L,'ignorance va souvent de pair avec la religion

Publié par jl06 le 31.05.2020
248 lectures

Algérie : Une fillette torturée à mort lors d’une séance d’exorcisme

« ROQYA » Aucune précision n’a été donnée sur les raisons pour lesquelles la fillette avait été soumise mercredi à cette séance d’exorcisme 

20 Minutes avec AFP - Publié le 30/05/20 à 18h57 — Mis à jour le 30/05/20 à 18h57 Une petite fille (Illustration)  Une petite fille (Illustration) — Pixabay

Une fillette de 10 ans est décédée dans l’est de l’Algérie lors d’une séance violente d’ exorcisme​ (roqya), une affaire qui a suscité l’émoi chez de nombreux internautes, depuis l’arrestation jeudi du « guérisseur » ou raki. Le parquet de Guelma, situé à 500 km à l’est d’Alger, a annoncé l’arrestation d’un individu qui pratique la roqya, après le décès d’une fillette de 10 ans « ayant subi des sévices durant une roqya à laquelle elle a été soumise dans sa maison familiale ».

Selon la déclaration du parquet reproduite par les médias, la fillette est décédée à son arrivée au service des urgences de l’hôpital de Guelma, « le corps de la fillette portait des traces de coups et de brûlures ». Le parquet a ordonné une autopsie et l’ouverture d’une enquête, selon la même source.

Un acte « abominable commis par un charlatan »

Sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes ont exprimé leur colère après le décès de la fillette lors d'« une séance de torture » aux mains d’un « bourreau » de 28 ans à Guelma. La correspondante de la radio algérienne dans la ville voisine de Constantine a condamné un acte « abominable commis par un charlatan ». « Jusqu’à quand ces crimes vont se poursuivre », s’est-elle encore demandé sur sa page Facebook.

 

Beaucoup sur ce réseau social ont dénoncé une couverture médiatique minimale du drame « malgré la cruauté des faits commis par ce charlatan ». « On va faire semblant longtemps de pas voir (…), la fillette de dix ans torturée et tuée par un raki à Guelma ? », s’est aussi élevé sur sa page Facebook le journaliste Akram Kharief, directeur du site MENA Defense.

Commentaires

Portrait de jl06

« Le Parisien » dévoile des extraits d'une enquête commandée par la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires.

Modifié le 02/06/2020 à 08:56 - Publié le 02/06/2020 à 01:15 | Le Point.fr

E

 

« Roqya » ou « hijama » ne sont pas des termes encore répandus auprès du grand public. Mais ces pratiques en pleine expansion, notamment en Île-de-France, sont dans le viseur des autorités. Le Parisien révèle que la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) s'y intéresse de très près et que la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) les pointe du doigt dans un rapport. Bilel Ainine, docteur en sciences politiques, chercheur au CNRS et auteur du rapport « Nouvelles dérives sectaires sous couvert de pratiques rigoristes en islam », évoque « certaines pratiques déviantes portées par des actions religieuses aux agissements douteux ».

La journaliste Lou Syrah s'était longuement confiée au Pointil y a quelques mois concernant la roqya, un exorcisme destiné à chasser les djinns, et la hijama, une médecine prophétique qui consiste notamment à appliquer des ventouses et à pratiquer des saignées sur le corps du « patient ». « Il y a plusieurs types de cabinets en France et plusieurs façons de pratiquer », nous racontait la journaliste. « De manière générale, la saignée est réalisée sur des zones dites "points sunna" sur lesquels les guérisseurs vont placer des ventouses chauffées à la bougie. C'est une pratique qui ressemble aux saignées par ventouses que faisaient nos grands-parents à ceci près qu'il est question d'invoquer Dieu pendant la séance. »

« Pratiques déviantes » et « racket »

Le Parisien explique que les cabinets proposant cette pratique se sont multipliés en Île-de-France et notamment en Seine-Saint-Denis. Les commerçants « profitent de l'attrait exercé par cette offre thérapeutique médico-spirituelle en proposant des formules qui, en plus d'être le plus souvent en rupture avec les rituels traditionnels de l'islam en la matière, recèlent des pratiques déviantes qui relève du pénal ». Bilel Ainine évoque « un aspect mercantile » qui, « dans de nombreux cas, flirte avec le racket », et des dizaines de victimes escroquées chaque année, alors que les séances se monnayeraient entre 50 et 100 euros généralement, avec un paiement en liquide.« Plusieurs dizaines de négoces de ces pratiques ont pignon sur rue, sans compter les nombreux particuliers et les centres de formation » selon un agent du renseignement interrogé par Le Parisien, qui dénonce une pratique « commerciale, communautaire, en lien avec le séparatisme et particulièrement prisée par les femmes mais qui n'est pas nécessairement en lien avec la radicalisation ». Selon lui, des séances de formation sont également proposées. Entre 10 et 40 personnes se retrouveraient dans des hôtels et paieraient entre 500 et 1 000 euros pour se voir remettre de faux « certificats de praticien ». La communication se fait sur Internet, via les réseaux sociaux, les plateformes de vidéo en ligne, ou par bouche-à-oreille.

Anne Josse, secrétaire générale de la Miviludes, appelle à « la vigilance ». Selon elle, les dérives se multiplient et peu de victimes osent porter plainte, alors que ces pratiques tendent « à se banaliser en raison d'un regain d'intérêt pour les rituels magico-religieux et d'une forte demande du public ».

 

Portrait de jl06

Les massages au couteau, une pratique taïwanaise ancestrale

Les couteaux absorberaient les mauvaises énergies du corps. | Capture d'écran via Youtube Les couteaux absorberaient les mauvaises énergies du corps.Temps de lecture: 2 min 

Envie d'un massage atypique dans les rues de Taipei? Tentez le dao liao. Cette pratique, dont le nom signifie littéralement «massage au couteau», est une tradition taïwanaise. Très appréciée des habitant·es de l'archipel asiatique, elle est issue de méthodes de médecine japonaise vieilles de plus de 2.000 ans.

Amélioration du sommeil, aide à la guérison des blessures psychologiques comme physiques, le dao liao est réputé pour ses multiples vertus.

Barrage aux énergies négatives

L'idée de pratiquer un massage avec des objets tranchants peut sembler farfelue. Mais on ne les utilise pas par hasard: les couteaux permettent d'absorber les énergies négatives des client·es.

Avant de se tourner vers le dao liao, Hsiao Mei-fang, directrice d'un institut, effectuait des massages des méridiens. «Je gagnais mieux ma vie, mais je ne pouvais plus dormir», confie-t-elle à la BBC. Parasitée selon elle par une constante charge d'énergie négative émanant de sa clientèle, elle a dû arrêter ce type de technique.

Le dao liao est supposé protéger la personne exerçant le massage grâce aux lames, qui absorberaient les énergies, mais son but premier est de cibler les «portes» du chi, à la manière de l'acupuncture.

Pas question de procéder à un massage dao liao lorsque l'on est de mauvaise humeur: les énergies négatives risqueraient de déferler sur la personne massée –sans compter que colère et couteaux font rarement bon ménage.

 

Hygiène de vie stricte

Pour conserver une énergie propre et saine, les praticien·nes adoptent une hygiène de vie stricte. Leur régime vegan s'accompagne d'exercices quotidiens, dès 5 heures du matin. La journée commence avec cent squats, puis un poirier. Les masseurs et masseuses poursuivent avec une trentaine de minutes de coups de couteaux contre un oreiller, pour harmoniser leur chi.

La clientèle n'échappe pas à cette préparation. Avant une séance, la personne s'apprêtant à se faire masser est invitée à partager dix minutes de squats et d'étirements.

L'art du dao liao est notamment enseigné au The Ancient Art of Knife Massage Dao Liao IChing Education Center, basé à Taipei. Celui-ci forme depuis près de quarante ans des praticien·nes venu·es des quatre coins du monde, en particulier de France, du Japon, du Canada et de Hong Kong.

 

Portrait de jl06

La star du porno Nacho Vidal arrêté après la mort d’un homme empoisonné au venin de crapaud

L’acteur porno espagnol pratiquait des rituels mystiques. Lors de l’un d’eux, un homme est mort après avoir ingéré du venin d’un crapaud mexicain

F.H. avec AFP

Publié le 03/06/20 à 21h23 — Mis à jour le 03/06/20 à 21h23

 L'acteur porno espagnol Nacho Vidal (à gauche) aux côtés de Rocco Siffredi en 2013. L'acteur porno espagnol Nacho Vidal (à gauche) aux côtés de Rocco Siffredi en 2013. — REX/Steve Black/REX/SIPA

Nacho Vidal, star du porno espagnole, arrêtée pour la mort d’un homme empoisonné par du venin de crapaud. L’information est bel et bien vraie, la Guardia civil n’est pas connue pour son humour. L’acteur a été interpellé dans la région de Valence en Espagne la semaine dernière en lien avec la mort d’un homme en juillet 2019, que la presse locale identifie comme le photographe de mode Jose Luis Abad.

Au cours d’un rituel prétendument thérapeutique, la victime est décédée après avoir inhalé du venin de Bufo Alvarius, une espèce rare de crapaud originaire du désert mexicain de Sonora, qui possède de puissants effets psychédéliques. Sa mort a été initialement attribuée à une attaque cardiaque mais la police a ouvert une enquête qui a débouché sur l’arrestation mardi de Nacho Vidal, d’un membre de sa famille et d’une employée, soupçonnés d’homicide involontaire.

Des rituels présentant de « sérieux risques pour la santé »

D’après le communiqué de la Garde civile, Nacho Vidal organisait régulièrement ces rituels dont il vantait les vertus thérapeutiques. Mais ces « rituels à l’apparence inoffensive » présentaient de « sérieux risques pour la santé », attirant des personnes « facilement influençables, vulnérables ou qui cherchaient de l’aide pour une maladie ou des addictions grâce à des méthodes alternatives ».

Ce venin de crapaud contient un puissant psychotrope nommé 5-MeO-DMT dont les effets ont été comparés au ayahuasca, une concoction très hallucinogène venue d’Amazonie et consommée lors de rituels chamaniques.