Ouganda: Le Président signera finalement la loi anti-homosexualité, Barack Obama s’inquiète

Publié par Paradixman le 17.02.2014
673 lectures

Yoweri Museveni, au pouvoir depuis 29 ans, a changé d’avis et est prêt à punir de prison à vie les citoyen(ne)s ougandais(e)s homosexuel(le)s.

Le président ougandais signera finalement une nouvelle loi durcissant considérablement la répression des personnes homosexuelles, qu’il avait dans un premier temps refusé de promulguer mi-janvier, a annoncé lundi le porte-parole du gouvernement. Selon le porte-parole, Ofwono Opondo, Yoweri Museveni a annoncé sa décision vendredi devant des membres du parti au pouvoir, le NRM (Mouvement national de résistance). «Cette loi est très populaire à la fois au Parlement et auprès de la société ougandaise», a-t-il expliqué. «Le président est sous forte pression à domicile pour signer la loi», a-t-il ajouté, sans préciser quand le texte serait promulgué.

La loi en question, votée à une majorité écrasante le 20 décembre 2013 par le Parlement ougandais, prévoit notamment la prison à vie pour les récidivistes. Un article sur la peine de mort a été rejeté mais la nouvelle législation a été très critiquée par les pays occidentaux et l’ONU.

Dimanche, la Maison Blanche a réagi à l’annonce de la promulgation de cette loi, qui durcit considérablement une législation déjà très homophobe héritée de la colonisation britannique.

Barack Obama a exprimé son inquiétude face à la promulgation attendue d’une nouvelle loi controversée de répression contre l’homosexualité en Ouganda, en avertissant que les relations diplomatiques entre les deux pays pourraient en souffrir. «Nous estimons que les personnes doivent être traitées partout dans l’égalité, avec dignité et respect, et qu’elles doivent avoir la possibilité d’atteindre leur plein potentiel, peu importe qui elles sont ou qui elles aiment», a déclaré Barack Obama dans un communiqué. «C’est pourquoi je suis profondément déçu que l’Ouganda s’apprête à promulguer sous peu une loi qui criminaliserait l’homosexualité». «Le projet de loi anti-homosexualité en Ouganda, une fois promulgué, sera plus qu’un affront et un danger pour la communauté gay d’Ouganda. Ce sera un pas en arrière pour tous les Ougandais, et donnera une mauvaise image de l’engagement de l’Ouganda en faveur de la protection des droits de l’homme de son peuple», a-t-il souligné. «Promulguer cette loi compliquera notre relation estimée avec l’Ouganda», a-t-il prévenu.

Les représentants de la communauté gay et lesbienne d’Ouganda avait elle promis de se battre « jusqu’au bout » pour contrer l’entrée en vigueur d’un texte selon elle anticonstitutionnel.

En janvier, le porte-parole de la présidence ougandaise, Tamale Mirudi, avait expliqué que le président ne promulguerait pas la loi, non pas parce qu’il approuvait l’homosexualité mais parce que «ces personnes ont le droit d’exister». M. Mirudi avait ajouté que le chef de l’Etat considérait que les gays étaient «malades» mais que la répression n’était pas un remède. Mais la semaine dernière, M. Museveni a expliqué avoir changé d’avis après consultation d’un groupe de scientifiques mis en place par le ministère de la Santé pour «étudier l’homosexualité et la génétique chez les êtres humains». «L’équipe de scientifiques a montré que l’homosexualité est un comportement appris, que certaines personnes adoptent parfois pour de l’argent, et c’est ce

que le président veut empêcher», a ajouté M. Opondo.

Soure (Têtu.)

Commentaires

Portrait de Felix77

Aux ruptures Diplomatique et commerciale, faut aller jusqu'au rupture des lignes maritimes et aériennes, un blocus Quoi !

La Diéte les fera réflèchir et les calmeront un peu. Les enfants turbulent faut parfois les mettre au coin à méditer sur leurs pêchés !

Cela fera son effet miroir, et verront ce que cela fait que d'être pointé et haïs, de devenir des Parias par simple vu de l'esprit.