, je n'ai jamais parlé de la realite ds etudes suisse. relis moi...

On voit bien le tollé que cette etude provoque et ce n'est pas chez eu non plus la realite des chiffres qui inQuiete mais la encore bel et bien l'interpretation du lambda seropo.

Et je crois que cette etude suisse est tout a fait valable si on suit toutes les restrictions qu'elle impose car dans ce cas la en effet aucune raion de s'emmerder la vie avec des capotes.

CETTE ETUDE PARLE ENORMEMENT DE COUPLE STABLE note bien, en aucun cas il ne parle de sexualité globale.

Une decision prise à deux est une condition.

D'autre part je ne porte pas de jugements, vois tu je suis seropo depuis trop longtemps, j'ai cotoyé des heteros, des gays et tous ont un blem avec la capote qui souhaite imposer ca si ca n'a pas d'utilité ? PERSONNE. Je le vis comme toi dans ma chair et les frustrations lies a ca j'en ai eu ma dose crois moi...Je ne souhaite pas que les generations qui arrivent vivent ca mais a mon sens les etudes a ce jour sont faiblardes car justement basées sur une popu hetero.

Seulement apres une pathologie d'aussi longue distance que la mienne , j'ai entendu depuis le debut un peu tout et son contraire qq années plus tard. j'ai donc appris le recul meme sur ce qui m'arrange.

Je ne suis pas d'accord avec les extremismes qu'on trouve ici , ou toute personne qui esssaie de raisonner differamment se fait jeter comme un malpropre par une horde de mecs remontés pour vivre leur sexualité a plein .La facon dont phil86 a ete jete me fait horreur.

Un debat ca suppose d'etre capable d'entendre ls differences. Vous voulez qu'on entende celles des gays : OUi 100XOUI Mais il vous faut aussi etre capables d'entendre celels des autres non ?

je suis fatiguée de lutter parfois car vois tu sur les sites heteros c'est la meme bagarre avec ceux qui jugent les gays systematiquement  irreponsables (j'ai quitté plusieurs forums pour ca) . Ici je me retrouve dans la position inverse. Comme quoi..En realite ca permet de voir les discours et clivages existants et bon sang c'est ca le plus inquietant.

enlever ses oeilleres communautaires.

quand a semer le doute, je suis dans le doute. ne l'es tu pas toi au fond de toi ?

j'aimerais tant avoir des certitudes qui vont dans le bon sens et nous permette de vivre mieux

ca n'engage que moi ...

bonne journee matou.

Portrait de choisinette

j'ai vécu en couple pendant 16ans et mon partenaire n'a jamais voulu mettre de préservatifs, nous avons fait 2 enfants négatifs et lui n'a jamais été contaminé.

il faut dire que ma charge virale est indétectable, mais au fond de moi la peur était toujours présente pour lui. était-ce de l'inconscience je ne sais pas toujours est-il qu'il est négatif et à présent que nous sommes séparés je remercie le ciel tous les jours car je n'aurais pu vivre avec ça sur la conscience ni pour mes enfants d'ailleurs.

mais perso je conseille la protection automatique.

bien à vous

Portrait de BESA

Juste un petit mot pour souligner qu'à la Conférence International de Mexico, une des recommandations suisses est misse positivement à l'ordre du jour: L'épidémie serait mise en échec (pas encore échec et mat), avec la mise en traitement efficace des personnes séropositives vue le risque peu élevé de contamination dans les cas étudiés.

Lire l'article dans les brèves... 

Portrait de BESA

Une nouvelle route tracée entre la Suisse et Mexico.

Deuxième accueil positif pour les recommandations suisses: l'amélioration de la vie affective et sexuelle des couples concernés par les études.

Lire l'info dans les brèves. 

Portrait de ecceomo

Lucide si ce fil d'expériences intimes , ce fil de soi

prend de la force

d'après le copain Marco

on peut aller jusqu'en chine

en partant des gondoles

 

la chine moi j'me méfie

c'est gros c'est grand

et j' suis tout petit 

 

et pas sur que la chine se réjouisse de Mexico Manifesto ...

 

ecceomo 

 

 

Positivement / / De passage avant compostage

Portrait de michèle

même si mon français est très peut...

si vous êtes interessés je pourrais publiéer sur mon blog les messages/statement de LHIVE, l'organisation des personnes vivant avec le VIH et le sida en suisse sur ce argument.

à part que nous avons une siège dans la commission federal lié au problemes de sida en suisse et allors que nous avons participé au proces de la recommandation, nous avons publier aussi notre point de vue aux media et au communitée seropositive, le dernier "coup" c'estait le mexico manifesto. ( pour le moment seulment en allemand et en anglais documenté)

bien à vous

michèle

Portrait de BESA

Salut Michèle!

Et comment que ça me plairait de savoir qu'en pensent les suisses.

Essayes de voir avec l'administration du site comment ajouter ces commentaires à la colonne: "Interview du prof. Hirschel" (à droite de la page tu trouveras déjà quelques retombées canadiennes et autres"

toutes mes amitiés et

joli ton accent féderal

BESA 

Portrait de arlequin37

je trouve ton histoire, tres belle, ce sujet m interresse beaucoup, car je suis sero+ depuis peu et j ai du mal a

 immaginer si je trouve l àme soeur, devoir nous proteger tout le temps. je penses que que ça peut devenir lassant au bout d un moment.mais si c est necessaire je le metterai a chaque fois,et je pense qu on es loin de ne pas en avoir besoin.

Portrait de Zauberberg

On s'est toujours imaginé qu'un rapport entre un actif et un passif n'était mû que par des considération mécaniques.

J'ai du plaisir en me faisant enculer. J'ai du plaisir en enculant. J'aurais un plaisir équivalent en me branlant. Chacun éprouvant son plaisir de son côté. C'est d'ailleurs ainsi que les hétérosexuels caricaturent notre sexualité. Et les enculés qui tintamarrent les carrefours de nos villes le démontrent.

A mon avis, on est loin de la réalité du rapport homosexuel qui n'est jamais simplement qu'un rapport sexuel et de fait, loin de ce qui se joue dans le rapport entre enculeur et enculé.

En tant qu'enculé qui discute aussi avec d'autres enculés et enculeurs potentiellement enculés, je constate que la réalité est bien différente sauf à avoir affaire à un consommateur pressé, stressé, complexé... Ce que j'appelle un 5 à 7. Et encore. Il y aurait beaucoup à dire sur ce sujet.

La connection qui s'établit entre l'enculeur et l'enculé ne s'établit pas que par la queue mais aussi par la bouche, sous différentes modalités mais aussi par les prises en mains par l'enculeur des jambes de l'enculé ou de ses épaules selon la position. Ce qui n'exonère pas l'enculé de flatter les testicules de l'enculeur, de jouer avec son scrotum, d'empoigner ses hanches dans une position improbable... Et donc ce lien s'établit aussi par l'esprit.

Qu'est-ce donc qui se joue dans cette relation ? Quelqu'un a-t-il le dessus, comme se l'imaginent souvent les hétéros dans leurs blagues sur les gays ?

Par expérience, je sais que, paradoxalement, bien qu'étant dessous, je suis souvent en situation d'être au-dessus de la mêlée. Je suis ce qu'on appelle un passif dominant. Et c'est ce qui plaît. Les enculeurs me comprendront.

Mais c'est qu'aussi chacun rêve que soient abolies ces distinctions, dans un geste narcissique peu décrit. Comme Narcisse franchit la limite et se noie.

N'est-ce pas d'une certaine façon cette utopie d'une fécondation par soi-même qui nous agite, notamment quand nous renonçons volontairement à la prévention ?

Car au-delà du dessous et du dessus, c'est aussi cette utopie de la fusion totale qui se joue dans le flux du sperme qui s'épanche de nos sexes nus et de nos culs offerts. Nous allons jusqu'au bout comme Narcisse et violons la surface égale de la morale, engendrant les méandres que l'on connaît.

Il est d'ailleurs très significatif que nous parlions après plutôt qu'avant, contrairement aux hétéros. Car pendant, nous avons sans doute déjà dit l'essentiel, aussi paradoxal que cela puisse paraître.