nicolas gare à tes fesses....1

Publié par seanaque le 07.11.2008
343 lectures

Le noyau dur historique de ton électo....rat quitte le navire

La santé est en danger selon l’AMDDDM

L’HEURE EST GRAVE, pour l’Association médicale de défense de la déontologie et des droits des malades (AMDDDM), car la santé des Français « est en danger ». L’AMDDDM, composée de médecins hospitaliers, libéraux et du secteur médico-social, vient de lancer un « appel à la population » dans lequel elle dresse un état des lieux alarmant de la situation sanitaire en France. « Médecins, notre métier est de soigner les malades (mais) nous ne parvenons plus à faire notre travail », déplore l’AMDDDM dans une pétition signée à ce jour par 218 praticiens libéraux ou salariés. Le manque de moyens humains, la pénurie de lits, l’obligation de « choisir entre les malades sur des critères financiers » sont tels que les médecins signataires se disent « très angoissés par cette situation ».

La psychiatrie est « véritablement sinistrée », a estimé lors d’un point presse le Dr Roger Salbreux, membre de l’AMDDDM et président du syndicat des psychiatres salariés non hospitaliers. Et, a-t-il ajouté, à l’heure où il y a « jusqu’à un an d’attente pour une consultation d’un enfant en CMPP » (Centre médico-psycho-pédagogique), la pédopsychiatrie connaît un « marasme total ».

Or, prévient l’association dans sa pétition, ce sombre tableau du système de soins « menace de s’aggraver encore dans un avenir proche avec le vote, prévu début 2009, de la loi Hôpital, patients, santé et territoires ». « Actuellement, le médecin a pour seul engagement de bien soigner son patient », fait remarquer le Dr Jean-Louis Chabernaud, tandis que la réforme Bachelot menace son indépendance, selon lui, via la contractualisation avec les Agences régionales de santé (ARS), les rémunérations variables à l’hôpital, ou encore le catalogue légal des tâches du médecin de premier recours. En outre, l’AMDDDM craint que la définition de la médecine de premier recours aboutisse à la « suppression de l’accès direct à certaines spécialités » comme la pédiatrie.