Pensées gaypradiennes Messine

Publié par reiddi le 19.06.2008
1 114 lectures

         ALTERNATIFS HOMOS, OU Etes-vous?

 

Je regretterai pendant longtemps l'absence de d'homos issus des mouvances alternatives lors de la dernière marche des fiertés! Cependant, des membres da la CNT, de la LCR et de AIDES ont participé à cette marche pour nous soutenir. Celle-ci est plus qu'un moment festif, elle est avant tout un acte politique fort où s'exprime des revendications. Nous devons les remercier, leur offrir notre gratitude mais par la suite les aider dans leurs luttes respectives lors d'actions très particulières: anti,sexisme, fascisme, anti racisme,...et participer à des meetings, des manifs, des concerts (ska, punk, garage…), des soirées de soutien...

      Qui sont ces homos alternatifs:des trans., des bis, des skins non fascistes, des punks, des grunges, des décontractés, des anti-parisianistes, des écolos, des militants des droits de l'Homme, des squatters, des post-fashions, des amoureux zic indépendante, des êtres humains vivant une sexualité alternative, des amoureux transis, des classiques alternatifs, des antisexistes, des Queers multi-tendances, des séropos, des couples anormatifs, des asexistes, des anti-intello-masturbateurs égocentriques, des parias, des disciples de Gandhi, des pacifistes, des artistes, des utopistes, des homos pro-féministes, des "moralistes anormatifs", des anti-fascistes, des protecteurs de l'enfance,   Il est temps que nos associations s'ouvre à de nouvelles réalités et ouvrent leurs portes délaissant les normes pour (re)découvrir le sens des luttes, des revendications, du Collectif, de la convivialité, des looks, de la diversité des genres, des pratiques et des expressions alternatives. Elles doivent délaisser les tabous, les images d'Epinal, se déconstruire, elles doivent accueillir les séro+comme des êtres humains qui ont droit à vivre de réelles amitiés. Nos groupes n'ont pas à "être clean" devant les institutions traditionnelles, elles doivent construire l'unité dans la diversité!

                    Si cela ne peut s'effectuer et se vivre dans nos grandes villes, il serait tout à fait naturel que se créer des groupes, des fractions d'homos alternatifs!

                  Pour ma part, je me pose aujourd'hui cette question:"qu'avons-nous fait des idées de Stonewall, du FHAR...

                                      Sortez du placard!!!        Reiddi 

                        

Commentaires

Portrait de LURON

Je me permets de te signaler un numéro récent de l'encars littéraire intérieur de l'Humanité consacré à Guy Hocquengueim.

Les temps changent hein?

Portrait de Zauberberg

Le concept "alternatif" qui nous vient de squatts d'Allemagne et de Berlin en particulier date de la fin des années 70 dans la foulée du groupe Baader Meinhof et connaîtra son apogée dans les années 80, notamment avec la crise du logement à Berlin Ouest, avec en arrière-plan la crise des SS20 et des Perschings, avant la chute du mur.

Evidemment, il n'y a plus de crise du logement à Berlin. Il y a même pléthore de locations.

En outre, si on relit cette page de l'Histoire en fonction de ce que la Stasi nous a laissé, cela peut susciter de sincères interrogations sur la manipulation à l'oeuvre. Voir le film La vie des autres. Tiens, n'y aurait-il pas un rapport avec Edvige ?

La nostalgie étant toujours ce qu'elle est, je préfère m'inscrire dans ce qu'on pourrait nommer un militantisme d'action au plus haut niveau et non pas en marge de la société. C'est ce que je fais, avec mon statut de fonctionnaire de catégorie A hors classe. Et ce n'est pas pour autant que je suis quelqu'un d'austère et de coincé. Loin de là. Mais hédonisme et action politique peuvent se concevoir aussi sous les habits de la respectabilité.