Pendant que certain délire ....

Publié par jl06 le 21.03.2020
120 lectures

Coronavirus : la France compte moins de lits en "soins aigus" que la moyenne des pays développés

Au total, les hôpitaux de l'Hexagone disposent de 3 de ces lits pour 1 000 habitants, soit deux fois moins que l'Allemagne.

DIRECT. Coronavirus : un deuxième avion affrété par l'armée pour évacuer des malades de Mulhouse à Bordeaux

La France a-t-elle les moyens de faire face à l'affluence de patients contaminés ? Ces derniers jours, la question se pose sans relâche face aux premiers cas de saturation, notamment dans la région Grand Est et en Corse. Un avion et un navire de l'armée ont même été affrétés pour déplacer des malades du coronavirus et contenir l'engorgement des hôpitaux. Il faut dire que la France se situe un peu en dessous de la moyenne des 35 pays "développés" membres de l'OCDE concernant les lits pour "soins aigus". L'Allemagne compte ainsi deux fois plus de ces lits par habitant que la France.

Les données présentées dans le graphique ci-dessous sont issues de l'OCDE et concernent les lits pour "soins aigus" en 2017 ou 2018. Il s'agit de l'ensemble du nombre de lits d'hôpitaux régulièrement entretenus et dotés de personnel, auquel nous avons soustrait les lits de psychiatrie ainsi que les unités de soins de longue durée. Ils ne sont donc pas comparables aux places disponibles en réanimation, bien moins nombreuses sur le territoire, mais permettent de comparer les capacités d'accueil des différents systèmes de santé.

Flourish logoA Flourish chart

En France, on comptait ainsi 206 619 lits pour "soins aigus" en 2017. Un chiffre en baisse de près de 10% sur dix ans. La raison ? Le développement des opérations en ambulatoire (sans nuit à l'hôpital) et les réductions budgétaires. Ramené au nombre d'habitants, cela représente environ trois lits pour "soins aigus" pour 1 000 personnes, soit légèrement en dessous de la moyenne des pays de l'OCDE (3,5).

Le Japon, la Corée du Sud et l'Allemagne mieux dotés

Parmi les Etats les mieux dotés, on retrouve un trio de tête : le Japon, la Corée du Sud et l'Allemagne. Un groupe de pays qui fait également partie de ceux qui semblent avoir réussi à contenir l'accélération du nombre de morts sur leur territoire, face à l'épidémie de coronavirus. A l'inverse, parmi les pays les moins bien dotés, on retrouve, légèrement en dessous de la France : le Royaume-Uni, l'Espagne et l'Italie, qui font face à une situation pandémique de plus en plus meurtrière. 

Selon la solidité du système de santé du pays, cela pourrait également amener les médecins à faire des choix éthiquement très lourds, en triant les malades à soigner parmi les plus graves, qu'ils soient atteints du nouveau coronavirus ou d'autres pathologies. Les médecins du nord de l'Italie, région particulièrement touchée, y sont déjà confrontés, selon des témoignages. D'autres pays pourraient bientôt devoir faire les mêmes choix.

Commentaires

Portrait de jl06

 Rechercher Repubblica.itRechercherNAVIGATION PRINCIPALE

   Codogno un mois plus tard: du premier cas de coronavirus aux lumières de l'espoir du premier cas de coronavirus aux lumières de l'espoir(Frame) 

L'urgence n'est pas encore surmontée dans la ville de Lodigiano où tout a commencé: "Mais maintenant, la lutte pour une vie normale doit recommencer"

par CARLO ANNOVAZZISOUSCRIRE ÀEnvoyer par emailimprimer 21 mars 2020  Enzo était le sport, un physique sculptural, le rugby dans le cœur, la salle de gym, l'école. Aldo avait démarré et développé l'entreprise année après année, c'était la "quincaillerie". Bruno avait été un arbitre dans sa jeunesse et dans les discussions de la place, il était la référence lors des discussions sur les matchs et les arbitres. Umberto avait réussi à élever l'industrie familiale. Umberto en avait fait un centre international, donnant du travail à de nombreuses personnes dans le pays. Lele avait une agence immobilière, sa femme était Melissa. C'est la rivière Spoon de la Bassa, à écrire même si les jours les plus sombres semblent être passés et que l'horizon commence à être un peu plus clair. Le 21 février, Codogno est devenu le centre de l'Italie puis du monde, plongé dans une réalité jamais pensée et jamais vue, la guerre est désormais un souvenir de peu.

CHRONIQUECoronavirus en Lombardie, il y a un mois le "patient": à ce jour 22 264 sont infectés. Fontana: "Nous attendons des mesures plus efficaces"
Coronavirus: le couvre-feu commence à Codogno, la ville reste déserte. "Maintenant, les Chinois sont nous" 
 "L'urgence n'est pas encore surmontée mais maintenant les cas diminuent de jour en jour et nous voyons une petite lumière", explique le maire Francesco Passerini. La capitale de la Basse Lodigiana, seize mille habitants en constante ascension, avant-poste d'un territoire de cinquante mille âmes qui ont vu arriver la longue vague sans aucun outil pour la parcourir, continue de vivre une non-vie, les activités restent suspendues comme le temps. "Nous sommes au méso" essayons de faire la lumière Lorenzo, manager de cinquante ans qui a passé les dernières années de sa vie à Milan comme beaucoup d'autres et depuis le 21 février il n'a plus pu prendre de train ni de voiture, il est resté travailler pour là, depuis sa maison. Comme lui Michele, courtier, Giorgio, directeur de restaurant, Stefano, responsable de la comptabilité d'une multinationale, pour ne citer que quelques exemples. Oui, ils ont travaillé. Ceux qui avaient et ont un magasin à la place, tout s'est arrêté et la situation est la même aujourd'hui. Les ambulances se font encore entendre mais beaucoup moins en arrière-plan. Surtout, il y a les données qui témoignent à quel point la barrière a finalement tenu, à quel point Codogno était le véritable exemple, le modèle à exporter. Depuis le début de l'année, il y a eu 120 décès, 104 en 2019, à la même période. Seize de plus, beaucoup sont certains, quinze pour cent de plus. Mais heureusement pas le massacre que les premiers instants ont fait peur. il y a des données qui témoignent à quel point la barrière a finalement résisté, à quel point Codogno était le véritable exemple, le modèle à exporter. Depuis le début de l'année, il y a eu 120 décès, 104 en 2019, à la même période. Seize de plus, beaucoup sont certains, quinze pour cent de plus. Mais heureusement pas le massacre que les premiers instants ont fait peur. il y a des données qui témoignent à quel point la barrière a finalement résisté, à quel point Codogno était le véritable exemple, le modèle à exporter. Depuis le début de l'année, il y a eu 120 décès, 104 en 2019, à la même période. Seize de plus, beaucoup sont certains, quinze pour cent de plus. Mais heureusement pas le massacre que les premiers instants ont fait peur.

CHRONIQUECoronavirus, l'épouse du patient Codogno parle: "Mattia va bien et s'améliore toujours"
Hoquet vit dans la zone rouge du coronavirus: le reportage photo de Lodigiano   
"Responsabilité, sérieux, dignité. Voici Codogno. Un modèle de comportement et les résultats peuvent être vus", explique Passerini qui, à 35 ans, s'est retrouvé à vivre et à gérer une situation qui n'est jamais arrivée à personne. Le modèle consistait à établir un centre de coordination immédiat entre les maires, les forces de l'ordre et les bénévoles. "Nous étions des volontaires parmi les volontaires". Tout a été fait à la maison car rien ni personne ne venait de l'extérieur. Et puis les gens qui ont immédiatement compris qu'ils devaient rester chez eux. "Le moment d'organisation le plus difficile a été le délai de vingt-deux heures entre l'annonce des mesures et le décret. Le moment le plus difficile n'a pas été de pouvoir réconforter les proches et rendre un hommage digne aux défunts".

CHRONIQUECoronavirus, dans dix municipalités lombardes: 50 000 personnes forcées de rester chez elles. Quarantaine à l'hôpital milanais de Baggio
Lorsque tout le monde a compris la gravité de la situation, ils ont affirmé le concret traditionnel de la terre. Bien sûr, dira-t-on, le moment a forcé une transformation de la vie. Mais compte tenu de ce qui continue de se produire ailleurs, Milan par exemple n'était pas acquis d'avance. Ce fut une victoire qui a conduit à une série de victoires. Surtout, la capacité d'avoir eu la bonne intuition rapidement et avec certitude. Annalisa Malara est originaire de Crémone mais travaille à l'hôpital de Codogno. C'est elle qui a compris que Mattia n'avait pas une simple pneumonie. Un hôpital qui a injustement attaqué par le Premier ministre Conte a montré une résistance infinie et maintenant il aimerait élever son cri de satisfaction mêlé de colère mais préfère continuer à travailler la tête basse ou haute, selon la façon dont vous le lisez.des gants, même quatre ne l'ont pas fait comme Marcello Natali, Ivano Vezzulli, Giuseppe Borghi et, enfin, Andrea Carli est décédée en Inde du virus contracté à la clinique de Codogno avant le voyage par des personnes séropositives sans le savoir. Et il y a beaucoup de colère. Il y a dans la Via Pietrasanta un centre médical militaire pour garantir les prescriptions quotidiennes à la population. La protection civile, cinquante personnes qui se relaient, continue d'assurer après quatre semainesdes repas à la maison surtout pour les sujets les plus fragiles, "et hier soir également nous avons pris la responsabilité d'organiser une distribution immédiate pour éviter de jeter la nourriture des cantines et des entreprises qui autrement expireraient" explique Lorenzo Nicolini, le responsable. Il y a la vie quotidienne qui s'est arrêtée soudainement. Gigi et Carlo Cornali ont exploité la pâtisserie familiale, la pâtisserie de la ville et produisent le biscuit Codogno. Un nom et une marque qui meurent plus que cela existent depuis plus d'un siècle. "Ce sera encore très long, je le crains", explique Gigi. Et Pâques est maintenant pratiquement sauté. Les courriers n'arrivent toujours pas, les produits ne sont pas distribués, la zone rouge qui a commencé ici est maintenant étendue à toute la Lombardie.

Coronavirus, Codogno ressemble à une ville fantôme: images du drone  
La lutte pour une vie normale devra cependant recommencer. Parce qu'un mois complètement fermé d'activités et de production bloquées a eu un impact dévastateur. "Nous avons besoin d'interventions réglementaires, tout d'abord. Et puis nous devrons tous faire un excellent travail ensemble pour redémarrer notre Codogno. Nous ne sommes pas le territoire du virus, nous sommes la patrie du lait, de la mécanique de précision, nous avons un taux de chômage très bas, inférieur à celui de la Lombardie qui est déjà un record ". Quand ce sera fini, Codogno lèvera la tête. Vous pouvez le comprendre aux yeux des gens. Et le mois le plus sombre restera un vif souvenir vaincu.