MON EXPERIENCE DU VIH : TEXTE 14

Publié par pascal1969 le 24.08.2008
163 lectures

Et je me suis alors souvenu de Mère qui engageait Satprem à ne pas lutter avec sa propre force mais avec la Force suprême...

 

 

En fait, jusqu'à présent, avec le VIH, j'avais toujours essayé d'être gentil ! De faire avec, de le transformer, de patati et patata...

 

 

Ce n'est pas que je sois désormais en haine ! Cette fois-ci, j'ai pris la décision d'évacuer ce virus. Et quand je dis "je", je pourrais tout aussi bien dire : "quelque chose en moi"... car cette décision vient de loin...

 

 

Ces jours-ci, une autre clef m'a été donnée. Cela disait que toutes les maladies, des plus graves au plus insignifiantes avaient toutes UNE raison. Et que lorsque cette raison était réellement comprise, il était réellement possible de guérir. En conséquence, cette thèse réfutait catégoriquement la notion de gravité dans la maladie. Selon lui, c'était la même chose, l'important, c'était uniquement le processus. Comprenne qui pourra !

 

 

Trouver LA RAISON D'ÊTRE DU VIH ! Il y a quelques mois, un médecin homéopathe en qui j'ai toute confiance me disait qu'elle avait peu de patients séropositifs mais que tous avaient une problématique particulière vis-à-vis de la mort. Elle ne croyait pas si bien dire. Tout d'abord, ma mère est née en 1932, or entre 1931 et 1933, son arbre généalogique qu'il y a 5 morts autour d'elle. Et ensuite, je serais né le jour anniversaire d'une tentative de suicide de ma mère. Et pour terminer, je raconte souvent que quand j'étais haut comme trois pommes, que ma mère m'avait dit que mon père avait essayer de me tuer en m'étouffant avec un oreiller parce que je criais. Je reviendrai plus tard sur l'analyse de cette phrase clef. Alors, dans mon soucis de comprendre, je cherchais à quoi rattacher tout cela. Je me suis alors souvenu de quelque chose. C'était Satprem qui demandait à Mère pourquoi il avait du passer par l'épreuve des camps de concentrations. Alors Mère lui fait cette réponse étrange : "il fallait que tes cellules fassent l'expérience de la mort!"

 

A suivre...