Pas de vaccin, pas de sexe

Publié par jl06 le 22.01.2021
124 lectures

Pas de vaccin, pas de sexe

Nouvel épisode de la chronique «L'amour, ce n'est pas seulement aimer» du Dr Valeria Randone, spécialiste en psychologie clinique et sexologie.

Pas de vaccin, pas de sexe

  Il y a un moment où nous cessons d'avoir peur de vivre et d'aimer, et nous commençons à nous toucher et même à nous embrasser. Il y a un temps où l'on arrête de vivre comme des automates, asexués et privés de tout (et de tout le monde), et on devient des hommes libres.

Il y a un moment où nous cessons d'avoir à choisir entre la bourse ou la vie, et nous pouvons travailler et gagner, et même vivre.

Ce moment s'appelle le vaccin.

Le vaccin est l'antidote de la peur. Paniquer. À la solitude: du cœur et du corps.
La pandémie de Covid a attaqué et corrodé tous les domaines de notre vie, supprimant de notre vie quotidienne ce qui nous faisait nous sentir à l'abri des intempéries: l'affection et l'intimité.

Nous n'avons plus le droit d'embrasser ceux que nous aimons ou ceux que nous aimons, en effet, dans l'inversion nouvelle et indispensable de la logique dictée par la survie: plus nous aimons, plus nous sommes éloignés ou éloignés de ceux que nous voulons garder en vie.La pandémie de Covid a complètement bouleversé les relations, en particulier les relations émotionnelles et érotiques.
Les couples cohabitants, ceux «avec trop de corps», ont commencé à ne plus se supporter; ceux séparés et sévèrement éprouvés par la distance, avec «petit corps», chancelent et pataugent sans pouvoir rencontrer le partenaire bien-aimé.
Les séparés, les séparés à la maison, les souffrants à la maison, les fâchés ou les dysfonctionnels ont été menottés à un présent éternel, sans perspectives, sans avenir et sans espoir de fuite.
Par ailleurs, les dernières données scientifiques montrent que cet excès de logement et de cohabitation plus ou moins forcée ne correspond pas à une poussée de désir sexuel, de sexualité et de naissances futures.
Les garçons ont suspendu l'expérimentation érotique: ils ne peuvent plus flirter librement et apprendre à se connaître et à se connaître en flirtant.
Avec l'apprentissage à distance, il y a la règle de l'amour à distance, avec tous ses si et ses mais.
La sexualité n'est pas, exclusivement, la satisfaction d'un instinct ou même d'une pulsion, mais elle incarne et suit l'échange émotionnel, sensoriel, cutané et sensoriel - baisers compris - entre deux êtres humains.
Les rapports sexuels sont techniquement réalisables avec plusieurs prothèses qui agissent comme un scaphandre pour la contagion, les grossesses non désirées, les maladies sexuellement transmissibles et l'intimité: un préservatif et un masque, et si nous voulons oser même des gants.
Avec un effort d'imagination, on pourrait essayer d'imaginer le masque comme s'il s'agissait d'un fétiche, comme un objet de désir, déplacé vers les yeux et non vers les lèvres, pour tenir à distance un sens impertinent et jouer pour amplifier les autres. Mais dans ce cas il est vraiment difficile de penser pouvoir aimer sans lèvres, le lieu ailleurs.
Alors, pour revenir à l'amour en liberté et vivre dans la sérénité, la seule solution viable et plausible est de s'approprier notre antidote: le vaccin.

* Valeria Randone est psychologue, spécialiste en sexologie clinique, à Catane et Milan ( www.valeriarandone.it ) et auteur des livres " Un clandestin à bord "