Liberté : Spinoza au Bac 2010

Publié par nathan le 02.07.2010
408 lectures

“La communauté politique la plus libre est celle dont les lois s’appuient sur la saine raison. Car, dans une organisation fondée de cette manière, chacun, s’il le veut, peut être libre, c’est-à-dire s’appliquer de tout son cœur au vivre raisonnablement. De même, les enfants, bien qu’obligés d’obéir à tous les ordres de leurs parents, ne sont cependant pas des esclaves ; car les ordres des parents sont inspirés avant tout par l’intérêt des enfants. Il existe donc selon nous une grande différence entre un esclave, un fils, un sujet, et nous formulerons les définitions suivantes : l’esclave est obligé de se soumettre à des ordres fondés sur le seul intérêt de son maître ; le fils accomplit sur l’ordre de ses parents des actions qui sont dans son intérêt propre ; le sujet enfin accomplit sur l’ordre de la souveraine Puissance* des actions visant à l’intérêt général et qui sont par conséquent aussi dans son intérêt particulier.”

SPINOZA

* la souveraine Puissance : l’instance qui détient l’autorité politique.

Dégagez la thèse de ce texte et montrez comment elle est établie.

Commentaires

Portrait de nathan

Portrait de Ferdy

Il conviendrait selon moi de placer cette réflexion spinoziste dans le monde contemporain ; qui sont les nouveaux esclaves ? l'éducation forme-t-elle un sujet consentant ou un individu épanoui ? l'intérêt général peut aussi se fondre dans des dictatures jusque dans la chair de l'individu, et j'appellerai Etienne de La Boétie au secours pour son discours salutaire à propos de la Servitude volontaire.

La liberté est un leurre !