Ma vie avec lui

Publié par Nesa le 09.12.2014
750 lectures

J'ai appris ma séropositivité par hasard. Je suis hétéro et mon copain de l'époque a fuit comme "un pet sur une toile cirée" dixit feu ma grand-mère... L'annonce du diagnostic, la peur de mourir, mais aussi du regard des autres, la peur de l'isolement, la honte, la culpabilité, la colère et puis, la solitude.

La fatigue, les nausées, les troubles digestifs très glamour des premiers traitements, puis LE traitement. Celui grâce auquel le VIH devient juste une pilule à prendre le midi, discrètement.Des analyses tous les trois mois pour détecter la charge virale, le bonheur d'apprendre qu'elle est toujours indétectable, l'angoisse en sachant que les T4 n'ont pas augmenté.

Un service spécialisée à l'hôpital, un personnel humain et attentionné, mais le sentiment que cette fameuse "éducation thérapeutique" a purement été mise en place pour savoir si vous alliez chercher à contaminer d'autres personnes.

Les doutes quand le médecin vous dit : tout ira bien, mais on se revoit dans 3 mois... Puis à nouveau 3 mois... puis ces fameux T4 qui ne bougent pas. La solitude face à la maladie. L'envie de l'échanger contre une maladie avec laquelle vous pourrez attirer la compassion. J'ai envié la tumeur d'une amie, c'est pour dire.

J'ai pu me confier à 3 personnes. L'une m'évite depuis. Je n'ai pas pu en parler ni à ma famille ni au travail. La peur du jugement, d'être mise à l’écart, d'être exclue ou de perdre mon emploi. Je vis avec la fatigue psychologique et physique. Parfois intense parfois absente.

Et puis LA rencontre. J'ai mis 15 jours à lui annoncer. Je pensais le perdre alors j'ai préféré qu'il sache avant de trop m'attacher. Il m'a dit : ok. C'est pas grave.
Je n'y ai pas cru, mais cela fait 7 mois et il est toujours là. On en parle de temps en temps mais très souvent on oublie.J'ai une vie amoureuse et sexuelle épanouient. Je fais tout pour être heureuse, au jour le jour.

Je préférerais que ce ne soit pas là mais puisqu'il est là, il faut faire avec.

Le 27 février, ma vie a basculé avec l'annonce du VIH. J'ai pris conscience que je n'étais pas éternelle et j'ai commencé à vivre...